Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les propositions du Pr Bouhouche
La recherche scientifique en Algérie
Publié dans Liberté le 27 - 05 - 2009

En marge d'une cérémonie d'hommage à son parcours, ce pionnier de “sciences-po” en Algérie propose que la recherche scientifique soit une priorité dans le plan de développement du pays.
“La recherche scientifique est nécessaire, il faut tout faire pour qu'elle évolue mais personne ne fait d'efforts pour que cela se réalise”. C'est là un constat fait par le Dr Omar Bouhouche. Ancien moudjahid, élu meilleur professeur en sciences politiques en 1979 et premier docteur dans le même domaine en Algérie, il a publié 12 livres et 87 exposés. Une cérémonie en son honneur a été organisée, hier, au Forum d'El Chaâb, afin de le récompenser pour son parcours. Après la remise des prix, place à la conférence sur les recherches scientifiques en Algérie. Le Dr Bouhouche a abordé les multiples problèmes qui touchent les chercheurs dans notre pays. “La recherche est primordiale, ce ne sont pas des herboristes qu'il nous faut mais des docteurs”, a-t-il souhaité. Les facteurs responsables de l'échec des recherches ne sont pas seulement financiers ou étatiques mais surtout humains, selon lui. “Les chercheurs eux-mêmes ne sont pas très motivés par le travail, mais ils sont blasés car ils attendent une prise en charge quasi absente. Ils ne font rien pour réclamer leurs droits”, a déclaré le professeur. Un autre problème et qui n'est pas des moindres touche cette profession : l'indépendance financière. Elle ne fait pas partie de la politique des chercheurs. Ils ne disposent de rien et ne font pas d'efforts pour devenir autonomes. “Les centres de recherches ne disposent d'aucune indépendance financière. Ce problème est dû au manque de subventions et pour cela, ils sont incapables de rassembler de l'argent”, a-t-il dit. Sur ce point,
M. Bouhouche ne rejette pas la faute sur le ministère de l'Enseignement supérieur, bien au contraire. “Puisqu'on imite les Français, essayons de prendre les bons côtés au lieu de les copier. En effet, il y a 85 universités françaises et elles sont indépendantes dans leurs recherches scientifiques”, a-t-il ajouté. Par ailleurs, une crise importante touche les chercheurs dans leur travail, ce qui est considéré comme un facteur important dans l'échec de l'évolution des recherches. “S'il y a des laboratoires de sciences naturelles, de mathématiques ou de physique. Et bien, il manque des centres pour l'étude stratégique, entre autres, du nouveau matériel”, a fait remarquer le conférencier. Le dernier aspect abordé par le professeur revient aux négligences de l'Etat. “La prise en charge pour la recherche scientifique est faible. Il faut viser les universités car les étudiants sont l'essence de tout”, a ajouté M. Bouhouche. À tout problème, il y a des solutions ; durant la conférence le professeur a suggéré quelques idées qui peuvent permettre de sortir la recherche scientifique de sa médiocrité. “En premier lieu, les méthodes doivent changer comme les centres. Notre Etat dispose de bons éléments et d'argent. C'est le manque d'organisation qui est en point de mire”. Les étudiants qui partent faire leurs études à l'étranger reviennent pour se cloîtrer dans des bureaux. “La prise en charge est très mauvaise dans tous les domaines, ce qui engendre un abandon général”, a déploré le professeur Bouhouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.