L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La face cachée d'une élection ordinaire
RENOUVELLEMENT PARTIEL DU SENAT
Publié dans L'Expression le 18 - 11 - 2006

La discipline partisane sera mise à rude épreuve par les ambitions personnelles.
A l'approche d'un rendez-vous électoral déterminant, chacun se démène comme il peut pour décrocher une place au paradis. Les candidats nantis n'y sont pas allés avec le dos de la cuillère. Ils ont «investi» leur argent pour engranger les dividendes le jour J. A écouter certains candidats on se croirait à une autre époque. Lorsqu'un candidat au Sénat vous dit qu'il vient de dépenser une somme astronomique et qu'il part confiant pour décrocher son siège, on reste pantois devant tant de suffisance doublée d'irresponsabilité. Mais le pire est qu'ils en parlent et que les gens prennent au mot leurs allégations et les répandent jusqu'à en faire une logique. On leur pose évidemment la question de la discipline partisane. Sans ambages, on vous réplique: «On achète les voix pas la discipline». Un cas s'est produit dans une wilaya donnée, que je ne citerai pas pour des raisons qu'on comprendra. Dans ce lieu donné, le FLN dispose d'une majorité simple dans les institutions élues. En face, les deux partis réunis, le MSP et le RND, font un contrepoids. Mais aucun candidat des deux camps ne peut passer sans chasser chez les deux autres. Les donnes supposent que le RND ne peut s'allier au MSP. Il peut faire alliance avec le FLN mais de manière partielle parce que la direction du parti a déjà répondu en disant: «Il n'y aura pas d'alliance entre les partis de l'Alliance présidentielle». Cela ne veut pas dire que les alliances locales et contre-nature seront exclues. Dans la wilaya citée en exemple, un candidat du RND s'est préparé à coups de millions pour décrocher un fauteuil au Sénat. Pourtant les donnes ne le lui permettent pas. Il compte sur une alliance avec le MSP en plus de quelques voix prises chez le FLN. Or, le FLN dit officiellement qu'il est en train d'élaborer sa stratégie pour rafler le maximum, dans le sens où aucune déperdition de voix n'est tolérée.
L'exemple cité n'est pas un cas isolé. Il peut s'étendre à d'autres régions et risque de surprendre beaucoup de stratèges. Sur le plan de la faisabilité, les grands électeurs votent à bulletin secret. Personne ne pourra donc dire si X a voté pour Y ou l'inverse. Mais les calculs des voix détermineront si la discipline du parti a été observée ou non, en tenant compte des voix des autres partis minoritaires et des indépendants, bien évidemment. Tous les pronostics indiquent que le FLN va damer le pion au RND. Ce recentrage lui permettra également de reprendre la direction de la chambre haute du Parlement. Car la majorité qui se dégagera aura une incidence sur le poste du président du Sénat. Il sera désigné du tiers présidentiel. Mais on a vu un Boumaza, venant du FLN, présider un Sénat à majorité RND où feu Messaâdia dans les mêmes conditions ou encore un Bensalah, venant du RND, présider un Sénat à majorité FLN. C'est dire que «l'écluse» n'a pas de couleur politique apparente. Mais l'énigme sur le déroulement du scrutin reste entière. Le FLN n'a pas encore achevé l'opération de renouvellement de ses instances. La cadence pour l'élection des bureaux de mouhafadha n'a pas encore atteint son rythme; rythme qui ne permettra pas au FLN d'être prêt au 28 décembre prochain, sauf s'il met les bouchées double en donnant un coup d'accélérateur à l'opération de renouvellement, tout en menant à bien sa campagne de sensibilisation. Dès lors, il pourra couper la voie devant les aventuriers qui font feu de tout bois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.