Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Les conservateurs de tomate se concertent    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Comment affecte notre productivité    Près de 17 000 feux de forêts et plus de 19 000 cas de noyades en 2018    Les habitants de la commune de Cherchar réclament logements et aménagement urbain    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Arlequin valet de deux maîtres en hommage à Alloula    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    Ce que propose Bouteflika    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    Djamel Belmadi (sélectionneur de l'Algérie) : "Une revue d'effectif en vue de la phase finale"    Coupe de la CAF, NAHD-Zamalek (0-0): L'ombre de Gasmi    L'impératif de nouvelles réformes    "Pour chaque problème existe une solution"    "Regardez ce qui s'est passé en Irak"    Blida : Plus de 10.000 personnes aux besoins spécifiques bénéficient de la pension d'handicapé    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    El Tarf : Près de 600 infractions liées à l'environnement recensées en 2018    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Les professionnels dénoncent le statu quo    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Fin de parcours pour la JS Saoura    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film démonstratif et utile
L'AIDE AU RETOUR, FILM DE MOHAMED LATRÈCHE
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2009

Le public pourra découvrir ce soir à 0h30 sur France 2 dans le cadre du magazine «Histoires courtes» ce court métrage sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand..
Dans une France prônant l'immigration choisie, minée par une politique de l'absurde que charrie un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale qui suppose la solidarité nationale, le film de Mohamed Latrèche, L'Aide au retour s'apparente à une sonnette d'alarme pour dire et dénoncer ces actions d'un autre temps, viles et dégradantes que l'on fait subir à l'humain car sans papiers. L'histoire de ce film de 18 mn est celle de Sofija et Miroslav, tous deux immigrés serbes qui vivent en France «sans papiers» avec leurs deux fils. Pour leur éviter l'expulsion, l'Etat leur propose une aide financière en contrepartie d'un retour dans leur pays d'origine, celui-là même qu'ils ont fui.
Après une attente interminable à la préfecture, Sofija est devant une femme, noire - peut-être un choix non fortuit de la part du réalisateur - qui, lui débite froidement le calcul de ses revenus si elle accepte l'aide au retour. Interloquée par la rapidité avec laquelle l'entrevue est menée, Sofija qui se veut être dans un registre plus humain ne peut s'empêcher de crier son ras-le-bol, son malaise car dans l'incapacité de retourner dans son pays le Kosovo, après la disparition tragique de sa famille. Quel pays offrira-t-elle de plus à ses enfants, où et comment vivront-ils là- bas? se demandera-t-elle devant une interlocutrice complètement sourde à sa détresse.
Ce film rend compte de cette mesure scélérate et néanmoins obsolète que propose depuis 30 ans l'Etat français régulièrement à ses étrangers afin de les convaincre de quitter le territoire national. Elle a été remise au goût du jour en 2006, nous signale-t-on sous la forme d'une circulaire adressée aux préfets. Son objectif, proposer aux familles «sans papiers» dont l'un des enfants est scolarisé, d'éviter l'expulsion en contrepartie d'une somme d'argent. Cette fois encore, cette mesure n'a pas rencontré le succès escompté par ses promoteurs. «Avant d'être douloureuse, inadéquate, indécente, cette aide au retour a quelque chose d'absurde. Quelque chose d'étrange, oui. J'ai beau faire, j'ai l'impression qu'elle est d'un autre âge, d'une autre époque, d'un autre continent. Impression qu'elle est très loin, qu'on me raconte une histoire, je n'arrive pas à y croire. L'idée de ce film est d'abord de faire partager cet étonnement. Filmer ce que nous avons sous les yeux», confie le réalisateur Mohamed Latrèche. Cette histoire a été inspirée par le témoignage d'Eslen, un adolescent kosovar que le réalisateur a rencontré. «C'est sa perception des choses, l'enfant à qui on ne dit rien, qui devine une menace, scandalisé de voir ses parents dans cet état, apeurés, infantilisés, qui m'a guidé dans ce travail», dit-il. Et de renchérir: «Les enfants sont le fil rouge du film, le thème à la fois sous-jacent et primordial. C'est pour eux que leurs parents se débattent, résistent, tiennent debout. Pour leur léguer une chose, qui peut sembler minimale: vivre en paix. Il n'est pas encore question de bonheur.» Et Mohamed Latrèche d'indiquer: «Il n'y a pas de méchants dans le scénario. La responsabilité du problème ne saurait peser sur les épaules des fonctionnaires préfectoraux par exemple. Elle ne doit peser sur personne, ou alors sur nous tous.» Pour Mohamed Latrèche, ces demandeurs d'asile résident en France depuis plusieurs années déjà, mènent une vie fantomatique. «Pour le dire autrement, s'ils parviennent à subsister, ils n'existent pas encore. C'est ce qui m'intéresse dans ce sujet, au-delà de la circonstance actuelle ou historique, au-delà du documentaire et de l'informatif. Ils ont survécu, mais vivent-ils pour autant? Qu'y a-t il entre les deux? Qu'est-ce que c'est, concrètement, d'être entre les deux?» se demande-t-il. Intéressant et utile, ce film produit par Takami Productions commence une excellente carrière dans les festivals. L'Aide au retour a connu un véritable succès au Cinemed de Montpellier et au Festival du court métrage européen de Brest et vient d'être sélectionné pour le prochain Festival international de Clermond-Ferrand. Le public pourra découvrir ce film ce soir, à 0h30 sur France 2 dans le cadre du magazine «Histoires courtes». Fondateur en 2003 avec Boualem Ziani de la cité de distribution de films Sora Production, Mohamed Latrèche compte à son actif une fiction courte, Rumeur, etc. (2003), un documentaire, A la recherche de l'Emir Abd El-Kader (2004), et travaille actuellement sur son premier long métrage de fiction, Songe d'une nuit d'été. L'Aide au retour est son dernier court métrage. Notons enfin que L'Aide au retour a été réalisé après que le Festival «Les Rencontres Cinéma» de Gindou ait sollicité en 2007 le réalisateur à tourner ce scénario gagnant suite à un concours pour collégiens, placé sous le thème. «Le goût des autres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.