Réunion du Gouvernement: Des mesures d'urgence pour l'industrie et l'agriculture    Le président de la CIPA: «L'objectif premier c'est de combattre la bureaucratie»    Habitat: Les logements LPL font jaser    Revirement ou tactique ? Mohamed VI feint l'apaisement    Lamamra en Egypte: Libye, Tunisie et coopération au menu    Le président Kaïs Saïed rassure: «La Tunisie est sur le bon chemin»    Football - Ligue 1: La relégation hante les esprits    La bonne affaire pour l'Afrique ?    Analyses médicales, tests antigéniques et PCR: Les assurances sociales appelées à faire plus    Un dentiste dément les rumeurs: «Aucun danger de l'anesthésie buccale sur les vaccinés»    Richesses humaines ensevelies    La démocratie en terre d'islam : «Allah ghaleb est inscrit sur tous les fronts» !    Mettez fin à l'occupation du Sahara occidental    Le dinar reprend du poil de la bête face au dollar    Abdelkrim Fergat aux repêchages    Cinquième or pour Dressel    Le trophée pour Zverev    Le temps des solidarités    Alger-Tripoli    Les grandes urgences du secteur de l'industrie    On vaccine les zones d'ombre    Les médecins de la diaspora attendent le feu vert    50000 Employés risquent le chômage    Le formidable élan de solidarité des Algériens    37 décès et 1.172 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 200.000 manifestants dans les rues contre le pass sanitaire    L'ONU salue une « réalisation historique » en Libye    Mémoire et traumatisme de guerre    Une figure de la musique andalouse s'éteint    Le TNA et le Cadc optent pour le virtuel    Tenue de la 45e Eucoco les 10 et 11 décembre prochain    L'échec de Flissi    Retrait de l'accréditation à la chaîne TV El Arabia    Une fresque murale à l'entrée de la nouvelle cité Djerda    Apulée de Madaure célébré en Hongrie    Publication de 20 ouvrages par l'Enag    Tennis : Djokovic repart bredouille, et blessé    L'AS FAR valide son billet    Les prix à la consommation en baisse de 1,1% sur un mois en juin    Après France 24: Retrait d'accréditation à la chaîne «El-Arabia»    FAF - Coupe de la Ligue: Un véritable casse-tête !    Retrait de l'accréditation en Algérie    Al Arabia interdite en Algérie    Quelle chance pour la médiation algérienne ?    LE RCD CHARGE LE GOUVERNEMENT    Chanegriha: «Mettre en échec tous les plans hostiles»    Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    Absence de culture ou...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France doit assumer sa responsabilité
ESSAIS NUCLEAIRES FRANÇAIS À REGGANE
Publié dans L'Expression le 14 - 02 - 2007

L'absence d'étude précise sur les conséquences des radiations sur les populations algériennes n'autorise pas leur négation.
La France est appelée à ouvrir les archives relatives aux essais nucléaires effectués en Algérie. La demande a été officiellement formulée, hier, dans le message du ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbès, lu à l'ouverture du colloque international sur «les essais nucléaires dans le monde: le cas du Sahara algérien» qui se tient à l'hôtel El-Aurassi. Cette démarche permettra d'établir, certes, un fait historique. Mais elle est motivée par d'autres raisons liées au besoin des scientifiques de mesurer avec précision l'ampleur réelle des dégâts occasionnés par les explosions atmosphériques et souterraines qui n'ont jamais été reconnues par l'ancien colonisateur.
Cette demande est appuyée par des experts français ayant pris part à cette rencontre. M.Bruno Barillot, expert du Conseil d'orientation pour le suivi des conséquences des essais nucléaires, affirme que les chercheurs ignorent, à ce jour, la délimitation exacte des zones contaminées par les essais aériens et souterrains. «Nous sommes aussi sans information sur la destination des anciens laboratoires de Reggane et des blockhaus construits à Hamoudia.» Mais le véritable danger réside dans les sites qui ont servi de terrain aux expériences complémentaires qualifiées par la France d'«essais froids» effectués après l'indépendance qui sont au nombre de 50. «L'on ignore l'état des puits et autres installations et équipements qui ont servi aux expériences complémentaires réalisées sur le site de Hamoudia et Taourit Tan Ataram à 40 km à l'ouest d'In Ecker à Tamanrasset.»
L'accès aux archives est incontournable. «Le secret défense» prôné jusqu'ici par les autorités françaises n'a plus aucun argument tangible. Interrogé en marge de la rencontre sur les essais effectués après 1962, Saïd Abadou, secrétaire général de l'Organi-sation des moudjahidine, s'est abstenu de répondre. Il a toutefois renvoyé les journalistes aux négociateurs des accords d'Evian. M.Bruno Barillot a affirmé que la France «a une dette inestimable envers les populations algériennes».
Par ailleurs, le ministre des Moudjahidine a estimé que la France doit reconnaître «sa responsabilité» quant aux conséquences néfastes engendrées par les essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien. «Il est du devoir de l'Etat français de reconnaître et d'assumer sa responsabilité quant aux conséquences de ses essais nucléaires opérés dans le Sahara algérien et qui ont causé des dommages aux êtres vivants et à l'environnement dans cette région», a-t-il souligné. Il a également insisté sur l'opportunité qui nécessite de «prendre en charge les victimes de ces essais nucléaires et défendre leurs droits», ainsi qu'à «identifier les voies et moyens pour limiter leurs conséquences néfastes sur l'environnement».
La France, ajoute le ministre, a poursuivi ses essais nucléaires dans le Sahara algérien, y compris après l'indépendance, sans pour autant prendre des mesures de prévention de santé, d'environnement ou de gestion des déchets nucléaires. «Toutes les lois universelles reconnaissent la responsabilité du pollueur quant à la prise en charge des conséquences engendrées par cet acte».
En 2005, l'Aiea a publié un rapport sur la radioactivité résiduelle sur les sites nucléaires algériens. Ces mesures ont été effectuées à la demande du gouvernement algérien.
Le rapport a indiqué qu'il restait sur les points zéro de Reggane et In Ekker une radioactivité non négligeable.
Les essais nucléaires français dans le Sahara algérien ont, certainement, été parmi les plus délétères de l'histoire nucléaire après la Seconde Guerre mondiale. «L'absence d'étude précise sur les conséquences des radiations sur les populations algériennes n'autorise pas leur négation», a précisé M.Mostéfa Khiati, professeur au CHU Zmirli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.