L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Tebboune et Erdogan président la réunion du Conseil de coopération de haut niveau    Le Gouvernement donne le feu vert à l'importation des chaînes de production rénovées    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Prisonniers de Gdeim Izik: les abus subis dans les prisons marocaines dénoncés    Ursula von der Leyen : Symbole de la ruine de la classe dominante occidentale    L'USMA s'offre le derby face au MCA    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    12e session du Groupe de vision stratégique "Russie-Monde islamique": Ghlamallah à Kazan    Liverpool : Klopp donne des nouvelles de Salah et Van Dijk    Le Brésil n'affrontera pas le Sénégal en match amical    Accidents de la circulation: 46 morts et 1535 blessés en une semaine    Ouverture du séminaire international sur les amis de la Révolution algérienne    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie pour le 3ème et dernier jour    Projet d'énergie solaire de 1.000 MW: Des mesures incitatives et une intervention minimum de l'Etat    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    Fonction publique: Les Syndicats autonomes veulent préserver l'unité de leur action    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    La rançon d'une vie    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    Batimatec 2022: GSH présente sa solution globale    D'autres chats à fouetter    Theo Hernandez enflamme l'Italie    2500 sapeurs-pompiers mobilisés    Les oubliés de la Solidarité nationale    «Le camp occidental est en dislocation»    Premier vol commercial au départ de Sanaa en 6 ans    Les évêques de Terre sainte accusent Israël de «manque de respect»    La Présidence sur les chapeaux de roue    Un député tire la sonnette d'alarme    Saisie de 3, 5 kg de mercure blanc    95 médecins spécialistes en renfort    Tabi et l'indépendance de la justice    Tebboune renforce le front interne    «C'est la guerre de l'eau»    La Caisse de garantie un outil performant    500 associations se mettent de la partie    La Casbah rouverte au grand public    Il rejoint le casting de la suite de «Dune»    Archives d'architectes en débat    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou
11e Festival international du théâtre de Béjaïa
Publié dans L'Expression le 20 - 01 - 2022

Le rideau est tombé, dimanche, sur le 11e Festival international du théâtre de Béjaïa, organisé exceptionnellement dans la ville d'Akbou pour suppléer l'inaptitude du théâtre «Abdelmalek Bouguermouh» à l'accueillir du fait de la fragilité de sa structure, un tantinet ébranlé par le séisme du mois de mars dernier. La cérémonie de clôture, s'est caractérisée par deux moments forts, l'un marqué par un hommage rendu à Dalila Helilou, l'une des figures emblématiques du Théâtre national et l'autre par le déroulement de la nouvelle production du théâtre Kateb Yacine, Si Mohand u Mhand, sortie des limbes, il y a à peine quelques mois mais qui a réussi le tour de force, de se faire réclamer partout dans la vallée de la Soummam. Et visiblement, l'attente du public n'était pas vaine, car la pièce ficelée dans le genre comédie a plu et séduit, d'abord par la qualité de la remise au goût du jour du personnage, grand troubadour et grand poète mais aussi par sa scénographie, qui, tout en respectant le contexte historique a réussi à offrir des tableaux chorégraphiques et musicaux, d'une modernité saisissante. Si Mohand u Mhand, né au lendemain du début de la colonisation (1845-1850) à Larbaâ Nath-Irathene, est un personnage atypique.
La résistance à sa manière
Et pour cause. À peine enfant, il a vu son père exécuté devant lui et tout son village, Ichariwene, a été soumis à la vindicte des flammes, car soupçonné et accusé de faire dans la résistance anticoloniale. Lui et sa mère s'en sont sortis miraculeusement et purent fuir les lieux, en se cachant dans la région de Michelet (Aïn El Hammam). Si Mohand U Mohand, déjà révolté et ayant manifesté auprès de ses oncles son désir de combattre les armes à la main, a ainsi décidé à faire de la résistance à sa manière, en exploitant, notamment son potentiel littéraire, politique et religieux contre l'occupant. «Tu n'as pas le potentiel d'un combattant, mais tu as la tête qu'il faut pour faire face à l'ennemi», lui a suggéré alors son oncle déjà admiratif de son éloquence, de la qualité de ses dictons et proses et de sa maîtrise du Coran dont il a appris très tôt les 60 versets. Ayant pris conscience de sa force «intellectuelle», il s'est résolu ainsi à faire le troubadour et aller partout pour semer le bon mot et la bonne graine. Il a traîné sa canne et son polochon partout, arrivant jusqu' en Tunisie avant de revenir, sa notoriété bien établie.
Hommage à Dalila Hellilou
Il était adulé et aimé mais aussi détesté et jalousé, notamment par quelques notables qui n'appréciaient pas trop qu'un troubadour leur vole la vedette. La pièce reprend avec force détail ce parcours magnifique en restituant quelques-uns de ses poèmes épiques ou ses dictons dont celui qui tient encore dans toutes les bouches: Anerez walla Aneknou (Mieux vaut rompre que s'agenouiller). 18 comédiens dont les artistes et les danseurs, ont assuré le spectacle scénique. L'hommage rendu à Dalila Hellilou a été poignant, malgré l'absence de l'artiste malade mais qui, par vidéo et appels téléphoniques en direct, a tenu à saluer ce geste, «qui me touche au plus profond de moi-même. J'en suis bouleversée», a -t-elle répété. Dalila Hellilou, s'est éloignée de la scène depuis une vingtaine d'années, mais elle y est restée attachée comme au premier jour, notamment depuis « son débarquement», à l'Inadc de Bordj El Kiffan par accident pour une formation dans le domaine du théâtre, et qui a fait que depuis, elle n'a eu de cesse de briller de mille feux autant sur les planches, au grand comme au petit écran. Plus de 50 ans, qui l'ont vu côtoyé les plus grands dont Mustapha Kateb, Alloula, Medjoubi, Chérif Ayad et tant d'autres et qui lui ont donné la possibilité d'aller très loin dans son parcours, auréolée par une cinquantaine d'oeuvres dans les trois registres (théâtre, petit et grand écran).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.