Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film démonstratif et utile
L'AIDE AU RETOUR, FILM DE MOHAMED LATRÈCHE
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2009

Le public pourra découvrir ce soir à 0h30 sur France 2 dans le cadre du magazine «Histoires courtes» ce court métrage sélectionné au Festival de Clermont-Ferrand..
Dans une France prônant l'immigration choisie, minée par une politique de l'absurde que charrie un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale qui suppose la solidarité nationale, le film de Mohamed Latrèche, L'Aide au retour s'apparente à une sonnette d'alarme pour dire et dénoncer ces actions d'un autre temps, viles et dégradantes que l'on fait subir à l'humain car sans papiers. L'histoire de ce film de 18 mn est celle de Sofija et Miroslav, tous deux immigrés serbes qui vivent en France «sans papiers» avec leurs deux fils. Pour leur éviter l'expulsion, l'Etat leur propose une aide financière en contrepartie d'un retour dans leur pays d'origine, celui-là même qu'ils ont fui.
Après une attente interminable à la préfecture, Sofija est devant une femme, noire - peut-être un choix non fortuit de la part du réalisateur - qui, lui débite froidement le calcul de ses revenus si elle accepte l'aide au retour. Interloquée par la rapidité avec laquelle l'entrevue est menée, Sofija qui se veut être dans un registre plus humain ne peut s'empêcher de crier son ras-le-bol, son malaise car dans l'incapacité de retourner dans son pays le Kosovo, après la disparition tragique de sa famille. Quel pays offrira-t-elle de plus à ses enfants, où et comment vivront-ils là- bas? se demandera-t-elle devant une interlocutrice complètement sourde à sa détresse.
Ce film rend compte de cette mesure scélérate et néanmoins obsolète que propose depuis 30 ans l'Etat français régulièrement à ses étrangers afin de les convaincre de quitter le territoire national. Elle a été remise au goût du jour en 2006, nous signale-t-on sous la forme d'une circulaire adressée aux préfets. Son objectif, proposer aux familles «sans papiers» dont l'un des enfants est scolarisé, d'éviter l'expulsion en contrepartie d'une somme d'argent. Cette fois encore, cette mesure n'a pas rencontré le succès escompté par ses promoteurs. «Avant d'être douloureuse, inadéquate, indécente, cette aide au retour a quelque chose d'absurde. Quelque chose d'étrange, oui. J'ai beau faire, j'ai l'impression qu'elle est d'un autre âge, d'une autre époque, d'un autre continent. Impression qu'elle est très loin, qu'on me raconte une histoire, je n'arrive pas à y croire. L'idée de ce film est d'abord de faire partager cet étonnement. Filmer ce que nous avons sous les yeux», confie le réalisateur Mohamed Latrèche. Cette histoire a été inspirée par le témoignage d'Eslen, un adolescent kosovar que le réalisateur a rencontré. «C'est sa perception des choses, l'enfant à qui on ne dit rien, qui devine une menace, scandalisé de voir ses parents dans cet état, apeurés, infantilisés, qui m'a guidé dans ce travail», dit-il. Et de renchérir: «Les enfants sont le fil rouge du film, le thème à la fois sous-jacent et primordial. C'est pour eux que leurs parents se débattent, résistent, tiennent debout. Pour leur léguer une chose, qui peut sembler minimale: vivre en paix. Il n'est pas encore question de bonheur.» Et Mohamed Latrèche d'indiquer: «Il n'y a pas de méchants dans le scénario. La responsabilité du problème ne saurait peser sur les épaules des fonctionnaires préfectoraux par exemple. Elle ne doit peser sur personne, ou alors sur nous tous.» Pour Mohamed Latrèche, ces demandeurs d'asile résident en France depuis plusieurs années déjà, mènent une vie fantomatique. «Pour le dire autrement, s'ils parviennent à subsister, ils n'existent pas encore. C'est ce qui m'intéresse dans ce sujet, au-delà de la circonstance actuelle ou historique, au-delà du documentaire et de l'informatif. Ils ont survécu, mais vivent-ils pour autant? Qu'y a-t il entre les deux? Qu'est-ce que c'est, concrètement, d'être entre les deux?» se demande-t-il. Intéressant et utile, ce film produit par Takami Productions commence une excellente carrière dans les festivals. L'Aide au retour a connu un véritable succès au Cinemed de Montpellier et au Festival du court métrage européen de Brest et vient d'être sélectionné pour le prochain Festival international de Clermond-Ferrand. Le public pourra découvrir ce film ce soir, à 0h30 sur France 2 dans le cadre du magazine «Histoires courtes». Fondateur en 2003 avec Boualem Ziani de la cité de distribution de films Sora Production, Mohamed Latrèche compte à son actif une fiction courte, Rumeur, etc. (2003), un documentaire, A la recherche de l'Emir Abd El-Kader (2004), et travaille actuellement sur son premier long métrage de fiction, Songe d'une nuit d'été. L'Aide au retour est son dernier court métrage. Notons enfin que L'Aide au retour a été réalisé après que le Festival «Les Rencontres Cinéma» de Gindou ait sollicité en 2007 le réalisateur à tourner ce scénario gagnant suite à un concours pour collégiens, placé sous le thème. «Le goût des autres».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.