Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La judaïsation de Jérusalem-Est se poursuit
MALGRE LA REPROBATION INTERNATIONALE
Publié dans L'Expression le 30 - 12 - 2009

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont exprimé lundi leur réprobation après un appel d'offres israélien pour près de 700 logements dans la partie orientale de Jérusalem.
Des organisations de colons israéliens livrent bataille à Jérusalem-Est pour acquérir des maisons palestiniennes afin de renforcer le «caractère juif» de la Ville sainte, malgré les protestations palestiniennes et internationales. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont exprimé lundi leur réprobation après un appel d'offres israélien pour près de 700 logements dans la partie orientale de Jérusalem, à majorité arabe et occupée par Israël en 1967. «Ici, c'est notre patrie. Personne d'autre n'y a de droit», assure Daniel Luria, directeur de l'association Ataret Cohanim («La Couronne des prêtres»), qui depuis plus de 30 ans se consacre «au renouveau de la vie juive à Jérusalem». «Une présence juive a été rétablie dans le quartier», se réjouit-il, en montrant une maison acquise auprès de Palestiniens dans le secteur musulman de la Vieille ville.
Située à quelques pas de l'Esplanade des Mosquées, révérée par les musulmans, la maison offre une vue imprenable sur ce lieu emblématique des tensions entre Israéliens et Palestiniens. Les juifs l'appellent le Mont du Temple, en référence au second Temple détruit par les Romains en l'an 70 de l'ère chrétienne, dont le principal vestige est le Mur des Lamentations, l'endroit le plus sacré du judaïsme. Ateret Cohanim a permis à 900 Israéliens de s'installer dans la Vieille ville, en sus des 3100 déjà installés dans le quartier juif.
Au total, 270.000 Palestiniens et 200.000 Israéliens habitent Jérusalem-Est. Israël considère Jérusalem, y compris le secteur oriental dont l'annexion n'est pas reconnue par la communauté internationale, comme sa capitale «éternelle et indivisible». Les Palestiniens, eux, veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de leur futur Etat. «Nous menons un combat pour Jérusalem. Si nous ne la protégeons pas, le peuple juif sera menacé.
C'est pourquoi nous achetons de plus en plus de terres à Jérusalem-Est», reconnaît Arieh King, responsable d'Israël Land Fund, un fonds d'investissement foncier. D'autres organisations sionistes, comme Ataret Cohanim, Nahalat Shimon et Elad, poursuivent le même but.
M.King précise avoir acquis 21 propriétés et logé 11 familles côté est. «Leur objectif est de judaïser Jérusalem-Est afin que toute division en deux capitales pour deux Etats (palestinien et israélien) soit de facto impossible», explique Orly Noy, de l'ONG israélienne anti-colonisation Ir Amim («Ville des peuples»). Selon elle, il s'agit d'«évincer les Palestiniens de Jérusalem-Est et faire pencher l'équilibre démographique en faveur des Juifs».
Arieh King, qui se présente comme un «courtier sioniste», achète des propriétés directement à des Palestiniens ou via des intermédiaires, parfois indispensables car la vente à des Israéliens est vue comme une «trahison» par les Palestiniens. Ses fonds viennent des Etats-Unis, d'Australie ou d'Europe. Il lui arrive aussi d'aider les Palestiniens désireux d'émigrer à obtenir des papiers et un emploi à l'étranger en échange de la vente de leurs biens. Israël Land Fund s'attache enfin à récupérer des biens ayant appartenu à des juifs avant la création de l'Etat d'Israël en 1948, souvent au terme de procédures judiciaires qui aboutissent à l'éviction de familles palestiniennes.
«Beaucoup de propriétés appartenant à des juifs ont été abandonnées et squattées par des Arabes (entre 1948 et 1967) et nous essayons de faire partir les envahisseurs», souligne M.King. «Ils veulent expulser les Palestiniens de Jérusalem», rétorque Nabil Al-Kurd, 65 ans, dépossédé d'une partie de son domicile à la suite d'une procédure judiciaire. Réfugiée de la Guerre de 1948, sa famille habite là depuis 1956.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.