Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Tahar Fergani: l'âme du malouf
Cinq ans après sa disparition
Publié dans L'Expression le 08 - 12 - 2021

Il y a cinq ans, disparaissait un monument de la culture algérienne et un repère incontestable de la musique andalouse, Mohamed Tahar Fergani, qui a gravé son nom en lettres d'or dans le patrimoine du malouf et dans les coeurs des mélomanes après toute une vie dédiée à cet art. Si le nom de Fergani est chevillé à l'histoire contemporaine de la ville de Constantine et à sa culture à travers le malouf, le chant des fkirattes, et la broderie, Mohamed Tahar Fergani constitue l'identité sonore de cette ville et de son vieux centre historique à la richesse culturelle reconnue. «El Hadj», comme l'ont surnommé ses fans, constitue également une référence musicale et une école suivies par des centaines de jeunes interprètes et musiciens, même s'il n'a jamais enseigné la musique de manière conventionnelle, mais ses orchestres ont constitué, en plus de l'enseignement de Kaddour Darsouni (1927-2020) au conservatoire, les plus prestigieuses classes du malouf. Son fils Salim, qui est le premier dépositaire de son savoir, évoque un homme humble, serviable et généreux, mais surtout un chef d'orchestre qui dirigeait son ensemble «avec une oreille musicale très raffinée qui écoutait attentivement et corrigeait chaque instrument aux premiers réglages».
Un héritage musical rayonnant
L'art de Mohamed Tahar Fergani, hérité de son père Hamou, rayonne également sur les autres écoles andalouses d'Algérie comme en témoigne Karim Boughazi, interprète de l'école gharnatie de Tlemcen, qui dit avoir été «influencé par son art et sa façon de chanter même en étant d'une école différente».
À Tlemcen on lui reconnaît également sa modestie et l'importance de son legs, estime Nacer Ghafour, qui voit en lui «une grande école animée, aujourd'hui, par tous ceux qui ont appris auprès de lui comme son fils Salim, qui enseigne la musique en France, et son petit-fils Adlène» qui reprend le flambeau sur scène.
Autre interprète du malouf, les plus en vue depuis quelques années, Abbas Righi, rend hommage à «une légende et une personnalité à la dimension internationale qui a marqué son époque laissant son nom dans l'histoire du malouf et du patrimoine algérien de manière éternelle».
Il confie également que Mohamed Tahar Fergani reste son idole et une «référence pour les jeunes actuels et même ceux des années 1970 et 1980».
Un vide difficile à combler
Malgré le bouillonnement de la scène artistique dans le malouf, le vide laissé par Mohamed Tahar Fergani reste «difficile à combler» aux yeux du musicologue Noureddine Saoudi qui relève chez l'artiste «des prédispositions vocales naturelles hors du commun» et un «savoir patrimonial musical très riche».
Né en 1928 à Constantine, Mohamed Tahar Fergani, d'abord initié à l'art de la broderie par son frère, a débuté sa carrière artistique dans la chanson orientale avant de changer de registre et de s'orienter vers le malouf, sous l'influence de ses Cheikh Hassouna Ali Khodja et Baba Abid.
Après un premier enregistrement en 1951 il perfectionne son art auprès de des grands noms de la musique andalouse comme Dahmane Ben Achour et Abdelkrim Dali pour maîtriser tous les instruments musicaux d'un orchestre conventionnel et devenir célèbre pour son coup d'archet inégalable et sa précision au luth, mais surtout pour un timbre de voix unique.
Il compte à son actif des centaines d`enregistrements de chansons malouf, mais également dans les genres musicaux, le mahjouz, le zjoul et le hawzi.
La dernière apparition sur scène de Mohamed Tahar Fergani remonte à juillet 2015,
à l'occasion d'un hommage rendu à son père Hamou Fergani et son frère Mohamed- Seddik dit Zouaoui, dans le cadre de la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe».
Le célèbre interprète de «El Boughi», «Galou Lâarab galou» ou encore «Ya Dhalma» s'est éteint le 7 décembre 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.