Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«On doit sortir du discours de la haine»
Dr Houria Djilali, chercheure permanente au Crasc, à L'Expression
Publié dans L'Expression le 16 - 03 - 2022

L'Expression: Selon vous, que reste-t-il des accords d'Evian et de la période transitoire dans la mémoire collective des Algériens, aujourd'hui?
Houria Djilali: Il y a soixante ans, le 18 mars 1962, étaient signés les accords d'Evian entre les délégués des gouvernements français et ceux du FLN. Ils mettaient fin à la guerre et acceptaient l'indépendance de l'Algérie, c'est une date charnière pour ce qu'elle signifie en termes de cessez-le-feu. En Algérie, la date principale dans l'imaginaire collectif est le passage à l'indépendance des 3-5 juillet 1962. Par ailleurs, les accords d'Evian sont le résultat d'un long processus par lequel la France a fini par accepter l'essentiel des buts de guerre et des conditions de paix définis par le FLN, elles ne furent pas un traité entre deux Etats, mais un programme commun au gouvernement français et au FLN, destiné à transférer par étapes la souveraineté de la France au nouvel Etat algérien sans reconnaître formellement le GPRA, ainsi il suffit de comparer le texte des accords signés à Evian le 18 mars 1962 entre le gouvernement français et le FLN. Avec les buts de guerre et les conditions de paix que ce dernier avait exprimés dans sa proclamation du 31 octobre 1954, pour constater que le FLN. avait obtenu satisfaction sur l'essentiel. Au contraire, la France avait les plus grandes concessions, en renonçant au dogme de l'Algérie terre française.
L'ensemble des accords d'Evian comprend d'une part un accord de cessez- le- feu, et d'autre part, une série de déclarations gouvernementales relatives à l'Algérie datées du 19 mars 1962. Ces déclarations gouvernementales se décomposent à leur tour en une déclaration générale et en sept déclarations de principes (déclaration des garanties, déclaration de principes relative à la coopération économique et financière, déclaration de principes sur la coopération pour la mise en valeur des richesses du sous-sol du Sahara, déclaration de principes relative à la coopération culturelle, déclaration de principes relative à la coopération technique, déclaration de principes relative aux questions militaires avec une annexe, déclaration de principes relative au règlement des différends), ces accords traduisaient la volonté du gouvernement français de maintenir jusqu'au bout la fiction d'un règlement octroyé. En moins de 10 ans, les intérêts français en Algérie furent réduits à peu de choses. Cependant subsista la coopération technique et culturelle, dans la mesure où l'Algérie continua de la juger utile. Malgré l'importance accordée à la coopération franco-algérienne entre 1963 et 1970,
celle -ci ne fut longtemps acceptée qu'à contrecoeur en Algérie. En outre, le 19 mars, jour de l'entrée en vigueur du cessez-le feu, est-il un moment majeur de la guerre d'Algérie, à savoir, aujourd'hui, c'est presque une date oubliée en Algérie et surtout chez les jeunes. Contrairement à celle du 1er novembre ou du 5 juillet (proclamation de l'indépendance), nombreux sont ceux qui dénigrent les accords d'Evian, accusant ses signataires d'avoir fait trop de concessions à la France. On peut dire comme conclusion que les accords d'Evian sont souvent présentés comme un renoncement, une sorte de capitulation, et ils représentent une vision post- coloniale de la politique française envers l'Algérie et le Maghreb; c'est-à-dire une politique de domination vu le caractère de ces accords.
Que pensez-vous du traitement de cette période, celle de la transition et de l'indépendance sans les manuels scolaires ou à l'université?
Les manuels scolaires ne sont pas ces objets banals et approximatifs qui s'effacent sans lendemain des mémoires adultes. Jouant un rôle qui dépasse la simple transmission de connaissances scolaires, ils sont des acteurs importants de la culture, et des témoins exceptionnels des valeurs, des pratiques sociales, dans leurs variations et leurs continuités historiques et géographiques. Leur étude donne des aperçus pertinents sur les idées, mais aussi les préjugés qu'une société véhicule, cependant dans le nouveau système de l'éducation nationale, l'introduction de la discipline d'histoire intervient dès la classe de 2e année primaire, au lieu de la 5e dans l'ancien système dit «fondamental». L'étude de la guerre d'Algérie y reste prédominante, occupe une place non négligeable, et est abordée dans différents chapitres, aussi les cours sont exclusivement dispensés en langue arabe, tout comme le sont d'ailleurs les manuels scolaires. En ce qui concerne cette période
transitoire des accords d'Evian et de l'indépendance dans les manuels scolaires, son contenu est enseigné selon les niveaux pédagogiques de l'école algérienne; en termes instructifs, le programme du moyen diffère de celui des études secondaires. Quant à l'université, les champs de réflexion sont plus larges, plus libres pour discuter ces accords comme étant un sujet de débat scientifique, il le restera toujours.
Quelles sont d'après vous les objets de recherche en histoire que l'université et la recherche en Algérie devraient promouvoir et encourager?
Relativement le champ de recherche est plus vaste en histoire et ses objets restent à promouvoir selon une objectivité qui oblige les chercheurs à endosser de telles pratiques méthodologiques qui s'imposent (s'appuyer sur une documentation solide, utiliser les mémoires des politiques, des survivants, les écrits divers). Cependant bien que les accords d'Evian aient mis fin à la guerre d'Algérie, ils sont pourtant, à soixante ans de distance, toujours objet de polémiques, et parmi les thèmes frappants que l'université et la recherche en Algérie devraient promouvoir et encourager:
Que reste-t-il de ces accords dans la mémoire des politiques?
Les champs d'application de ces accords, à savoir le volet militaire qui a connu un échec, vu le climat effervescent de l'acte d'indépendance: idéologie révolutionnaire, puis le recours à une politique du projet d'alignement avec les pays arabes pour préconiser dans l'avenir un non- alignement à caractère mondial.
Le volet économique et de partenariat entre les gouvernements français et algérien s'est heurté à une vision nationaliste qui a donné lieu à une politique de nationalisation des infrastructures industrielles et productives, d'où l'émergence d'un laisser-aller pour maîtriser cet outil industriel d'une manière globale.
Le dialogue des mémoires entre l'Algérie et la France semble très difficile à mener. Croyez-vous qu'il puisse déboucher un jour sur la réconciliation?
La guerre d'Algérie qui a abouti à l'indépendance de l'Algérie en 1962 après les accords d'Evian, est terminée depuis soixante ans, mais les cicatrices ne se ferment pas, la mémoire de l'histoire de cette guerre reste un sujet très sensible dans les rapports franco-algériens. En effet, les questions mémorielles sont souvent l'objet d'instrumentalisation idéologique et politique, plus particulièrement à l'approche des échéances électorales. Et ce n'est qu'à partir de la présidence de Jacques Chirac, en 1995, que les questions mémorielles ont enfin été abordées, notamment lorsqu'il a reconnu, en 2005, la responsabilité de la France dans le massacre de Sétif le 8 mai 1945. En soulevant le couvercle de ce lourd passé. Le 20 janvier 2021, Benjamin Stora remettait à Emmanuel Macron- né après la fin du conflit- un rapport sur Les questions mémorielles qui se posent encore à la France et à l'Algérie. L'objectif était de proposer des initiatives concrètes, pour aider à la réconciliation de mémoires antagonistes, et dresser l'inventaire des relations mémorielles entre la France et l'Algérie, pour essayer de trouver les voies d'une réconciliation, imaginer des travaux pratiques, qui puissent rapprocher les mémoires; lister les problèmes et trouver des passerelles, mais son rapport a suscité beaucoup de controverse.
Dans ces circonstances, comment trouver le chemin de la réconciliation en Algérie, comme en France?
Il faut des mesures phares comme la restitution, la circulation et la numérisation des archives, auxquelles les historiens pourraient accéder. Il est aussi important de dire la vérité sur les essais nucléaires et bactériologiques que la France a réalisés sur le sol algérien, puisque le dossier de la mémoire renferme également la question de ces essais dans le sud algérien y compris après la guerre. Infinito, la position algérienne semble claire: les excuses d'abord, la pratique ensuite. Par conséquent, le dialogue des mémoires entre l'Algérie et la France semble très difficile à mener, vu les effets de la guerre d'indépendance et son impact sur les milieux politiques, intellectuels, les élites, la population (moudjahidine et populations touchées), cependant et pour débloquer la situation, les deux pays devraient s'intéresser à la réparation, aussi. On doit sortir du discours de la haine pour éviter la grande discorde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.