Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les propositions du Pr Bouhouche
La recherche scientifique en Algérie
Publié dans Liberté le 27 - 05 - 2009

En marge d'une cérémonie d'hommage à son parcours, ce pionnier de “sciences-po” en Algérie propose que la recherche scientifique soit une priorité dans le plan de développement du pays.
“La recherche scientifique est nécessaire, il faut tout faire pour qu'elle évolue mais personne ne fait d'efforts pour que cela se réalise”. C'est là un constat fait par le Dr Omar Bouhouche. Ancien moudjahid, élu meilleur professeur en sciences politiques en 1979 et premier docteur dans le même domaine en Algérie, il a publié 12 livres et 87 exposés. Une cérémonie en son honneur a été organisée, hier, au Forum d'El Chaâb, afin de le récompenser pour son parcours. Après la remise des prix, place à la conférence sur les recherches scientifiques en Algérie. Le Dr Bouhouche a abordé les multiples problèmes qui touchent les chercheurs dans notre pays. “La recherche est primordiale, ce ne sont pas des herboristes qu'il nous faut mais des docteurs”, a-t-il souhaité. Les facteurs responsables de l'échec des recherches ne sont pas seulement financiers ou étatiques mais surtout humains, selon lui. “Les chercheurs eux-mêmes ne sont pas très motivés par le travail, mais ils sont blasés car ils attendent une prise en charge quasi absente. Ils ne font rien pour réclamer leurs droits”, a déclaré le professeur. Un autre problème et qui n'est pas des moindres touche cette profession : l'indépendance financière. Elle ne fait pas partie de la politique des chercheurs. Ils ne disposent de rien et ne font pas d'efforts pour devenir autonomes. “Les centres de recherches ne disposent d'aucune indépendance financière. Ce problème est dû au manque de subventions et pour cela, ils sont incapables de rassembler de l'argent”, a-t-il dit. Sur ce point,
M. Bouhouche ne rejette pas la faute sur le ministère de l'Enseignement supérieur, bien au contraire. “Puisqu'on imite les Français, essayons de prendre les bons côtés au lieu de les copier. En effet, il y a 85 universités françaises et elles sont indépendantes dans leurs recherches scientifiques”, a-t-il ajouté. Par ailleurs, une crise importante touche les chercheurs dans leur travail, ce qui est considéré comme un facteur important dans l'échec de l'évolution des recherches. “S'il y a des laboratoires de sciences naturelles, de mathématiques ou de physique. Et bien, il manque des centres pour l'étude stratégique, entre autres, du nouveau matériel”, a fait remarquer le conférencier. Le dernier aspect abordé par le professeur revient aux négligences de l'Etat. “La prise en charge pour la recherche scientifique est faible. Il faut viser les universités car les étudiants sont l'essence de tout”, a ajouté M. Bouhouche. À tout problème, il y a des solutions ; durant la conférence le professeur a suggéré quelques idées qui peuvent permettre de sortir la recherche scientifique de sa médiocrité. “En premier lieu, les méthodes doivent changer comme les centres. Notre Etat dispose de bons éléments et d'argent. C'est le manque d'organisation qui est en point de mire”. Les étudiants qui partent faire leurs études à l'étranger reviennent pour se cloîtrer dans des bureaux. “La prise en charge est très mauvaise dans tous les domaines, ce qui engendre un abandon général”, a déploré le professeur Bouhouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.