Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Secousses telluriques à Mila : la mosquée "Sidi Ghanem n'a subi aucun dégât    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    FIFA : L'hommage d'Infantino à Saïd Amara...    Ouverture graduelle des plages : Les estivants impatients !    Tipaza: tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Les grands commerces à Rouiba : Les commerçants ne respectent pas les mesures sanitaires    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    Le réalisateur Meziane Yaala n'est plus    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    A partir de samedi prochain: 161 mosquées concernées par la réouverture    L'heure est aux expertises: La population de Mila encore sous le choc    A partir d'aujourd'hui: Confinement allégé et interdiction de circulation entre wilayas levée    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    Agence des produits pharmaceutiques: Le SNAPO en appelle à Tebboune    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    538 ` nouveaux cas confirmés et 8 autres décès    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Les 4 samedis    Les mains de l'intérieur !    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible participation populaire
« ELECTIONS LOCALES» KABYLIE
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2002

Tizi Ouzou n'a certes pas envahi les bureaux de vote, mais la population a su, malgré tout, garder la tête froide.
Contrairement à ce qui était attendu, la population de Kabylie a montré un sens aigu des responsabilités. Le bain de sang attendu par beaucoup n'a pas eu lieu! La leçon mérite d'être retenue. Aucune élection n'a été aussi appréhendée que cette consultation du 10 octobre!
Certes, la participation a été faible, voire nulle. Mais les partis en lice avancent des arguments qui...tiennent la route. Ainsi, l'empêchement comme il a été remarqué de visu, explique bien des choses. Dès les premières heures de la matinée, le ton était donné! On supputait que la participation allait être globalement faible.
En plusieurs endroits de la wilaya comme à Illilten, Abi Youcef, aux grands villages d'Ath R'houna et Tiguemimine, ainsi que des villages de la commune de Tizi N'Tléta, à Béni Douala, à Tizi Rached ou encore dans des régions proches du chef-lieu de wilaya, comme Azib Ahmed, Sikh ou Meddour et Rehahlia, les urnes n'étaient pas acheminées dans les bureaux de vote.
A telle enseigne qu'un membre de la «Cwisel», représentant le FFS, a pris, selon le directoire de campagne de ce parti, attache avec le wali pour s'enquérir de la situation et remédier à ces défaillances. Ajouté à cela le fait que dans la majeure partie des localités les routes sont barricadées. Dans d'autres localités, des émeutes ont été recensées. C'est le cas d'Azazga et des Ouacifs par exemple.
Ailleurs, comme à Ighil Imoula, aux Ouadhias et à Aït Yahia-Moussa...,des urnes ont été brûlées. Selon des sources, les responsables ont pris la décision devant la dégradation de la situation de fermer les bureaux de vote aux Ouadhias et ce, fin de la matinée. Le nombre de bureaux de vote empêchés, pour une raison ou une autre, de fonctionner normalement, est assez élevé. Souvent, plusieurs centres ont été, par mesure de précaution, regroupés. Ce qui a ajouté au taux de non-votants.
En revanche, certaines localités ont vécu ces élections le plus normalement du monde. A Tadmaït, les électeurs en nombre se sont rendus aux urnes. Même constat à Sidi Naâmane, Boukhalfa et quelque peu à Draâ El Mizan et à Aït Yahia. A Tizi Ouzou-ville, quelques escarmouches sont signalées au quartier Les Genêts, devant le siège de l'APC à la Nouvelle-Ville, au centre de vote de l'école Saïd-Doukhar et au niveau de la cité Million. Les brigades anti-émeutes sont intervenues au niveau des Genêts et de la cité Million.
A remarquer que malgré ce climat d'angoisse et de peur mêlées, quelques électeurs ont tenu à glisser leurs bulletins dans l'urne. Au centre de vote de l'école Mimoune, le staff du bureau, majoritairement des femmes, devait montrer à notre passage dans la matinée un air détendu. Le président du bureau devait dire: «Il est 11h, nous n'avons enregistré que quatre votants! Mais la journée est loin d'être terminée...»
Dans l'après-midi, on a pris attache avec la permanence électorale de wilaya du FFS où l'on annonce: «Plusieurs communes n'ont pas pu voter! C'est le cas par exemple de Redjaouna, à quelques encablures du chef-lieu de wilaya!».
Un autre de préciser: «Le FFS a réussi le tour de force de briser le mur de la peur. Il faut aussi souligner que ceux qui prédisaient un bain de sang en sont pour leurs frais!»
Le faible taux de participation est expliqué par «l'absence des urnes en plusieurs endroits, la terreur qui pèse, le blocage des routes, les escarmouches ayant éclaté dans plusieurs localités, les urnes brûlées...»
Au centre de presse de la wilaya, on ne pouvait avoir que les sondages. C'est ainsi que la wilaya a enregistré à 11h un taux de 0,68 % de participation. A 15h, il sera de 2,53 % pour les APC et de 2,50 % pour les APW. Il grimpe à 17h à 4,26 % pour les APC et à 4 % pour les APW, pour clôturer dans la nuit à 4,94 % pour les APC et à 4,78 % pour les APW.
A la clôture du scrutin, on pouvait avoir quelques premières «tendances». Ainsi, à Boukhalfa, le FFS est arrivé en tête, suivi du FLN puis du RND et enfin le MSP. Le FFS a aussi cartonné à Tadmaït.
La Kabylie a compté près de 30 communes qui n'ont pas pu voter. Le FFS a engrangé 244 sièges pour les APC et 34 sièges pour l'APW devant le FLN qui compte 85 sièges pour les APC et 13 sièges pour l'APW. Le parti de Hocine Aït Ahmed contrôle ainsi 27 APC contre 7 pour le FLN et 2 pour le RND, comme il est largement majoritaire à l'APW. Le taux de participation définitif étant de 5,79 % pour les APC et de 5,62 % pour l'APW.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.