Abdallah Djaballah appelle au boycott des produits français    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Le Mouloudia se neutralise en amical avec les U20 (3-3)    Anthar Yahia satisfait des conditions du stage à Mostaganem    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Benbouzid ne cache plus ses inquiétudes    Plusieurs projets de raccordement au gaz et à l'électricité    Bordj Bou Arréridj : La SDE revient à la charge    Le projet de l'amendement constitutionnel "un défi dicté par les aspirations du peuple''    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet accorde un "privilège constitutionnel" aux communes manquant de sources de financement    Convalescence    Suivre les consignes ou se tirer !    Samir Karim Chaouche nouveau président    GEST-IMMO (AADL) : Prestataire de service ou coquille vide ?    L'Algérie réitère son soutien "inconditionnel" à la cause palestinienne    Regagner sa position    Un fléau à Mostaganem    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Bibliothèque principale de lecture publique «Assia Djebar» à Tipasa : «Nous remercions Mme Sebbah Saâdia pour avoir fait aimer le livre à nos enfants»    Le Soudan se rapproche d'Israël    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    10 décès et 250 nouveaux cas    Ni détecteur de température ni gel désinfectant    Exercice de simulation d'un séisme    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Novembre qui rassemble, Novembre qui divise    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    L'élection présidentielle anticipée fixée au 10 janvier    L'Ethiopie dénonce des "menaces belliqueuses" de Trump    La passion retrouvée    Man City : Mahrez revient sur son transfert raté à l'OM    Les conséquences de la consommation des farines raffinées    Le foncier industriel sous la loupe    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    Et l'ennui naquit à l'université !    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Nouveaux bacheliers: Début des préinscriptions    L'ISSUE DES BRAVADES    Dernière ligne droite du mercato estival    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois pinceaux pour le même idéal
EXPOSITION A3 À L'HÔTEL EL AURASSI
Publié dans L'Expression le 20 - 10 - 2009

L'exposition rassemble différents styles de peinture, reflétant la diversité et la richesse de la culture méditerranéenne qui demeure une source intarissable d'inspiration.
Les amateurs d'arts plastiques se sont donné rendez-vous, samedi à l'hôtel El Aurassi, pour le vernissage d'une exposition d'un collectif de peintres représentant différents courants. Cette exposition abrite trente-cinq tableaux aux techniques variées (peinture à l'huile sur toile, acrylique et techniques mixtes), signés par trois plasticiens qui ont choisi d'exposer ensemble pour mettre en évidence leurs expériences plastiques.
Il s'agit des peintres Djahida Houadef et Amor Idriss Dokman ainsi que celle de l'artiste espagnole Marga Riera. L'exposition rassemble différents styles de peinture, reflétant la diversité et la richesse de la culture méditerranéenne, qui demeure une source intarissable d'inspiration. Aux férus de peinture venus spécialement prendre part à cet événement, s'étaient joints des curieux de passage qui n'ont pas hésité à profiter du moment, surtout que l'espace d'exposition surplombe la mer, un décor idéal pour le public qui pourra, à la fois, contempler les toiles et admirer la beauté de la baie d'Alger. «L'intitulé A3 de l'exposition est en rapport avec le nombre de peintres participant à l'exposition commune, mettant en évidence leurs expériences plastiques et la dimension du support utilisé pour le dessin et la peinture», ont expliqué les organisateurs. Pour Djahida Houadef, elle est présente avec dix-sept tableaux, au style à la fois proche du fantastique et du figuratif.
«J'opte pour le fantastique quand je peins la femme», a-t-elle confié, elle qui dans l'abstraction utilise des couleurs en à plats pour obtenir des formes mises en valeur par une palette riche en couleurs et en lumière. Quant à Amor Driss Dokman, il a repris quelques-unes des oeuvres de ses précédentes expositions, à l'instar de celle portant le titre Espoir, dans laquelle il met en valeur l'expression du visage et des yeux, qui sont, a-t-il dit, «le reflet de l'âme». L'artiste a aussi présenté six nouvelles créations, dont celle intitulée Clair de lune sur mer, tableau riche en vibrations de couleurs, dans lequel il aborde la thématique de l'eau. Dokman compte aussi parmi les tableaux exposés, Eclat rouge, une oeuvre réalisée selon les techniques mixtes avec une profusion de couleurs et des diagonales éclatées lui donnant un aspect de pétales de fleurs. L'artiste espagnole, Marga Riera, qui s'est dite «émerveillée par la lumière d'Algérie», a présenté des oeuvres réalisées lors de son séjour à Alger, avec une thématique axée sur l'amour, la femme et la lumière des espaces. La plasticienne, dont les couleurs de prédilection sont les ocres marrons grisonnants, a peint les portes de la Casbah dont elle se dit «fascinée par le reflet de la lumière sur le bois», ainsi que les mains de femmes ornées de motifs réalisés avec du henné.
«Avec cette humble participation, je veux rendre un petit hommage à la culture de l'Algérie qui m'a accueillie à bras ouverts», a indiqué l'artiste, qui, pour donner certains effets authentiques à ses tableaux, a utilisé de la poudre de fer et de la poudre de marbre. Pour les organisateurs, cette exposition au thème d'une entière liberté et représentant les préoccupations habituelles et personnelles de chacun, se veut une croisée de chemins pour quelques-uns de ceux qui oeuvrent en vue de conforter la réputation de l'Algérie en tant que pays d'art, de création et de pensée esthétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.