Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les propositions du Pr Bouhouche
La recherche scientifique en Algérie
Publié dans Liberté le 27 - 05 - 2009

En marge d'une cérémonie d'hommage à son parcours, ce pionnier de “sciences-po” en Algérie propose que la recherche scientifique soit une priorité dans le plan de développement du pays.
“La recherche scientifique est nécessaire, il faut tout faire pour qu'elle évolue mais personne ne fait d'efforts pour que cela se réalise”. C'est là un constat fait par le Dr Omar Bouhouche. Ancien moudjahid, élu meilleur professeur en sciences politiques en 1979 et premier docteur dans le même domaine en Algérie, il a publié 12 livres et 87 exposés. Une cérémonie en son honneur a été organisée, hier, au Forum d'El Chaâb, afin de le récompenser pour son parcours. Après la remise des prix, place à la conférence sur les recherches scientifiques en Algérie. Le Dr Bouhouche a abordé les multiples problèmes qui touchent les chercheurs dans notre pays. “La recherche est primordiale, ce ne sont pas des herboristes qu'il nous faut mais des docteurs”, a-t-il souhaité. Les facteurs responsables de l'échec des recherches ne sont pas seulement financiers ou étatiques mais surtout humains, selon lui. “Les chercheurs eux-mêmes ne sont pas très motivés par le travail, mais ils sont blasés car ils attendent une prise en charge quasi absente. Ils ne font rien pour réclamer leurs droits”, a déclaré le professeur. Un autre problème et qui n'est pas des moindres touche cette profession : l'indépendance financière. Elle ne fait pas partie de la politique des chercheurs. Ils ne disposent de rien et ne font pas d'efforts pour devenir autonomes. “Les centres de recherches ne disposent d'aucune indépendance financière. Ce problème est dû au manque de subventions et pour cela, ils sont incapables de rassembler de l'argent”, a-t-il dit. Sur ce point,
M. Bouhouche ne rejette pas la faute sur le ministère de l'Enseignement supérieur, bien au contraire. “Puisqu'on imite les Français, essayons de prendre les bons côtés au lieu de les copier. En effet, il y a 85 universités françaises et elles sont indépendantes dans leurs recherches scientifiques”, a-t-il ajouté. Par ailleurs, une crise importante touche les chercheurs dans leur travail, ce qui est considéré comme un facteur important dans l'échec de l'évolution des recherches. “S'il y a des laboratoires de sciences naturelles, de mathématiques ou de physique. Et bien, il manque des centres pour l'étude stratégique, entre autres, du nouveau matériel”, a fait remarquer le conférencier. Le dernier aspect abordé par le professeur revient aux négligences de l'Etat. “La prise en charge pour la recherche scientifique est faible. Il faut viser les universités car les étudiants sont l'essence de tout”, a ajouté M. Bouhouche. À tout problème, il y a des solutions ; durant la conférence le professeur a suggéré quelques idées qui peuvent permettre de sortir la recherche scientifique de sa médiocrité. “En premier lieu, les méthodes doivent changer comme les centres. Notre Etat dispose de bons éléments et d'argent. C'est le manque d'organisation qui est en point de mire”. Les étudiants qui partent faire leurs études à l'étranger reviennent pour se cloîtrer dans des bureaux. “La prise en charge est très mauvaise dans tous les domaines, ce qui engendre un abandon général”, a déploré le professeur Bouhouche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.