Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    460 nouveaux cas confirmés et 10 décès en Algérie    Des partis politiques s'indignent des déclarations de Marine Le Pen glorifiant le passé colonial de son pays    Sabri Boukadoum effectue une visite en Italie    Ouargla soumise à un confinement partiel à partir de samedi    Reprise des compétitions: Mellal appelle la FAF à prendre une décision finale    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Chelsea chasse Leicester du podium    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    9 juillet 1962    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    En attendant un autre ordre de mission    Cap sur un nouveau plan de relance    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Pour quelle réorganisation territoriale ?    La FAF tranchera le 15 juillet    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    15e but pour Benrahma    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tous les “anciens” du MCA et de la JSK étaient là !
Obsèques de Hadj Mansour Abtouche à Tizi Ouzou
Publié dans Liberté le 10 - 03 - 2009

Le cimetière de M'douha de Tizi Ouzou a eu bien du mal à accueillir hier la nombreuse foule venue assister aux obsèques du regretté Hadj Mansour Abtouche, ex-gardien du Mouloudia et de la JSK, mais aussi ancien président de la JS Kabylie décédé dimanche dernier en son domicile familial à Tizi Ouzou à l'âge de 91 ans après une longue maladie. Et pour cause, de nombreux amis et compagnons de longue date ont tenu à rendre un vibrant hommage à l'une des plus grandes figures du football algérien, dont la dépouille fut portée à bout de bras à la sortie du domicile mortuaire par ses anciens poulains de la JSK des années 60/70 tels que les Rafaï, Aït Amar, Bellahssen, Derridj, Zeghdoud et autres Kouffi. Ils seront aussitôt relayés à l'entrée du cimetière par des “juniors” de la JSK solennellement habillés aux couleurs du club kabyle pour lequel le défunt a sacrifié une grande partie de sa vie comme gardien de but avant le déclenchement de la guerre de Libération, puis comme président après l'Indépendance où il vécut de grands évènements avec la double accession de la JSK en D2 en 1968 puis en D1 en 1969, puis les premiers titres de champion d'Algérie à partir des années 72/73 aux côtés du regretté président Abdelkader Khalef, cette autre figure emblématique de la JSK. Parmi toute cette marée humaine venue s'incliner à la mémoire du “vieux lion du Belloua”, tous les “anciens” du Mouloudia et de la JSK puisque l'on aura noté, côté Mouloudia, la présence des Drif, Khabatou, Betrouni, Bachi, Zenir, Djouad et les frères Amrous venus de Bordj Menaïel, alors que du côté JSK, le président Hannachi est rentré précipitamment de Paris pour assister aux obsèques de son ancien président aux côtés des Amri, Aouis, Rezgui, Nesnas, Terzi, Haouchine, Harb, Djezar ainsi que les anciens dirigeants kabyles tels que Hocine Hamoutène, Mouloud Aïnouz, Ali Ghazi, Hadj Khamès et les frères Hamidi qui apprendront dans la douleur le décès survenu le même jour de Hadj Ramdane Amellal, ancien soigneur bien connu de la JSK des années 60 qui sera inhumé aujourd'hui à Taguemount-Azzouz, son village natal. C'est dire que les anciennes figures de la JSK nous quittent une à une tout en laissant derrière elles un club, un palmarès et une histoire que le coach français Jean-Christian Lang, présent hier au cimetière de Tizi Ouzou, aura certainement mesuré à sa juste dimension et avec beaucoup de fierté et de dignité.
Mohamed Haouchine

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.