Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Seine ou le fleuve du génocide
46E ANNIVERSAIRE DES EVENEMENTS DU 17 OCTOBRE 1961
Publié dans L'Expression le 17 - 10 - 2007

Des expositions, des conférences et des tables rondes seront organisées aujourd'hui, à Alger et à Paris, pour marquer l'anniversaire.
L'Histoire rattrape la France. Les événements du 17 Octobre 1961 seront commémorés aujourd'hui. Ainsi, les Algériens célébreront le 46e anniversaire de ces événements. Comme toutes les autres dates importantes de la guerre d'Algérie, le 17 Octobre reste à jamais une tache noire dans l'Histoire de la France. Pour l'Histoire, des milliers d'Algériens ont été jetés dans la Seine, à Paris.
Autant d'autres sont arrêtés, écroués et torturés dans les geôles de la capitale des droits de l'homme. Il y a 46 ans, des milliers d'Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu discriminatoire imposé par Maurice Papon, le préfet de police de Paris. La revendication est légitime: le droit à l'indépendance. Au vu de la mobilisation des Algériens contre les mesures ségrégationnistes que la France leur fait subir, Maurice Papon instaure le 5 octobre 1961 un couvre-feu pour les «Français musulmans d'Algérie». Une «note» refusée par les Algériens.
Deux jours plus tard, le FLN décide d'organiser un boycott du couvre-feu. Maurice Papon «motive» ses troupes. Il les rassure: «Le policier qui tire le premier sera couvert». L'horreur commence. La Seine voyait rouge. Son eau s'est mariée avec le sang des Algériens. Aujourd'hui, en 2007, soit 46 ans après, la France ne veut toujours pas reconnaître l'un de ses multiples drames et crimes d'Etat. La France cherche-t-elle à effacer toutes les taches noires de sa présence sur le sol algérien en «revendiquant» les bienfaits de la colonisation? La vérité est en marche. Historiens, politiciens, juristes, écrivains ou simples citoyens, tout le monde condamne et qualifie l'acte de génocide contre l'humanité, sauf...la France.
La célébration de cet événement, cette année, intervient dans un contexte très particulier. Cette particularité réside dans le fait, qu'à travers la planète, des actes similaires sont reconnus et qualifiés de génocide. Le cas de l'Algérie n'est pas isolé. L'Arménie en est un parfait exemple. En 1915, la Turquie, dans les dernières années de l'époque du khalifat ottoman, a commis un génocide en Arménie. 1,5 million d'Arméniens ont été tués par les Turcs. Les pays occidentaux qualifient, sans hésitation, l'acte de génocide. Les USA d'abord. Dernièrement, la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, (Congrès) a voté une résolution qui qualifie de ´´génocide´´ ce massacre.
L'Allemagne reconnaît aussi les faits historiques. Le Bundestag (Parlement allemand) a voté en 2005, à l'occasion de la célébration du 90e anniversaire du génocide arménien, une motion qui rend hommage aux victimes des actes barbares de la Turquie. Le hic, cette même France qui refuse de reconnaître ses crimes en Algérie, a condamné «les actes barbares des Turcs». L'Assemblée nationale française a reconnu officiellement, en 2006, le génocide arménien de 1915 perpétré par les troupes de l'Empire ottoman! 106 députés (UMP et PS), sur 129 votants ont adopté cette proposition.
Ce n'est pas tout. La France dénonce les «génocides» au Darfour et en Tchétchènie. Aujourd'hui le climat est tendu entre la Russie et la France. Les relations entre le président français Sarkozy et son homologue russe Poutine sont froides. La France qui cherche à donner des leçons en matière de droits de l'homme doit impérativement commencer par reconnaître ses crimes commis en Algérie, en Indochine et en Afrique noire. A Madagascar, la France a perpétré un massacre qui a coûté la vie à au moins 300.000 personnes.
Dans ce contexte, des questions méritent d'être soulevées. Qu'attend la France pour se repentir? Au lieu d'aller «sympathiser» avec les peuples réprimés et dénoncer les actes criminels des autres ex-puissances coloniales, ne serait-il pas mieux de commencer par corriger sa propre histoire? N'est-ce pas là une schizophrénie républicaine? Les événements tragiques du 8 Mai 1945 ne constituent-ils pas un génocide et ne méritent-ils pas d'être classés dans la liste des crimes contre l'humanité? La guerre d'Algérie n'est-elle pas un acte terroriste de la France? Faut-il encore continuer à jouer sur les mots en cherchant à préciser si le mot massacre est synonyme de génocide? L'opération sémantique n'a plus de place lorsqu'on tue des centaines de civils qui manifestent poitrines nues. Tuer 45.000 personnes n'est-il pas un génocide?
Le président Bouteflika est catégorique: «La colonisation a réalisé un génocide de notre identité, de notre histoire, de notre langue, de nos traditions», a-t-il déclaré lors d'un meeting à Constantine. Reste aux donneurs de leçons d'être à la hauteur de leur slogan fétiche, «Liberté, égalité, fraternité»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.