Découvertes de gaz à Hassi R'mel: production des premières quantités dès septembre    JM/Haltérophilie: Faris Touairi en bronze à l'arracher, avec une prise à 161 kg    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Il y a 2 ans, les crânes des symboles de la résistance algérienne retrouvaient leur terre natale    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Makri avance sa proposition    Le sens et les messages d'un défilé    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Les déchets ménagers inquiètent    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le général dans son propre piège
8 mai 1945 - 8 mai 2022 : De Gaulle et ses promesses de liberté aux colonies africaines
Publié dans L'Expression le 08 - 05 - 2022


Il a fallu un long processus de maturation pour aboutir aux tragiques évasements du 8 mai 1945. Ces massacres, par ailleurs toujours impunis, sont le résultat des privations, des frustrations, des déceptions. Ce sont surtout des promesses non tenues après la fin de la Seconde Guerre mondiale qui ont conduit le peuple algérien à braver mains nues l'armée coloniale. Pour situer le contexte de cette époque, on a reproduit quelques déclarations d'hommes politiques et de militaires français, ayant conduit aux évènements du 8 mai 1945 qui se sont terminés par une répression féroce de l'armée coloniale. Ces déclarations sont contenues dans le livre de Mohammed Ghafir dit Moh Clichy Droit d'évocation et de souvenances sur le 17 octobre 1961 à Paris, préfacé par Jean-Luc Einaudi et B.Aïdoun. Pour de nombreux historiens, c'est le général de Gaulle qui, malgré lui, a allumé la mèche de ces événements. De Gaulle était loin de se douter de la réaction du peuple algérien brimé et réduit à l'esclavage quand il a promis monts et merveilles dans son discours de Brazzaville en 1944. Communicateur hors du commun, De Gaulle fascine par ses discours en usant de mots très forts. Il avait la capacité exceptionnelle à être beaucoup plus persuasif que les autres politiciens nonobstant les déboires qu'il a eus à un moment donné de sa vie politique. Les propos qu'il tenait dans des situations particulières, avaient toujours un réel impact sur la suite des événements. Du 30 janvier au 8 février 1944 s'était tenue la «Conférence africaine française» à Brazzaville, alors capitale de l'Afrique équatoriale française. Cette conférence,qui s'était déroulée devant les hauts fonctionnaires coloniaux d'Afrique noire et de Madagascar, visait, notamment à clarifier la position de la France quant à l'avenir de ses colonies africaines. Le général de Gaulle avait demandé aux «indigènes» de s'engager nombreux pour libérer «la mère patrie». Son appel s'adressait à toute «l'Afrique française» comme dans tous les autres territoires où des hommes vivaient sous le drapeau français. Pour le général, il était inconcevable qu'il n'y aurait progrès qui soit un progrès si les hommes sur leur terre natale n'en profitent pas moralement et matériellement. En d'autres termes, si ces hommes ne prenaient pas leur destin en main et donc la gestion de leurs propres affaires en toute liberté. «C'est le devoir de la France de faire en sorte qu'il soit ainsi», lance De Gaulle d'un ton solennel et les Algériens y ont fortement cru. Mais les promesses n'engagent que ceux qui les croient. Près de 16 mois après cette déclaration, 45 000 «indigènes» ont été massacrés par l'armée coloniale un certain mardi 8 mai 1945 et les mois de juin et juillet à Sétif, Kherrata, Guelma et d'autres villes d'Algérie, sous le règne du général de Gaulle. Les Algériens ont manifesté pacifiquement ce jour de l'armistice demandant l'application du Pacte atlantique des alliés signé le 14 août 1941 et juillet 1942: «Le droit des peuples à la liberté sans distinction de race, de couleur et de religion. Notre victoire doit conduire à la libération de tous les peuples.». Or, l'espoir de mettre à profit la conjoncture internationale pour se débarrasser du système colonial s'est transformé en cauchemar pour les Algériens. Les Européens festoyaient pour la fin du nazisme et les Algériens tombaient sous les balles de l'armée française. Il n'est pas faux d'avancer le fait que la guerre d'Algérie a commencé lors de ces massacres du 8 mai 1945. C'était la rupture définitive avec l'ordre colonial et la chimère d'une Algérie sous la bannière française. Après cette sanglante répression, le général Duval, chargé de la sécurité en Algérie déclare dans un rapport adressé au gouvernement sous les ordres du général de Gaulle. «J'ai réussi à mettre fin à l'insurrection des indigènes durant les mois de Mai -Juin et Juillet», il ajoute avec prémonition que «si la France ne fait rien avant 10 ans, tout recommencera en pire et probablement de façon irrémédiable». Il s'est trompé de peu. Neuf ans après, le 1er novembre 1954 survenait le soulèvement populaire, la lutte de Libération nationale est engagée sous le sigle du FLN.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.