Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    La BEA en mode «accélération»    Un gisement de richesses négligé    La carte gagnante    La FIFA rétablit une vérité historique    Des documents top secret saisis    Reprise, demain, des rotations de la Minusma    Avec Mahrez sans Messi    Guerre à la parisienne!    Boulahbib de retour aux affaires    Etat d'alerte maximale    L'école privée cherche sa voie    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Société civile: conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Coupe Davis (Match de maintien): victoire de l'Algérie devant le Mozambique (2-0)    Jeux de la Solidarité Islamique: Reguigui remporte la médaille d'argent    Décès du journaliste italien Piero Angela, ami de la Révolution algérienne    Agressions contre Ghaza: 12 violations contre les journalistes palestiniens    La canicule continuera d'affecter l'Ouest et le Centre du pays    La PC prodigue des conseils préventifs sur les risques liés à la canicule    Mahboub Bati, l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Festival de chanson chaâbi: une soirée célébrant l'œuvre des grands maîtres    Ancelotti dira stop après le Real Madrid    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    Parkinson: Le cri de détresse d'une Association de malades    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Ghannouchi sur le départ ?    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Un policier assassiné    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    Fondateur du roman algérien moderne    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“N'oubliez pas les pays pauvres”
Message du sommet de la Francophonie
Publié dans Liberté le 19 - 10 - 2008

La francophonie a un “grand rôle” à jouer dans la crise financière et alimentaire en attirant l'attention sur les pays pauvres et en défendant les changements nécessaires au système économique mondial, ont affirmé des dirigeants à l'ouverture du sommet de Québec. Le XIIe sommet de la francophonie s'est ouvert pour deux jours vendredi à Québec en présence d'une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernements membres de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), dont de nombreux pays africains. La francophonie “a un grand rôle à jouer, aussi dans la crise financière internationale qui nous interpelle tous et toutes”, a déclaré le Premier ministre canadien Stephen Harper, co-hôte du sommet avec son homologue québécois Jean Charest. “On doit tous être conscients de l'impact de cette crise sur les pays en voie de développement”, a affirmé M. Harper devant quelque 2 000 délégués de la francophonie. Le monde, confronté à la plus grave crise économique et financière depuis la crise des années 1930, “doit changer. La francophonie doit porter la nécessité du changement du monde”, a lancé le président français Nicolas Sarkozy qui va défendre samedi auprès des Etats-Unis une refonte totale du système financier mondial. Affirmant qu'il fallait “bousculer les habitudes”, il a plaidé notamment pour l'entrée d'un pays africain ou sud-américain comme membre permanent du Conseil de sécurité de l'Onu qui pour l'heure en compte cinq (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine).
“La crise est une opportunité de réfléchir différemment à la croissance”, a également affirmé M. Sarkozy, qui assure la présidente tournante de l'Union européenne, citant “la croissance durable, la croissance verte, le développement d'une agriculture vivrière partout dans le monde”. Le secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, a lui aussi affirmé que la communauté francophone ne pouvait pas être “spectatrice” des crises financières et alimentaires, car ce sont “les plus défavorisés, comme toujours, qui paieront le plus lourd tribut”. En ce sens, Ban Ki-moon, l'un des premiers secrétaires généraux de l'Onu à assister à un sommet de la francophonie, a exhorté vendredi les pays donateurs à ne pas réduire leur aide internationale en raison de la crise financière.
Car cette tourmente ne doit pas faire oublier “la crise moins spectaculaire, mais infiniment plus grave” de la faim dans le monde, a mis en garde le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, également présent, appelant les pays riches à tenir leurs engagements d'aide au développement, comme l'a fait l'UE. “Près d'un milliard de personnes souffrent de la faim aux quatre coins de la planète. La flambée des prix alimentaires et énergétiques en 2008 a fait augmenter leur nombre de 75 millions de personnes par rapport à 2005”, a-t-il souligné. “Comment pourrions-nous justifier un jour d'avoir mobilisé tant de moyens et de volonté politique pour imaginer des solutions à la crise financière et de n'avoir rien tenté face à l'injustice de la faim ?” a-t-il interrogé ? Pour M. Sarkozy comme d'autres dirigeants qui ont pris la parole, la francophonie doit se vivre “comme un engagement politique.
Nous ne voulons pas d'un monde aplati. Nous ne voulons pas d'un monde uniforme. Nous voulons la diversité”, a-t-il affirmé. Un sentiment partagé par le Premier ministre Jean Charest qui s'est livré à un plaidoyer pour la langue française et une francophonie plus politique. “Je vous invite à voir dans l'histoire du Québec une invitation quant à la manière de promouvoir cette langue que nous avons en partage. C'est une bataille qu'il faut mener. Et cette bataille est par définition un combat politique”, a-t-il dit.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.