Rachad-MAK: le mariage incestueux    6 et 4 ans de prison pour Ould Abbès et Barkat    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Les bateaux «fantômes» d'Algérie ferries    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Bouira sérieusement impactée    «Chaud» sera l'été...    Nouvelles filières pour les matheux    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    JM-2022-Oran : les Algériens de la lutte libre sortent sans médaille    JM-Oran-2022 / Football (Gr.A/2e journée) : Algérie-Maroc (0-2)    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Face aux séismes    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand les Américains surfent à Alger
Partenariat algéro- US pour l'apprentissage de l'anglais
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2022

120 fonctionnaires appartenant à 13 ministères ont été formés à l'usage de la langue de Shakespeare. Intitulé «Link II», ce projet qui s'est fixé comme objectif la promotion de la langue anglaise, destiné aux responsables du gouvernement algérien, a été réalisé en partenariat avec l'école de langues Berlitz. Selon un communiqué de l'ambassade des Etats-Unis en Algérie, ont participé à ce programme: le ministère des Affaires étrangères, le ministère de l'Agriculture, la Protection civile, le ministère du Commerce, le ministère de la Communication, le ministère de la Culture, le ministère de la Défense, le ministère de l'Environnement, le ministère de la Pêche, le ministère de la Justice, le ministère de l'Industrie pharmaceutique, le ministère des Travaux publics et le ministère des Transports. «Nous avons baptisé ce programme «Link» ou «Lien» en français parce que nous croyons que l'anglais offre incontestablement des perspectives pour de nouveaux réseaux et de nouvelles opportunités», a déclaré l'ambassadrice des Etats-Unis en Algérie, Elizabeth Moore Aubin, à la clôture du projet «Link II». «La promotion de la langue anglaise est l'une des principales priorités de l'ambassade des Etats-Unis à Alger», a déclaré l'ambassadeur Aubin. «Notre objectif est simple: nous voulons que chaque Algérien ait les compétences nécessaires en langue anglaise pour réussir sa carrière et nous sommes fiers de nous associer à l'Algérie pour multiplier les opportunités d'apprentissage de la langue anglaise dans le cadre de l'accroissement de nos relations dans les domaines de l'éducation et la culture. Le projet «Link» vise à doter les officiels algériens des compétences linguistiques nécessaires pour participer à des conférences et échanges internationaux, communiquer avec des homologues internationaux et exploiter des rapports et des contenus rédigés en langue anglaise.
La sous-secrétaire d'Etat Wendy Sherman - qui occupe la deuxième position dans l'ordre protocolaire du département d'Etat des Etats-Unis- a annoncé la mise en place du projet «Link» lors du cinquième dialogue stratégique américano-algérien, tenu en mars 2022.
L'initiative est à la fois noble et louable. Cependant, elle chevauche sur l'inextricable polémique des langues. Au lendemain de l'indépendance du pays, en 1962, s'est installée une guerre des positions renvoyant dos à dos les intellectuels francophones et arabophones. C'est de là qu'est née l'idée de remplacer l'anglais par le français Cycliquement, une agitation est sciemment entretenue autour de cette question. Elle est liée soit à une conjoncture politique précise, il s'agit donc de faire dans la diversion. Soit, elle est tout simplement mue par un positionnement personnel et au passage régler son compte à la frange francophone en prônant l'anglais comme langue étrangère dominante dans le système éducatif algérien. L'anglais a souvent été instrumentalisé par le courant conservateur, et souvent islamiste, comme une arme de substitution à la langue française dans l'enseignement. La réalité, est qu'en Algérie, si la scolarité se fait en arabe, le français reste la langue de l'enseignement supérieur dans les disciplines scientifiques et techniques. Plus encore, le monde économique qui fonctionne majoritairement en français est en totale décalage avec une école totalement arabisée. Mais l'époque a changé et une nouvelle tendance de diplômés anglophones essaime, aujourd'hui, les universités algériennes. C'est une réalité à prendre très au sérieux dans les bassins linguistiques algériens.
Les Américains ont-ils décelé dans cette légère brise, les prémices d'une grande vague sur laquelle il va falloir surfer? Ce n'est pas sans raison que l'ambassade des Etats-Unis propose un large éventail de projets pour promouvoir la langue anglaise à travers toute l'Algérie et à tous les niveaux, allant des lycéens issus de milieux défavorisés aux responsables gouvernementaux. De même qu'elle offre des bourses pour l'apprentissage de la langue anglaise à près de 200 étudiants issus de familles aux moyens modestes.
Les Etats-Unis ont également aidé à former 22 enseignants d'anglais venant de six wilayas rurales dans le cadre du projet Forward. Enfin, les Etats-Unis et l'Algérie ont développé un partenariat d'une durée de trois ans entre le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et l'université de Columbia à New York pour améliorer l'enseignement de l'anglais dans les 107 universités algériennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.