Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles techniques de construction pour le Sud
Après les inondations ayant endommagé 4 000 habitations à Adrar
Publié dans Liberté le 05 - 02 - 2009

Ce sont, entre autres, des procédés modernes de stabilisation, de compactage et d'étanchéitisation de matériaux comme le toub.
L'utilisation du béton au Sud n'est pas appropriée. C'est un matériau très résistant, mais il n'est pas indispensable dans cette région qui n'est pas aussi exposée aux aléas sismiques que le Nord. Par rapport aux dégâts occasionnés par les inondations dans la wilaya d'Adrar, M. Hamid Afra, directeur général du Centre national d'études et de recherches intégrées du bâtiment (Cnerib), préfère parler de précipitations qui ont atteint 40 millimètres d'eau, l'équivalent de
40 litres/m2. Ce niveau de chutes de pluie, qui demeure tout juste moyen en comparaison au Nord, a endommagé toutefois quelque
4 000 logements, dont 1 800 sont totalement ou partiellement effondrées, donc inhabitables. Le reste est en partie ciblé, mais il est habitable. Tout ce parc touché doit être ainsi soit réhabilité ou reconstruit avec de nouveaux logements. La particularité de ces habitations appelées communément les “ksour” est qu'elles sont arrivées à la fin de leur durée de vie. Datant de deux siècles, elles sont frappées de vétusté et d'un manque d'entretien. “Sur les planchers terrasses de ces ksour, on trouve des couches épaisses jusqu'à 20 cm de sable suite au phénomène d'ensablement fréquent dans ces localités du Sud. L'absence de la maintenance a fait que ces planchers ont été surchargés et avec les pluies, ils se sont effondrés”, expliquera M. Afra au cours d'une intervention hier sur les ondes de la radio Chaîne III. Les ruissellements des eaux ont vite attaqué les soubassements des murs porteurs de ces maisons. La réhabilitation de ces demeures se fera, selon le DG du Cnerib, avec une nouvelle technique de construction. “Ce sont des techniques modernes de stabilisation, de compactage et d'étanchéitisation de matériaux comme le toub”, précisera-t-il. Le Cnerib, faut-il le rappeler, a réalisé de nombreuses études et de recherche dans ce domaine. Il développe dans le cadre du projet d'efficience énergétique dans le secteur de la construction (Med-Enec), le concept d'habitation rurale. Cette habitation est faite de briques de terre stabilisée (BTS). C'est un produit noble, facile à produire, à utiliser et qui assure un excellent niveau d'isolation. Les chercheurs du Centre avouent pouvoir en outre utiliser la pierre, très abondante dans certaines régions d'Algérie. Les concepteurs de ce prototype ont décidé d'allier le rustique avec le moderne afin de répondre à des exigences très strictes en matière d'efficience énergétique. En plus des murs en BTS, ils ont développé un système de chauffage à l'énergie solaire installé dans le plancher. Ce même système permet aussi de produire de l'eau chaude. Bref, tout a été bien imaginé pour garantir un maximum d'économie d'énergie. En utilisant l'énergie solaire, l'éclairage et la ventilation naturels, et en installant des fenêtres à double vitrage, on peut réduire la consommation d'énergie de 40%, comparativement à une habitation classique. À ne pas confondre, néanmoins, efficience énergétique avec manque de confort. L'Algérie étant en zone de forte sismicité, les chercheurs du Cnerib ont développé un système constructif de maçonnerie porteuse chaînée. Autrement dit, l'édifice n'est pas fondé sur un système classique piliers-poutres, mais à travers des murs porteurs épais et solides. Le Cnerib compte de ce fait mettre les résultats de ses recherches, par ailleurs, validées sur les plans national et international, à la disposition des décideurs. Ainsi, les 450 000 logements réservés à l'habitat rural peuvent constituer une sérieuse opportunité pour mettre en pratique toutes ces avancées en matière de construction de logements. Et Adrar pourra servir de wilaya pilote pour la réhabilitation et/ou la reconstruction des 4 000 unités ciblées par les inondations.
Badreddine KHRIS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.