Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faible participation populaire
« ELECTIONS LOCALES» KABYLIE
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2002

Tizi Ouzou n'a certes pas envahi les bureaux de vote, mais la population a su, malgré tout, garder la tête froide.
Contrairement à ce qui était attendu, la population de Kabylie a montré un sens aigu des responsabilités. Le bain de sang attendu par beaucoup n'a pas eu lieu! La leçon mérite d'être retenue. Aucune élection n'a été aussi appréhendée que cette consultation du 10 octobre!
Certes, la participation a été faible, voire nulle. Mais les partis en lice avancent des arguments qui...tiennent la route. Ainsi, l'empêchement comme il a été remarqué de visu, explique bien des choses. Dès les premières heures de la matinée, le ton était donné! On supputait que la participation allait être globalement faible.
En plusieurs endroits de la wilaya comme à Illilten, Abi Youcef, aux grands villages d'Ath R'houna et Tiguemimine, ainsi que des villages de la commune de Tizi N'Tléta, à Béni Douala, à Tizi Rached ou encore dans des régions proches du chef-lieu de wilaya, comme Azib Ahmed, Sikh ou Meddour et Rehahlia, les urnes n'étaient pas acheminées dans les bureaux de vote.
A telle enseigne qu'un membre de la «Cwisel», représentant le FFS, a pris, selon le directoire de campagne de ce parti, attache avec le wali pour s'enquérir de la situation et remédier à ces défaillances. Ajouté à cela le fait que dans la majeure partie des localités les routes sont barricadées. Dans d'autres localités, des émeutes ont été recensées. C'est le cas d'Azazga et des Ouacifs par exemple.
Ailleurs, comme à Ighil Imoula, aux Ouadhias et à Aït Yahia-Moussa...,des urnes ont été brûlées. Selon des sources, les responsables ont pris la décision devant la dégradation de la situation de fermer les bureaux de vote aux Ouadhias et ce, fin de la matinée. Le nombre de bureaux de vote empêchés, pour une raison ou une autre, de fonctionner normalement, est assez élevé. Souvent, plusieurs centres ont été, par mesure de précaution, regroupés. Ce qui a ajouté au taux de non-votants.
En revanche, certaines localités ont vécu ces élections le plus normalement du monde. A Tadmaït, les électeurs en nombre se sont rendus aux urnes. Même constat à Sidi Naâmane, Boukhalfa et quelque peu à Draâ El Mizan et à Aït Yahia. A Tizi Ouzou-ville, quelques escarmouches sont signalées au quartier Les Genêts, devant le siège de l'APC à la Nouvelle-Ville, au centre de vote de l'école Saïd-Doukhar et au niveau de la cité Million. Les brigades anti-émeutes sont intervenues au niveau des Genêts et de la cité Million.
A remarquer que malgré ce climat d'angoisse et de peur mêlées, quelques électeurs ont tenu à glisser leurs bulletins dans l'urne. Au centre de vote de l'école Mimoune, le staff du bureau, majoritairement des femmes, devait montrer à notre passage dans la matinée un air détendu. Le président du bureau devait dire: «Il est 11h, nous n'avons enregistré que quatre votants! Mais la journée est loin d'être terminée...»
Dans l'après-midi, on a pris attache avec la permanence électorale de wilaya du FFS où l'on annonce: «Plusieurs communes n'ont pas pu voter! C'est le cas par exemple de Redjaouna, à quelques encablures du chef-lieu de wilaya!».
Un autre de préciser: «Le FFS a réussi le tour de force de briser le mur de la peur. Il faut aussi souligner que ceux qui prédisaient un bain de sang en sont pour leurs frais!»
Le faible taux de participation est expliqué par «l'absence des urnes en plusieurs endroits, la terreur qui pèse, le blocage des routes, les escarmouches ayant éclaté dans plusieurs localités, les urnes brûlées...»
Au centre de presse de la wilaya, on ne pouvait avoir que les sondages. C'est ainsi que la wilaya a enregistré à 11h un taux de 0,68 % de participation. A 15h, il sera de 2,53 % pour les APC et de 2,50 % pour les APW. Il grimpe à 17h à 4,26 % pour les APC et à 4 % pour les APW, pour clôturer dans la nuit à 4,94 % pour les APC et à 4,78 % pour les APW.
A la clôture du scrutin, on pouvait avoir quelques premières «tendances». Ainsi, à Boukhalfa, le FFS est arrivé en tête, suivi du FLN puis du RND et enfin le MSP. Le FFS a aussi cartonné à Tadmaït.
La Kabylie a compté près de 30 communes qui n'ont pas pu voter. Le FFS a engrangé 244 sièges pour les APC et 34 sièges pour l'APW devant le FLN qui compte 85 sièges pour les APC et 13 sièges pour l'APW. Le parti de Hocine Aït Ahmed contrôle ainsi 27 APC contre 7 pour le FLN et 2 pour le RND, comme il est largement majoritaire à l'APW. Le taux de participation définitif étant de 5,79 % pour les APC et de 5,62 % pour l'APW.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.