Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nécessaire changement
L'ALGERIE FACE AUX RENDEZ-VOUS HISTORIQUES
Publié dans L'Expression le 23 - 02 - 2011

Le Président de la République a non seulement souligné l'importance et la gravité du problème mais signifié, également, l'urgente nécessité de renouveler les approches et les politiques vis-à-vis des jeunes.
L'Algérie doit impérativement sortir de sa bulle schizophrénique, du climat d'arrogance, de cooptation, d'opportunisme, d'incompétence et de comportements négativistes, sous peine de vivre encore des situations terribles et insoupçonnées. L'Algérie, sa jeunesse, les Algériennes et les Algériens, dans leur ensemble, excepté une infime minorité, ne peuvent continuer à subir leur enfermement dans un cycle infernal qui grève tout espoir de développement durable, d'épanouissement et de justice, en un mot, de se sentir citoyen d'un Etat de droit. En janvier 2008, dans un article publié dans le quotidien L'Expression nous avons insisté sur les risques «pour les prochaines années, d'une dynamique de tempête dans certaines régions du monde et prévu une période de mutations sans précédent au niveau de l'Ordre international. Concernant l'Algérie, nous avons précisé: «L'Algérie et sa jeunesse ne pourront rester étrangères à ces mutations et bouleversements... L'anxiété, le désarroi, le manque de perspectives conduisent souvent un grand nombre de jeunes au découragement et à la perte d'espoir, à la frustration et à la violence. La tentation d'échapper à leur souffrance, à leur écrasante et trop pénible quotidienneté, les conduit vers un comportement asocial, à l'utilisation de drogues ou, depuis quelque temps, à la tentation de fuir leur désespoir en côtoyant la mort «toutes voiles dehors».
Lorsque l'on se penche sur l'état de la jeunesse en Algérie, ces dernières années, ce qui retient l'attention, c'est l'absence, malgré la gravité de la situation, d'une stratégie concernant cette catégorie de la population pour, d'une part, appréhender sérieusement les problèmes liés à sa vie, ses comportements et ses aspirations et, d'autre part, l'associer plus directement à la réalisation des grands chantiers nationaux tant aux niveaux éducatif, culturel, économique que politique. La vulnérabilité de la jeunesse est, en partie, amplifiée par la position toute particulière qu'elle occupe au sein d'une société qui n'arrive pas à sortir d'une crise multidimensionnelle. Les jeunes sont au coeur d'enjeux politiques, de grands défis et de tensions sur lesquels ils n'ont, bien souvent, aucune prise. Une jeunesse désabusée dont la frustration est accentuée par l'influence quotidienne des nouveaux moyens de communication.
Ce sont les jeunes qui affrontent, peut-être, plus que tout autre groupe social, les bouleversements, les incertitudes et les risques générés par le processus de mondialisation économique et culturelle. Qui pourra prétendre à l'ère des SMS, de Facebook ou de Twitter, qu'il ne savait pas?
En soulignant devant les walis, en novembre 2006, que la jeunesse «met en jeu l'avenir de la nation tout entière et nous interpelle sur notre capacité à valoriser le potentiel d'espérance qu'elle incarne» et que «nous avons aujourd'hui besoin de renouveler notre regard sur la jeunesse, de modifier notre attitude à son égard et d'adopter de nouvelles approches et de nouvelles méthodes dans la prise en charge de ses attentes», le président de la République a non seulement souligné l'importance et la gravité du problème mais signifié, également, l'urgente nécessité de renouveler les approches et les politiques vis-à-vis des jeunes.
Le succès d'une opération aussi vitale pour le pays suppose, en premier lieu, la fin des habituelles actions conjoncturelles orchestrées par des apparatchiks dont la qualité première est de veiller, d'abord, non pas aux attentes de la jeunesse, mais au sens «des vents dominants».
Pour l'Algérie, la jeunesse est une richesse et une chance. Elle sera le levain des changements inéluctables et indispensables: qu'il faut souhaiter pacifiques. Comme nous l'avons souligné dans plusieurs articles, à vouloir ignorer la gravité du fossé actuel avec les forces vives de la nation, c'est opter, non pas pour l'avenir, le développement durable et le progrès, mais pour la stagnation et la résignation ponctuellement nourries par «une agit-prop» stérile, ayant pour fondements l'opportunisme, des valeurs désuètes et une authenticité «soporifique». Les Algériens ne peuvent continuer à supporter des discours éculés, des slogans périmés, infantilisants et démagogiques. Tous les scénaristes doivent prendre conscience des dégâts politiques, économiques, sociaux et culturels qu'un certain mode de gouvernance a infligés au pays et de l'urgente nécessité à mettre l'Algérie au diapason du troisième millénaire. Comment garder le silence face aux cycles de violences multiples, aux menaces extrêmes qui pèsent sur son avenir et à la balkanisation du champ politique?
Un militant historique et témoin de la Révolution, qui a occupé d'importantes responsabilités, durant la guerre de Libération et au lendemain de l'Indépendance, a récemment tenu à sonner l'alarme face aux dangers qui guettent l'Algérie. Si Abdelhamid Mehri a, en quelques phrases, mis le doigt sur les maux qui rongent le pays: «L'exclusion est devenue le trait dominant de la gestion politique et de la manière de traiter les divergences d'opinion...; Ces pratiques, qui ont contaminé même certains partis d'opposition, ont eu pour effet de pousser des milliers de militants à renoncer à l'action politique, de réduire la base sociale du régime et de réduire le cercle de décision à son sommet...Il s'est nourri également d'emprunts et d'adaptations qui n'ont pas été façonnées par le libre débat, ni affinées, durant leurs évolutions, par une évaluation objective qui a été le grand absent dans l'expérience du pouvoir en Algérie. Plutôt qu'une évaluation critique objective du régime politique, on a préféré les campagnes de glorification et de dénonciation taillées sur mesure pour des personnes et par l'attribution de couleurs à des décennies, de sorte à masquer la nature du régime, ses pratiques et sa vraie couleur qui ne change pas malgré le changement d'hommes. Les voix, qui revendiquent le changement de ce régime et qui sont soucieuses qu'il advienne dans un climat de paix et de libre débat, sont nombreuses. Les signes, qui alertent sur le caractère impératif d'un tel changement, sont visibles depuis des années. Ils se sont encore accumulés ces derniers mois d'une manière telle qu'il est impossible de les ignorer ou de reporter la réponse.»
Un demi-siècle après l'Indépendance et face aux rendez-vous historiques, il est désespérant de constater l'incapacité des forces politiques et sociales à se rencontrer, à dialoguer, à s'écouter... sans exclusive, ni invectives ou improvisation. Les professionnels de l'opportunisme, des débats biaisés et les apprentis sorciers aux ambitions masquées et démesurées, ne peuvent plus méconnaître la gravité de la situation et leur responsabilité devant l'Histoire et le Peuple algérien.
L'avenir de l'Algérie et les dangers qui la guettent imposent à toutes et à tous, sans exception, d'écouter la voix de la sagesse et de bannir la surenchère et les discours dilatoires. L'on ne peut, également, continuer à ignorer la désespérance ni à s'opposer impunément aux espoirs d'une jeunesse marginalisée et désabusée qui «étouffe» au sein d'une société marquée par une crise multidimensionnelle. Il est temps que le peuple algérien et sa jeunesse soient écoutés et associés concrètement et démocratiquement à la vie politique et au développement du pays.
Un régime démocratique en mesure de libérer les initiatives populaires dans le cadre d'une citoyenneté responsable et active évitera à l'Algérie, qui a tant souffert, des dérives aux conséquences extrêmement dangereuses.
Pour cela, il revient à toutes les Algériennes et à tous les Algériens de s'impliquer solidairement et pacifiquement pour transformer la peur, la méfiance, le népotisme, le régionalisme, le désespoir voire la haine en une nouvelle page de paix, de dignité, de solidarité, de citoyenneté, de justice et d'espoirs.
Loin de toute exclusion, exclusive ou intolérance, il revient à toutes les forces politiques et sociales de «bâtir» un véritable pacte républicain et d'impulser l'indispensable volonté politique qui doit porter ce choix patriotique: avant qu'il ne soit trop tard...pour bannir les brasiers!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.