Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Danemark doit retirer «immédiatement» ses forces spéciales
Les autorités maliennes l'exigent dans un communiqué
Publié dans L'Expression le 26 - 01 - 2022

Les nouvelles autorités de la transition au Mali ont demandé lundi au Danemark de retirer «immédiatement» la centaine de soldats arrivés récemment dans le pays en crise pour participer au groupement européen de forces spéciales Takuba initié par la France. Le gouvernement malien, dominé par les militaires arrivés au pouvoir à la faveur d'un putsch en août 2020, a indiqué dans un communiqué lu à la télévision nationale et publié sur les réseaux sociaux que «ce déploiement est intervenu sans son consentement». Le Danemark a annoncé la semaine passée l'arrivée au Mali de 90 hommes, majoritairement des soldats d'élite et des chirurgiens militaires, censés participer au sein de Takuba à la protection des civils contre les terroristes dans la zone dite des trois frontières (Mali, Burkina Faso, Niger) et être basés à Ménaka (est du Mali). Regroupement de forces spéciales européennes destiné à accompagner les soldats maliens au combat face aux terroristes, la «task force» Takuba a été lancée en mars 2020 à l'initiative de la France pour partager le fardeau avec ses partenaires européens. Exceptionnelle dans le contexte de crise sécuritaire et politique qui ébranle le Mali depuis des années, la demande de retrait de ce contingent danois survient en plein bras de fer entre les dirigeants maliens et une partie de la communauté internationale qui entend les voir tenir l'engagement à rendre le pouvoir aux civils dans un avenir proche.
Les relations avec la France en particulier, engagée militairement au Mali et au Sahel depuis 2013, se sont sévèrement détériorées. Depuis que l'organisation des Etats ouest-africains Cédéao a imposé au Mali le 9 janvier des sanctions soutenues par la France et différents partenaires du pays, la junte s'arc-boute sur la souveraineté du territoire. Elle a riposté à la fermeture des frontières par la Cédéao en fermant ses frontières en retour. Elle soumet l'entrée des avions dans l'espace aérien du Mali à de nouvelles approbations et procédures. Elle dit par ailleurs avoir demandé la révision des accords de défense avec la France. Le gouvernement malien assure dans son communiqué que le déploiement des forces danoises s'est fait sans qu'ait été conclu un accord bilatéral entre Copenhague et Bamako, comme l'aurait voulu selon lui le protocole applicable aux pays participant à Takuba. Par conséquent, «la République du Mali invite la partie danoise à retirer immédiatement ledit contingent du territoire». Le gouvernement rappelle à ses partenaires engagés dans la lutte antiterroriste «la nécessité de l'obtention préalable de l'accord des autorités maliennes avant tout déploiement au Mali».Un diplomate danois a assuré sous le couvert de l'anonymat que le pays était en règle et qu'une réponse commune aux participants à Takuba allait être préparée.
Dans un communiqué lundi soir, le ministère danois des Affaires étrangères a déclaré que les autorités danoises «travaillaient intensément pour apporter plus de clarté à la situation» et étaient «en contact avec le gouvernement de transition malien».»Il y a actuellement une grande incertitude quant à l'annonce du gouvernement de transition. La contribution danoise fait partie de l'opération dirigée par la France au Mali, et nous sommes donc également en coordination étroite et permanente avec nos partenaires, notamment la France», ajoute le ministère. Outre la France, qui pilote Takuba, les Pays-Bas, l'Estonie, la Suède, la Belgique, la République Tchèque, la Norvège, le Portugal, l'Italie et la Hongrie y participent. La demande de retrait du contingent danois ajoute encore un motif de friction entre le Mali et ses partenaires, alors que la France s'interroge sur la voie à suivre avec une junte qui entend se maintenir au pouvoir plusieurs années et que les partenaires de Bamako accusent d'avoir ouvert les portes aux mercenaires de la société privée russe Wagner. Les pays engagés dans Takuba avaient protesté fin décembre, avec d'autres pays occidentaux, contre le recours à Wagner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.