Rachad-MAK: le mariage incestueux    6 et 4 ans de prison pour Ould Abbès et Barkat    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Les bateaux «fantômes» d'Algérie ferries    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    L'Iran confirme des pourparlers à Doha    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Bouira sérieusement impactée    «Chaud» sera l'été...    Nouvelles filières pour les matheux    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    JM-2022-Oran : les Algériens de la lutte libre sortent sans médaille    JM-Oran-2022 / Football (Gr.A/2e journée) : Algérie-Maroc (0-2)    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Face aux séismes    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rien n'est interdit entre Alger et Rome
Publié dans L'Expression le 26 - 05 - 2022

Premier client, seul soutien européen de l'Algérie durant la décennie noire, des rapports de bon voisinage exemplaires, l'Italie coche toutes les cases d'un partenaire fiable. À aucun moment dans l'histoire de l'Algérie indépendante, l'on a enregistré le moindre couac dans les relations entre les deux pays. Même si culturellement, les peuples algérien et italien sont différents, ils ont en partage un même tempérament méditerranéen typique. Il est, certes, vrai que la barrière de la langue a empêché un brassage culturel, mais il est communément admis que les deux pays ont plusieurs millénaires d'histoire commune. Il n'est, d'ailleurs jamais trop tard pour rappeler que l'Algérie est la partie du monde où l'on compte plus de ruines romaines après l'Italie. C'est dire que les deux sociétés ont commercé. Elles se sont fait la guerre, signé des traités de paix. Elles ont connu l'une et l'autre une apogée de leur civilisation, se sont battues pour défendre leur terre et leur culture. Italiens, comme Algériens ont perdu des batailles, ont connu des invasions et aussi des victoires. Tout au long de leurs millénaires d'histoire, chaque pays a édifié des dynasties qui s'étaient éteintes pour laisser place à d'autres royaumes, jusqu'à parvenir à constituer deux Républiques souveraines qui se respectent et s'apprécient mutuellement.
Aujourd'hui, les deux pays entretiennent des relations soutenues et peuvent être considérées comme un modèle du genre. L'Algérie vend son gaz à l'Italie et celle-ci y exporte beaucoup de produits. Même s'il est permis d'afficher une certaine insatisfaction quant au volume des échanges, le partenariat entre Alger et Rome ne souffre d'aucune arrière-pensée politicienne d'un côté comme de l'autre. Pourtant, les deux pays ont été des rivaux dans l'Antiquité. Le tombeau du roi numide, Jugurtha, témoigne de ses rapports tumultueux. Et Lamamra en a apporté son témoignage contemporain, l'année dernière, en rendant visite au lieu de détention du roi numide. «Une pièce de l'histoire de l'Algérie viscéralement ancrée dans le coeur de Rome», avait twitté le ministre.
De cet épisode antique, il y a plusieurs enseignements à tirer. D'abord, qu'il y a un temps pour la guerre et un autre pour la paix entre les nations. Ensuite, que la guerre ne doit pas signifier l'occultation de la vérité historique, à savoir que face à Rome, il y avait en Afrique du Nord en lieu et place de l'Algérie actuelle, un royaume, celui de Numidie qui était gouverné par les ancêtres des Algériens. Cette reconnaissance mutuelle suffit à construire des relations inter-Etats solides et stables. Et c'est justement cette approche rationnelle et décomplexée de l'Histoire qui permet, aujourd'hui, à Alger et à Rome d'envisager l'édification d'un futur commun prospère. La rationalité dans la conduite de sa politique étrangère amène l'Algérie à s'appuyer sur l'économie, le bon voisinage et le respect de la souveraineté des pays, pour construire des rapports apaisés avec un pays comme l'Italie. Ces préalables réunis dans le partenariat algéro-italien, il n'existe objectivement aucune entrave susceptible de gripper une coopération appelée à être exemplaire dans le pourtour méditerranéen.
Il reste à l'Algérie d'accéder aux standards internationaux en matière de gestion économique. Le Code des investissements, bientôt promulgué par le Parlement, est un pas dans le bon sens. Il faudra aller plus loin pour hisser le pays et en faire un pôle d'attractivité économique. l'Italie est un partenaire de choix pour réaliser cet objectif. Il est tout à fait envisageable de créer un véritable axe économique Alger-Rome pour permettre aux opérateurs algériens de mettre les deux pieds sur le marché européen et ouvrir les portes de l'Afrique aux hommes d'affaires italiens. Rien ne l'interdit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.