Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    L'exemple de Constantine    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le baril affole le marché
Le pétrole atteint son plus haut niveau depuis octobre 2014
Publié dans L'Expression le 19 - 01 - 2022

Les cours de l'or noir s'envolent. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, référence du pétrole algérien, pour échéance en mars s'échangeait à 87,0 dollars, hier, à 14h10, heure algérienne pour progresser de 1,12 dollar par rapport à la séance de la veille. Il avait atteint un peu plus tôt 88,13dollars, son niveau le plus haut depuis le mois d'octobre 2014. Une opportunité inouïe pour l'Algérie qui est bien décidée à faire de l'année 2022 une année économique. Cela augure, en effet, de substantiels revenus qui serviront à mener à bon port le plan de relance économique initié en août 2020 par le président de la République, en finir avec les projets inachevés à l'instar de celui de la nouvelle ville de Boughezoul dont le dossier a été examiné lors d'une réunion du gouvernement présidée, le 5 janvier dernier, par le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la transition économique du pays, la réduction de son addiction à l'or noir, ne peut se faire sans l'appui d'un secteur pétro-gazier, sans un niveau de baril de pétrole «élevé». Et c'est le cas aujourd'hui. Demain encore plus. Le retour d'un baril à 100 dollars n'est, en effet, plus une chimère, une vue de l'esprit. Les spécialistes, les institutions financières parmi les plus crédibles l'évoquent avec insistance. Goldman Sachs s'attend à ce qu'il affiche 100 dollars à partir du 2ème trimestre de 2022. Sur quels arguments repose ce pronostic? La Banque américaine soutient que la demande serait moins impactée qu'annoncé par le nouveau variant du Covid-19 Omicron qui serait moins dangereux tout en mettant l'accent sur une offre qui connait de sérieuses perturbations. «Cela a maintenu le marché mondial du pétrole dans un déficit plus important» que prévu, ont souligné les analystes de Goldman Sachs dans une note publiée lundi. Les 400 000 barils par jour qui sont mis sur le marché mensuellement par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires, depuis juillet 2021 ne suffisent apparemment pas à pallier cette carence. Outre de fortes perturbations au Kazakhstan et en Libye en raison de crises géopolitiques, «Nous remarquons que d'autres producteurs comme la Russie, l'Angola, le Nigeria et l'Equateur n'arrivent pas à atteindre leur objectif», affirment les analystes de ABN Amro. Autant de facteurs qui ont conduit sans doute Goldman Sachs à estimer que le prix du baril de Brent dépassera 90 dollars au cours du premier trimestre pour atteindre 95 dollars au deuxième, puis 100 dollars lors des six derniers mois de 2022. Les prix du pétrole brut pourraient s'envoler à 125 dollars le baril en 2022 et à 150 dollars en 2023 a écrit la banque d'investissement, JP Morgan dans son rapport des perspectives 2022, intitulé «Preparing for a vibrant cycle».
Une occasion que l'Algérie ne doit pas «vendanger».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.