Barça : Bonne nouvelle pour Gavi    Bayern : Gnabry dans le viseur des clubs de Manchester    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Drame de Melilla: Le Premier ministre espagnol charge le Maroc    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Boxe - FAB: Lorsque le sport casse les tabous    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    La longue marche...    La cohésion sociale : socle de la véritable citoyenneté    Tebboune à coeur ouvert    Un petit tour et puis s'en vont    Ronaldo, des cadors européens et Naples sur les rangs    Contacts établis avec Ziyech    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM: médaille d'or pour le nageur Syoud    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Les déchets ménagers inquiètent    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Béjaïa en fête    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce qu'a dit le roi des numides
«Le testament de jugurtha» de Mouanis Bekari
Publié dans L'Expression le 18 - 05 - 2022

Ce regain d'intérêt se traduit non seulement par l'aspect quantitatif de ce genre d'ouvrages, mais également par leur qualité.
Les auteurs qui s'y sont penchés ont généralement un parcours de vie professionnelle exceptionnel leur ayant permis de traiter les sujets avec énormément de savoir-faire et de maitrise.
Les sujets historiques sont traités aussi bien par des spécialistes ayant consacré leurs cursus universitaires à ces questions que par des passionnés d'histoire lesquels, même s'ils travaillent dans d'autres domaines, ont baigné, leur vie entière, dans l'univers de ces sujets dont ils sont férus. Mouanis Bekari fait partie de ces universitaires dont l'histoire a toujours été sa passion de prédilection. Il est né le 1er Novembre 1954 à Alger où il a fait ses études secondaires. Après des études d'économie à Paris, il a entamé sa vie professionnelle en Algérie dans la direction financière, puis à Paris à la direction des projets d'un grand groupe informatique.
De la passion de l'histoire à l'écriture
La passion de Mouanis Bekari pour l'histoire a poussé ce dernier à passer à l'acte. Celui de l'écriture de son premier ouvrage dans le domaine qui le séduit le plus. Celui de l'histoire berbère. «Le testament de Jugurtha» est le titre de ce premier livre écrit par Mouanis Bekari et qui vient d'être publié. «Début janvier -104, Jugurtha est étranglé dans le Tullianum, le cachot de la prison de Rome, après avoir été privé d'eau et de nourriture six jours durant.
Ainsi s'achevait, dans un lieu d'un aspect horrible et terrifiant tant il etait malpropre, obscur et nauséabond, la vie du roi numide qui mena, pendant sept ans, une lutte qui fut considérable, sanglante, marquée par bien des vicissitudes à la plus puissante armée de l'Antiquité», souligne l'auteur dans sa présentation de son ouvrage. Et de rappeler que, ni l'extraordinaire mobilisation des Numides à l'appel de leur Aguellid, ni la guerre de harcèlement qu'il a imposée aux légions romaines pour compenser leur avantage tactique, et que l'émir Abdelkader puis l'ALN, reprendront contre l'écrasante supériorité matérielle de l'armée française, n'auront suffi à venir à bout de la machine de guerre romaine; pas plus que l'humiliation du passage sous le joug, qu'il infligera aux légions de la Louve à Suthul, ne suffira à contrarier l'implacable avancée de la République impériale. Mouanis Bekari s'interroge, en outre, que plus de 2000 ans après la tragique épopée de Jugurtha, que reste-t-il du message de celui qui demeure, même confusément, presque inconsciemment, la figure emblématique de la lutte contre l'asservissement de la Numidie?
Parole au roi des Numides
«Et d'abord, a-t-il bien été ce héros shakespearien, dont Rimbaud a fait un symbole du refus de la servitude, ou n'était-il qu'un ambitieux sans foi ni honneur, un meurtrier impitoyable et le fossoyeur du royaume de Massinissa, comme nous l'affirme Salluste?
Faut-il le considérer comme un intrigant dissimulant une ambition brutale sous le masque du patriotisme ou était-il bien le dernier souffle de vie de la Numidie indépendante?
Pourquoi le héros de Numance, qui parlait quatre langues, qui subjuguait ceux qui l'approchaient et que Scipion Emilien avait honoré et couvert d'éloges devant l'armée romaine réunie, est-il devenu le cauchemar de Rome? Est-il possible que plus de 2000 ans après le combat de Jugurtha, les notions de légitimité et de légalité du pouvoir en soient encore à s'affronter?
Que les ressorts de la pérennité et de la résilience des institutions soient toujours débattus? Que la «fragilité mémorielle de la culture» ne soit pas enfin reconnue pour ce qu'elle est: un danger mortel pour la cohésion du corps
social? Autant de questions auxquelles Mouanis Bekari tente de répondre dans son ouvrage «Le testament de Jugurtha», publié aux éditions «Gaia». Dans son livre, Mouanis Bekari donne la parole au roi des Numides, «avant qu'il ne succombe au lacet du bourreau, afin qu'il donne sa version des évènements dont il fut le protagoniste et ses réponses aux questions qui nous tourmentent encore».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.