Production locale d'insuline: 50% des besoins nationaux couverts dès 2023    Commerce: 897 tonnes de bananes saisies en 11 mois    Partenariat algéro-américain pour la production de câbles électriques    Lutte contre le terrorisme: L'Algérie intensifie ses initiatives en Afrique    L'Allemagne face à son histoire    Pendules à l'heure africaine    ASO Chlef: L'entraîneur Lyamine Bougherara démissionne    Mondial foot 2022: le bal des nouveaux «hypocrites»    Ligue 2 - Centre-Ouest: Déplacement favorable pour l'ESM, les dauphins en péril    Tribunal de Dar El Beida: Ferhat M'henni condamné à la perpétuité    Ouargla: Cinq membres d'une même famille meurent asphyxiés    Biskra: 2,3 kg de cocaïne saisis    Xi Jinping a rencontré, hier, des dirigeants arabes    26000 combattants à réintégrer    Le président béninois appelle à une action concertée    Le récit d'un duel alimentaire    Loukal poursuivi encore pour «espionnage»    Les engagements de Bouslimani    Mercato, le rétropédalage    Début des travaux intérieurs    Nuit de peur à Oued Smar    Les jeunes du FFS reprennent le flambeau    Mobilisation autour de l'Etat national    «L'Algérie a dépassé l'étape critique»    Fauché par un train    Le «thon»...c'est de l'argent!    Tebboune «unit» l'Afrique    Zoom sur la Palestine et le Sahara occidental    Documentaire sur le moudjahid Ramdane Djamel    Des monologues présentés en «hors compétition»    M. Benabderrahmane reçu à Riyad par le président chinois    Le Président Tebboune appelle à poursuivre le combat contre la corruption    Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural reçu par le vice-président de la République de Côte d'Ivoire    Le FFS tient son 6e congrès national    Foot/ Ligue 2 : l'AS Khroub chute à Skikda, l'USM Annaba rejoint l'US Souf au 2e rang    Le renforcement des relations entre le Monde arabe et la Chine contribuera à l'émergence d'un monde multilatéral    Lamamra s'entretient avec le Commissaire aux Affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l'UA    Coup d'envoi samedi de la 10e édition de la coupe d'Algérie de football des détenus    Pluies orageuses sur l'est du pays à partir de vendredi soir    Tribunal de Dar El Beida : le chef du mouvement terroriste "MAK" condamné à perpétuité    11e FICA: projection du long métrage "Argu"    Tamanrasset : importance des médias de proximité dans la transmission d'une information exacte    Lycée "Dar El Hirfi" de Dellys (Boumerdes): monument de la formation vieux de 140 ans    Le Président Tebboune préside la réunion de travail périodique au siège du MDN    Alfred Berenguer, l'Algérie au cœur    Le chemin est encore long    «Samahna si l'Hadj» !    Tebboune: «Je suis pleinement conscient des aspirations du peuple»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Que ferez-vous de l'Amérique M.le président?
DEUX EXPERTS AMERICAINS PASSENT OBAMA AU CRIBLE
Publié dans L'Expression le 08 - 11 - 2008

Barack Obama a fait des promesses mais on ne sait pas ce qu'il va réaliser et nous ne savons pas ce qu'il va faire exactement ni d'où il va ramener l'argent pour honorer tous ses engagements.
La roue de l'Histoire vient à peine de terminer le grand virage entamé par l'Amérique et la ville qui a vu grandir Barack Obama, Chicago, n'a pas encore fini de festoyer, que les interrogations fusent sur ce que fera de l'Amérique le nouveau locataire de la Maison-Blanche.
Deux personnalités de haut rang passent au crible le président élu, Barack Obama. Le sénateur républicain, Dick Lugar, est sceptique et doute que le nouveau président puisse tenir toutes les promesses qu'il a faites durant la campagne électorale. «Barack Obama a fait beaucoup de promesses durant sa campagne électorale. Avec la crise économique, je me demande où il va trouver l'argent pour honorer toutes ses promesses», s'est interrogé le sénateur Lugar, lors d'une rencontre avec une cinquantaine de journalistes au siège du Capitole à Washington DC. «Obama a fait des promesses, certes, mais on ne sait pas ce qu'il va réaliser et nous ne savons pas ce qu'il va faire exactement, car son programme n'est pas très clair sur beaucoup de sujets, comme le statut des troupes américaines en Irak, la crise financière mondiale que l'Amérique ne peut plus supporter toute seule» s'interroge, perplexe, le sénateur républicain qui a prédit que l'année 2009 «sera très dure pour les Etats-Unis et pour le monde en raison de la crise financière qui risque de durer jusqu'à 2010». Aussi, la guerre en Irak, en Afghanistan, la crise économique et le chômage restent les grandes inconnues du plan Obama, selon le sénateur.
Elu depuis 1976, Dick Lugar est de ce fait l'un des plus anciens sénateurs du parti républicain en termes de longévité.
Expert en politique internationale, responsable de la commission de l'agriculture, il s'intéresse à tout ce qui concerne les armes nucléaires et biologiques. M.Lugar est également le fondateur du caucus sur la liberté de la presse au niveau du Sénat américain.
S'exprimant au Foreingn Press Center de Washington, devant la même équipe de journalistes, le directeur du centre de recherches et des études politiques, David Bositis, n'est pas aussi pessimiste que le sénateur Lugar.
Au contraire, M.Bositis trouve des qualités extraordinaires au nouveau président. «Depuis Richard Nixon, Barack Obama est le président le plus discipliné et intellectuel qu'a eu l'Amérique, il a une très grande faculté d'écoute, de synthèse, d'analyse et une qualité de rassembleur», soutient le directeur du centre de recherche, non sans ajouter que Barack Obama n'a pas eu sa victoire facilement en ce sens que personne ne lui a fait de cadeau. «Il est parti de rien pour enfin arracher sa victoire, même J.F.Kennedy avait le soutien de son père qui était un sénateur influent», a-t-il fait remarquer. Barack Obama a mené une campagne presque parfaite selon M.Bositis et il avait comme base électorale non pas des Noirs, des Afro-Américains, mais la classe intellectuelle et les riches blancs dont les revenus dépassent les 100.000 dollars par an. «Le ralliement des Noirs au candidat Obama s'est fait grâce à l'ex-président Bill Clinton qui s'est bien occupé de cette frange de la population, notamment durant son second mandat», a rappelé à l'assistance David Bositis pour mettre en relief la force d'organisation et le travail remarquable effectué par Obama qui a pu arracher son électorat à sa rivale démocrate, Hillary Clinton. Barack Obama n'a pas dilapidé les 700 millions de dollars qu'il a reçus de ses donateurs, mais il en a fait un usage d'une incroyable rigueur. «En retournant chez lui après chaque meeting, le staff de la campagne ne prenait pas de taxis depuis l'aéroport de Chicago, il rentrait par métro qui coûte deux dollars.»
Mais derrière ce succès, des hommes et des femmes ont trimé des nuits et des jours. Homme de l'ombre, discret, David Axelrod fait partie de cette équipe gagnante. M.Axelord est un ancien journaliste du Chicago Tribune, devenu consultant politique dans les années 1980. Il a participé aux campagnes nationales de Bill Clinton et de John Edward.
Ce sont toutes ces qualités qui ont fait défaut au candidat républicain. «Il a été mal organisé et politiquement indiscipliné durant toute sa campagne électorale», a affirmé M.Bositis, décrivant John McCain comme un «enfant dans une chambre noire qui crie pour se sentir en sécurité». Le conférencier a noté également des flottements dans la campagne menée par le candidat républicain. «Il a utilisé des tactiques trop négatives envers le candidat Obama, qui ne portent plus.» Selon le conférencier, la nomination de Sarah Palin comme vice-présidente a été une catastrophe pour les républicains.
Enfin, parlant de la couverture médiatique de cette élection et spécifiquement de la presse américaine, M.Bositis n'a pas été tendre: «Il y a une large part d'égoïsme dans la plupart des médias américains qui pensent faire et défaire les présidents à la Maison-Blanche, ce qui n'est pas toujours le cas», souligne-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.