Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et de trois pour Lounès Ghezali!
«La dernière escale» Paru aux Editions Frantz-Fanon
Publié dans L'Expression le 13 - 06 - 2022


Lounès Ghezali est l'un des écrivains les plus prometteurs de la nouvelle vague de romanciers algériens comptant des dizaines d'auteurs qui ont tous un point commun: leur talent littéraire. Lounès Ghezali, qui est à son troisième roman, est un écrivain originaire et résidant dans la commune de Mizrana dans la région de Tigzirt (wilaya de Tizi Ouzou). Une localité féérique qui allie allègrement forêt et mer. Un décor paradisiaque qui ne peut que contribuer à aiguiser l'inspiration de tout écrivain ayant au préalable le talent et les capacités nécessaires pour entamer une carrière dans le domaine des lettres. C'est ce que semble être parfaitement le cas pour Lounès Ghezali. Si pour une bonne partie des écrivains, l'écriture de manière générale, représente une forme de thérapie, pour Lounès Ghezali, il s'agit plus d'une écriture qui lui procure du plaisir. Même si dans le cas de son tout nouveau roman, il y a de quoi s'émouvoir car le thème abordé n'est autre que l'absurdité de la mort dans toute son étendue. Le sujet qui bouleverse le plus et qui émeut tout lecteur. Intitulé «La dernière escale», le nouveau roman de Lounès Ghezali vient d'être publié par les Editions Frantz-Fanon que dirige le talentueux écrivain-journaliste Amar Ingrachen. Il a été mis à la disposition du public lors du dernier Salon du livre de Boudjima où l'auteur, présent, a pu le présenter et en débattre avec ses lecteurs. Il a aussi profité de cette occasion pour le dédicacer. Ce roman parait après la publication, par le même auteur, de deux autres titres dans le même genre, à savoir, «L'appel de la montagne» et «Le rocher de l'hécatombe». Cette fois-ci, Lounès Ghezali a fait le choix de se pencher sur un sujet qui a, depuis toujours, préoccupé les philosophes de tous bords,à savoir la mort. Un sujet qui demeure un mystère que personne ne peut percer. L'auteur s'incruste ingénieusement dans la peau d'une femme qui s'est murée dans le silence, durant toute sa vie. Comme ce fut d'ailleurs le cas de la majorité des femmes algériennes et kabyles en particulier. Dans ce roman, Lounès Ghezali donne la parole à cette femme qui en a été tellement privée durant toute son existence. Le livre relate les ultimes paroles d'une femme longtemps restée sans voix; une femme qui a longtemps vécu dans le silence. Le livre a des allures de récit autobiographique où le narrateur dépeint ses derniers moments en faisant appel à des images lointaines enfouies dans sa mémoire ou parfois simplement à de l'imagination ou à des sensations du présent. Elle partage avec le lecteur ses peines, ses douleurs, ses petites joies, mais surtout... la vanité de cette vie. «Son esprit est à équidistance entre le réel et l'imaginaire, mais dans son cheminement courbé, enivré par la mort, elle révèle des vérités multiples. Elle nous invite souvent à penser sur le tragique et le dérisoire de notre existence... Elle écoute, elle constate, elle évoque, elle songe, elle rêve...Elle lie le passé et le présent. Elle prend conscience surtout que le temps emporte tout», nous explique Lounès Ghezali. Perdue dans ses rêveries, quelquefois dans ses douleurs, elle déroule sa vie, évoque des souvenirs avec le plus souvent, le ton de la confidence. Elle s'émerveille du pouvoir de l'imagination; met en évidence certaines scènes, des séquences de sa vie, de son enfance et de sa jeunesse qui, avec l'alchimie de son esprit, leur trouve des rapports avec le présent. «Avec une sorte de miroir réaliste, cette projection vers le passé la pousse à déterrer encore plus d'images. À la fin, elle découvre une vérité cruelle...», conclut Lounès Ghezali.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.