La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Duel au soleil des Pharaons    Concentration maximale chez les Verts    Les Verts se remettent au travail    Mesures légales pour relancer la production    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Juventus: De Ligt explique son choix    Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Des noms et des questions    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    Collectif d'avocats : «Les quatre enfants du général Hamel sont libérés, les détenus d'opinion encore sous mandat de dépôt»    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Des personnalités conduiront le processus    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    Le Forum civil pour le changement dévoile ses treize personnalités    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nucléaire israélien inquiète les arabes
CLASSE PAR L'ONU À LA 4E PLACE AU PLAN MONDIAL
Publié dans L'Expression le 26 - 06 - 2006

Les pays arabes ont insisté sur l'examen de la question du potentiel nucléaire israélien lors de la conférence de l'Aiea prévue à Vienne.
Un récent communiqué de l'ONU se demandait, face au problème posé par le nucléaire iranien, si, pour résoudre ce problème, il ne faut pas choisir ce cadre-là pour résoudre tous les problèmes, y compris le programme nucléaire israélien.
En avril 2004, Ariel Sharon, alors Premier ministre israélien, reconnaissait que son pays possédait un programme d'armement nucléaire. C'était la première fois qu'un officiel de l'Etat hébreu confirmait ce que la communauté internationale sait depuis quarante ans.
Depuis que la France lui a fourni, durant les années 1960, un réacteur nucléaire, tous les experts militaires étrangers s'accordent à dire qu'il dispose de 100 à 200 ogives nucléaires.
Les pays du Moyen-Orient, particulièrement la Syrie et l'Iran, dans le collimateur des Etats-Unis qui les soupçonnent de chercher à développer des armes de destruction massive (ADM) comme l'Irak, peuvent «gloser» sur le «danger» que constitue l'arsenal israélien «pour la sécurité régionale et mondiale».
En fait, le potentiel nucléaire israélien suscite une inquiétude arabe croissante, d'autant plus que le dernier rapport de la commission de désarmement relevant de l'ONU classe l'arsenal nucléaire d'Israël au 4ème rang mondial après les Etats Unis, la Russie et la France, a souligné le directeur général de l'Agence arabe de l'énergie nucléaire, M.Mahmoud Nasreddine.
Une dépêche de l'APS, diffusée hier, rapporte qu'en marge des travaux de la commission arabe chargée de la mise en place d'un projet de traité régional visant l'exemption de la région du Proche-Orient des armes de destruction massive (ADM), dimanche, au siège de la Ligue arabe, Nasreddine a déclaré que cette inquiétude croissante des pays arabes concernant le programme nucléaire israélien est exacerbée par le refus d'Israël de signer le traité de non-prolifération nucléaire (TNP) et la non soumission de ses infrastructures nucléaires aux inspections de l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea) pour s'assurer du caractère du programme nucléaire israélien.
Il a également exprimé l'inquiétude des pays arabes, signataires du TNP, face à la poursuite de l'utilisation des terres palestiniennes par Israël pour enfouir ses déchets industriels, qui pourraient contenir des déchets nucléaires ou radioactifs aux effets dangereux sur l'environnement et l'homme en Palestine.
Les pays arabes ont insisté sur l'examen de la question du potentiel nucléaire israélien lors de la conférence de l'Aiea prévue à Vienne et au niveau de l'ONU, a souligné le responsable, qui a précisé que la commission a appelé les ambassadeurs arabes en Autriche à faire inscrire cette question dans l'agenda de l'Aiea.
L'Agence arabe de l'énergie nucléaire collabore actuellement avec l'Aiea dans les opérations de contrôle de la radioactivité et l'installation de réseaux de détection précoce de la pollution radioactive, en vue d'éviter les accidents radioactifs en Israël ou dans un pays arabe voisin et de protéger l'environnement et les nappes phréatiques dans le monde arabe.
Lors de cette réunion, la commission finalisera la révision du projet de traité régional sur le désarmement de la région du Proche-Orient, notamment des armes nucléaires et examinera les projets de protocoles annexés au traité sur les ADM, aussi bien nucléaires, biologiques que chimiques.
La commission soumettra ses recommandations relatives à ce traité visant à aboutir à une position arabe collective en matière d'ADM dans la région, à la prochaine session du conseil de la Ligue arabe au niveau des ministres des Affaires étrangères, prévue en septembre prochain.
L'Agence russe Novosti n'a pas manqué de relever cette semaine le jeu des tractations sur le nucléaire.
Les oscillations de l'administration américaine entre tolérance raisonnable et accès d'hostilité à l'égard de l'Iran dépendent, pour beaucoup, de l'influence subie par la Maison-Blanche à un moment donné: celle des néo-conservateurs de l'entourage de Dick Cheney et de Donald Rumsfeld, ou bien celle des «pacifistes» qui se sont rassemblés autour de Condoleezza Rice. Fait moins connu: les deux groupes recherchent et trouvent le soutien des minorités ethniques de l'Amérique qui jouent un rôle de plus en plus important dans la formation de la politique de l'Etat à l'égard de l'Iran.
Le lobby pro-israélien insiste au congrès et à la Maison-Blanche sur la vanité des efforts diplomatiques déployés à l'égard de l'Iran. La thèse principale se présente à peu près comme suit: «les radicaux islamiques qui détiennent le pouvoir en Iran sont incapables de comprendre le langage des arguments et des persuasions, s'il n'est pas accompagné d'une démonstration de force».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.