De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De hauts responsables américains à Alger
NUCLEAIRE, SECURITE, DROITS DE L'HOMME
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2007

Cette visite confirme le partenariat d'exception entre les deux capitales.
Serait-ce le retour au beau fixe entre Alger et Washington? Après le «nuage» du mois d'avril dernier, l'éclaircie semble de nouveau s'installer? La convocation du chargé d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis à Alger par le ministère des Affaires étrangères, pour s'expliquer sur le communiqué qu'elle avait mis en ligne, mettant en garde contre des attentats en plein coeur d'Alger, n'est désormais qu'un fâcheux épisode.
Les choses seraient rentrées dans l'ordre. La visite de hauts responsables américains à Alger ces derniers jours et la rencontre des présidents américain et algérien au sommet du G8, confirment ce partenariat d'exception entre les deux capitales. La signature, samedi, de l'accord de coopération nucléaire entre les deux pays est hautement symbolique.
C'est un gage de confiance entre deux nations résolument engagées dans la lutte antiterroriste. Un processus qui est en passe de devenir une règle de conduite de la communauté internationale. D'autant plus que les Etats-Unis qui ont vérifié un certain 11 septembre 2001 les thèses algériennes, sur le caractère transnational du terrorisme, vouent à notre pays du respect et l'assurent de leur confiance. Fidèle à ses principes, et tout en ne cédant pas d'un iota sur sa souveraineté, l'Algérie demeure le partenaire privilégié des Etats-Unis. En sus de la coopération dans le domaine de l'énergie, Alger et Washington travaillent de concert dans le cadre de la lutte antiterroriste. En effet, après l'annonce au mois de février dernier par le président G.W.Bush de la création d'un commandement du Pentagone pour l'Afrique (Africom), les choses semblent se précipiter.
Les Américains qui mènent une guerre sans merci contre Al Qaîda, veulent à tout prix «mailler» les régions où leurs intérêts pourraient être menacés. Ils comptent implanter l'Africom avant 2008. Même si ses tentatives de convaincre leurs partenaires africains n'est pas une sinécure. C'est dans ce cadre que s'inscrit la visite d'une importante délégation du Pentagone en Algérie, conduite par M.Ryan Henry, sous-secrétaire adjoint principal à la Défense chargé des affaires politiques. La délégation a été reçue hier par le ministre des Affaires étrangères, M.Mourad Medelci. Etaient présents à cette audience, du côté algérien, MM.Abdelamalek Guenaïzia, ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, et du côté américain, Mme Teresa Whelan, sous-secrétaire adjoint à la Défense et M.Robert Ford, ambassadeur des Etats-Unis à Alger.
Une audience au cours de laquelle la partie américaine a fait une présentation du projet de création d'un commandement militaire américain en Afrique et a fourni un certain nombre d'informations sur les missions envisagées pour un tel commandement ainsi que sur les conditions générales de son fonctionnement. Il convient de rappeler que l'Algérie a, jusqu'à présent, été ferme sur ce dossier. Pas question d'abriter le siège d'un quelconque commandement américain, ni même de tolérer des bases militaires. Un point sur lequel les deux pays sont sur la même longueur d'onde. «Nous n'avons jamais demandé d'installer des bases militaires en Algérie», avait déclaré M.Robert Ford, ambassadeur des Etats-Unis à Alger, lors de son passage à L'Expression. Par ailleurs, tout en excluant l'Algérie de son projet du Grand Moyen-Orient, Washington s'intéresse, toutefois, à la question des droits de l'homme.
La visite de la sous-secrétaire adjointe des Etats-Unis pour la démocratie et les droits de l'homme, Mme Erica Barks-Ruggles a été une opportunité pour échanger des points de vue avec les responsables algériens. Reçue par le président de la commission pour la promotion et la protection des droits de l'homme, Me Farouk Ksentini, la responsable américaine s'est informé de l'état des droits de l'homme en Algérie. D'autres questions ayant trait aux possibilités de coopération et de partenariat entre les USA et l'Algérie ont été également évoquées, indique encore le communiqué de la Cncppdh. Me Farouk Ksentini a eu au cours de son entretien avec Mme Barks Ruggles, à débattre des questions relatives à la participation des jeunes aux consultations populaires et de la place des jeunes et de la femme au sein du mouvement partisan et associatif. Cette multiplication de rencontres avec des responsables américains sur de nombreux dossiers de l'heure dénote la densité des relations entre Alger et Washington, dans une conjoncture marquée par l'incertitude des enjeux géostratégiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.