Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Regard féminin
8 MARS : JOURNEE MONDIALE DE LA FEMME
Publié dans L'Expression le 07 - 03 - 2002

La galerie Smaïl Samsom (Théâtre de verdure) accueillera, aujourd'hui, une belle exposition picturale, dédiée exclusivement aux femmes.
En effet, l'expo, qui est organisée par l'établissement Arts et Culture de la wilaya d'Alger, entre dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la femme. Vous êtes toutes conviées à venir assister à son vernissage qui débutera à partir de 16 h.
Cette cérémonie sera clôturée par la remise des prix aux lauréates du concours de peinture en hommage à Mme Aïcha Heddad (doyenne des peintres algériennes).
En cette journée du 8 Mars, symboliquement dédiée à la femme, sont réunis des travaux d'artistes de différents styles dans leur perception du monde.
Environ une cinquantaine de peintres-femmes exposeront leurs toiles dans cette galerie. Parmi elles, on peut citer Aïcha Haddad, Souhila Belbahar, Fouzia Brahimi, Bettina Hemen Ayech ... qui ont su traduire à travers leurs palettes de couleurs, toute leur sensibilité qui va en direction de cette Femme pétale, l'Africaine, Gardienne des traditions...
Parmi cette pléiade d'artistes dont nous aurons le loisir d'apprécier leurs tableaux, on peut distinguer des professeurs de l'Ecole supérieure des Beaux-Arts, des anciens étudiants, des autodidactes. Cette exposition exhale une harmonie de styles, de couleurs et de tons. Que ce soit de la peinture à l'huile, de l'aquarelle, de la peinture sur soie, c'est une pluralité riche de l'art au féminin qui est, ici, étalée. Si les doyennes de cette peinture comme Baya Mahieddine ou Kheïra Flidjani traduisent, en réalité, dans leur espace pictural les limites imposées aux femmes au sein de l'espace social, elles représentent, cependant, la conquête d'un nouvel espace d'expression et le point de départ d'une histoire de l'art au féminin. Enfin, ce monde algérien des femmes-artistes se singularise par un apport de femmes étrangères qui ont lié leur destin à celui de l'Algérie comme Bettina Ayech, Valentina Ghenem, Mira Naporowska Mullet de Saint Gervais, Marie Slavotinkova et Valentina Halouani.
Cette diversité picturale qu'elles nous proposent est une diversité du regard, qui exprime cette identité contradictoire qui est la leur. Elle est présente dans leurs oeuvres, réprimée, déviée et nous révèle leur statut d'artiste femme à part entière. Enfin, pratiquer l'art suppose de poser son regard subjectif sur le monde qui nous entoure et partant de se regarder dans le miroir de nos tableaux. Aussi, ce 8 Mars, allez regarder ces oeuvres, car elles vous regardent !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.