Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ça sonne et ça ne répond pas chez Amar Tou
Le Tramway ruine les commerçants d'Alger EXPROPRIATIONS ET FERMETURES DE LOCAUX
Publié dans L'Expression le 26 - 07 - 2010

Des restaurateurs qui réalisaient une recette de 10 millions de centimes/jour sont au chômage alors que d'autres ont carrément changé d'activité.
Le bien-être des uns s'arrête là où commence le malheur des autres. Alors que les Algérois patientent encore pour voir le tramway sur les rails, certains n'ont que leurs yeux pour pleurer. En attendant ses bienfaits, le tramway d'Alger cause des dégâts énormes. Rôtisseries, magasins, kiosques ou simples boutiques ont dû mettre la clé sous le paillasson à cause des travaux induits par ce projet. Le quartier de Cinq Maisons, a changé de look. Les odeurs de viandes grillées qui dilataient les narines et qui faisaient saliver et lécher les babines, ont cédé la place à des tas de déchets, gravats et de poussières provoquant des désagréments aux riverains et aux passagers. Le décor des poulets rôtis, dorés dans les rôtissoires, les brochettes et les steaks grillant sur la braise des barbecues, sont remplacés par d'imposants blocs en béton, d'interminables fils de fer et autres engins de travaux publics. Cet endroit, jadis très attractif et habituellement très fréquenté par les familles algéroises qui s'y rendaient pour partager un déjeuner ou un dîner convivial, se trouve, désormais, complètement déserté. Les 24 rôtisseries qui jalonnaient la rue principale ont baissé rideau. On n'y aperçoit plus que les travailleurs chargés de la réalisation de ce projet et les longs barreaux qui quadrillent les trottoirs. La situation empire. Les travaux sont toujours là, les dégâts aussi. Les pertes provoquées sont énormes. De nombreux commerçants, qui ont loué des locaux pour des sommes colossales, ont fini par voir leurs investissements partir en fumée. C'est le cas de Messaoud, 41 ans, qui a loué un local pour une durée de trois ans vers la fin de 2007. Il se trouve, aujourd'hui, sans job, après avoir perdu des centaines de millions. «J'ai loué un local pour une somme de 360 millions pour une durée de trois ans. J'ai travaillé à peine une année et puis j'ai été obligé de baisser rideau, puisque les clients ont déserté l'endroit», a-t-il dit. Les pertes de ce restaurateur sont considérables. «Les recettes que j'ai faites durant une année d'exercice n'ont même pas suffi à couvrir les dépenses et autres charges tels, notamment, les impôts et les salaires des travailleurs.»
Le malheur de Messaoud ne s'arrête pas là, puisque le propriétaire refuse de lui rembourser les deux années restantes du contrat. «Quand j'ai décidé de renoncer à mon métier, je suis allé voir le propriétaire dans l'espoir de minimiser mes pertes. Malheureusement, celui-ci a été clair en me disant: la décision de continuer ou d'arrêter vous revient. Je ne suis pas prêt à partager vos pertes ni à vous rembourser...», s'est-il rappelé avec un pincement au coeur. Pas de solution. Messaoud est face à un véritable dilemme. Deux alternatives aux conséquences néfastes se présentent pour ce commerçant. «J'étais obligé soit de continuer d'investir à perte soit arrêter tout en sachant que je suis dans la faillite jusqu'au cou».
Difficile! Très difficile même, pour ne pas dire impossible, de toucher le département de Amar Tou. Voulant obtenir l'avis des responsables concernant le sujet traité, nous avons contacté l'Entreprise du métro d'Alger (EMA). Une douce voix féminine s'est excusée, en nous orientant vers le ministère des Transports. «On nous a interdit de parler à la presse. Il faut avoir une autorisation du ministère», a-t-elle indiqué. La «gentille» femme sait qu'elle nous demande l'impossible! Toutes nos tentatives de prendre attache avec les services concernés au niveau du département de Amar Tou, ont été vaines. «La majorité des responsables sont en congé, les autres ne sont pas encore là, veuillez nous rappeler l'après-midi ou demain, c'est l'heure du déjeuner...» Voici les quelques réponses qu'on nous a donné au département de Amar Tou. A cela, s'ajoutent les nombreuses tentatives où le téléphone sonnait dans le vide...Communication, dites-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.