Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le sens d'une lutte plus que centenaire
Publié dans L'Expression le 30 - 04 - 2022

La planète entière n'est pas dans des dispositions à fêter le 1er mai. La guerre en Ukraine, la répression féroce en Palestine, le complot ourdi contre le peuple sahraoui et le risque d'une famine qui guette des millions d'êtres humains, relèguent la fête des travailleurs tout en bas de la liste des préoccupations des politiques de tout bord.
Ainsi, que ce soit en Algérie ou dans le reste du monde, on semble assez éloigné des considérations historiques. N'était-ce son caractère férié dans l'ensemble des pays du monde, même les travailleurs s'en seraient désintéressés.
Seulement voilà, le 1er mai, ce n'est pas rien dans l'Histoire de l'humanité. C'est la seule date qui ait un sens pour des milliards de personnes.
Et pour cause, elle symbolise tous les acquis des travailleurs sur des siècles de luttes sans relâche. Les assassinats, les répressions policières à l'encontre de syndicalistes auront été le ciment d'une classe ouvrière international qui a réussi à mondialiser des acquis.
Les congés payés, les week-ends de repos et la protection sociale ne sont pas le résultat d'un conciliabule poli avec les patrons. Il fallait aller au charbon, organiser des grèves gigantesques pour obliger le patronat à consentir des droits qu'aujourd'hui on trouve naturels, mais qui étaient loin de l'être au début du siècle dernier.
La «contagion» heureuse des victoires arrachée par des travailleurs est certainement l'un des plus grands triomphes de l'universalité.
Dans cette lutte universelle, le travailleur algérien a eu sa part, à travers son combat pour la libération de son pays.
Une belle leçon donnée à l'humanité entière. La création de l'Ugta, en 1956, aura été un acte fondateur du mouvement des travailleurs qui, après la lutte pour l'indépendance s'est retrouvé naturellement dans les actions de développement du pays.
Et ce sont les sacrifices qu'il a consentis, durant la guerre de Libération nationale, qui ont rendu naturels les congés payés, le système de protection sociale et la retraite à 60 ans. Certains diraient que la génération des travailleurs qui n'a pas connu les affres du colonialisme ne mesure pas la chance de vivre et travailler dans un Etat authentiquement social. Mais il faut aussi souligner qu'en 60 ans beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. L'économie est dirigée par le marché.
Les conséquences on les voit au quotidien. Le chômage, les licenciements, l'inflation et autres «sous-produits» du capitalisme fait dire à des syndicalistes d'aujourd'hui que le combat n'a pas encore abouti. Pis encore, les travailleurs sont en passe de perdre des droits.
Dans le monde on le constate et en Algérie, on pourrait suivre le mouvement de la mondialisation qui se fait contre les travailleurs, affirment des «nostalgiques» du socialisme. Mais la réalité est certainement beaucoup plus complexe.
Les travailleurs algériens n'affrontent pas un «monstre impérialiste». L'équation est en réalité assez simple et la solution est entre les mains de l'Etat, dont la responsabilité première est de maintenir, quoi qu'il lui en coûte, la dimension sociale et s'engager dans une véritable révolution économique.
Avec son formidable potentiel, l'Algérie peut faire le bonheur de tous ses travailleurs. Mais encore faut-il s'y mettre sérieusement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.