Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ballade sentimentale et gnawie
JOE BATORY EN CONCERT
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2011

Les caméléons vous donnent, eux aussi, rendez-vous à la salle El Mougar, au grand bonheur de leurs fans
Ce jeudi, la salle El Mougar vous convie à un concert gnawi à partir de 17h avec Joe Batoury. Ne ratez pas ce rendez-vous surtout pour les fans du gnawi et la musique urbaine. L'accès est à 300 DA. A ce prix, vous aurez aussi droit à un «deux en un», à savoir un autre concert animé par la nouvelle découverte de la scène musicale algérienne, le groupe Caméléon qui fut remarqué grâce à sa ballade Li lah et qui aujourd'hui continue à faire un carton grâce à son nouveau tube Bir shgir. Joe Batoury est un chanteur traditionnel de la confrérie gnawie d'Alger, mais plus que ça, c'est une bête de scène. L'artiste pose ses chants sacrés sur les riddims roots reggae. La voix feutrée soutenue par le gumbri (guitare basse traditionnelle) et les karkabous sont transcendés par les lourdes basses aux influences jamaïcaines. Le MC Joe Batory n'a de cesse de surprendre ses fans. Touche-à-tout, il se plaît à multiplier les styles à satiété. Musicien boulimique, Joe Batory adore dégainer son gumbri même si son penchant pour le rap américain n'est pas très loin. Pour l'heure, les musiciens du groupe Caméléon, tout en douceur et tendresse, mêlent une fusion d'influence, le tout enveloppé dans des rythmes et des couleurs musicales algériennes. Ce qui fait le cachet propre des Caméléon.
Des enfants sages à l'apparence qui chantent l'amour, le chagrin, la nostalgie, parfois sur un ton grave ou chargé. Une musique qui s'affranchit de tout type d'appartenance de style, de forme de jeu, de famille musicale, de règles à respecter. Elle s'invente avec ses propres critères de composition, de réalisation. On retrouve dans la musique Caméléon, de nombreuses influences musicales, sans pour autant que celle-ci s'enferme dans des codes spécifiques de genre. La notion Caméléon réside également dans l'idée d'une certaine liberté et indépendance musicales.
Ainsi se définit le groupe mené par son chanteur aux cheveux longs, Hcèn. Le groupe qui fait pâmer les demoiselles vous donne, lui aussi rendez-vous ce jeudi à la salle El Mougar. On ne le dira jamais assez, le groupe cherche un éditeur pour le produire.
Des ballades sentimentales au tumulte du gnawi, les mélomanes auront droit à un patchwork de mélodies qui raviront plus d'un. La salle El Mougar va se transformer assurément en défouloir sans précédent. Cela s'est déjà vu dans la même salle lors de la soirée contre le sida, mais aussi il y a une dizaine de jours à la salle Ibn Zeydoun de Riad El Feth où le groupe Caméléon avait littéralement allumé le feu. Cette formation ne demande qu'à se professionnaliser. Pour peu qu'elle ose davantage et demande ses droits légitimes comme son cachet par exemple. Car, faut- il le noter, Caméléon exerce actuellement son métier sans gagner un sou.
Une donne qui doit changer. On ne peut continuer à exploiter les artistes impunément. Surtout au vu du succès que le groupe enregistre aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.