Présidentielle du 12 décembre: Les élections sont l'unique solution pour sortir de la crise    Poursuite de l'action pour garantir aux enfants tous leurs droits consacrés dans la convention des droits de l'enfant    Le projet de loi sur les hydrocarbures devant la Commission économique du Conseil de la Nation    Colonies israéliennes: rejet international de la position américaine    Agence CNAS d'Alger: Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour maladies professionnelles depuis janvier 2019    CAMPAGNE ELECTORALE : Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    LE MINISTRE DU TRAVAIL AFFIRME : L'Algérie a ratifié 60 accords internationaux du travail    DISTRIBUTION DES 300 LOGEMENTS SOCIAUX A AIN TURCK : Les exclus observent un sit-in devant la Daïra    MASCARA : Arrestation d'un individu pour incendie volontaire    AIN TEMOUCHENT : Un mort et un blessé suite au renversement d'un tracteur    Troisième jour de campagne: les candidats s'engagent à poursuivre la lutte contre la corruption    JSK : Benchérifa «Je demande aux supporters de rester derrière leur équipe»    USMA : Le TAS reporte le verdict et exige le PV du BF    MCA : Les joueurs se sont réunis dans les vestiaires avec Sakhri    Inauguration mercredi d'une nouvelle desserte reliant Alger à Tébessa    L'ethnie sidama vote demain sur son autonomie    Le principal port d'Irak bloqué par les manifestants    Moscou confirme un sommet le 9 décembre à Paris    Des dizaines d'arrestations à travers le pays    Le montant des créances de la Cnas explose    Djellab relève l'importance de donner une valeur ajoutée à la datte algérienne    Les Canaris préparent Saoura et Vita Club    "J'exige un contrat de travail !"    Le lieu et la date du match connus jeudi    L'Algérie, un marché à potentiel    Trois manifestants blessés    Un fourgon fonce dans l'enclave espagnole de Ceuta avec 50 migrants à bord    Le gouvernement évoque une situation «plus calme»    Un enfant de deux ans se noie dans un bassin d'irrigation à Belacel    ACTUCULT    Des conférenciers algériens attendus à Tunis    Une stèle en hommage aux victimes du 17 Octobre 1961 à Bouzeguène    "Ecrire pour se raconter. Variations sur une œuvre"    Transition    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    XIVe Championnat d'Afrique de tir sportif : Quinze pays participent pour des places aux JO    Eliminatoires/CAN-2021 (2e j): l'Algérie assure, les Comores musèlent l'Egypte    Le mal-être de la société vue en jaune    Suivi mitigé de la grève des enseignants du primaire    Recherches dans le domaine de la cancérologie: Mise en lumière des travaux de trois lauréats    Procès boycotté par les avocats: Deux ans de prison ferme requis contre 20 détenus du hirak    MILA : La CNR organise des journées portes ouvertes    Selon l'économiste, Anisse Terai "Les banques publiques algériennes sont réduites au statut de caisses"    Libye : Washington appelle Haftar à cesser son offensive sur Tripoli    M'hamad Khedad : Le discours du roi est une expression d'inquiétude face à la situation au Maroc    Trois condamnations et quatre acquittements    Tebboune professe ses convictions    CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milliers de personnes ont marché à Tizi Ouzou
A l'initiative de la Coordination locale des étudiants
Publié dans Liberté le 02 - 02 - 2011

“Bout-Ali dégage !”, “Système dégage !”, “Bouteflika-Ouyahia, houkouma irhabiya”, “Halte à la corruption”, “Halte à la répression, libérez les détenus”, autant de slogans scandés par la rue de Tizi Ouzou en ce mardi pluvieux.
“Bout-Ali, dégage !” Ce slogan anagrammatique a été scandé à gorge déployée, hier, à l'occasion de la marche pacifique à laquelle a appelé la Coordination locale des étudiants (CLE) de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou.
Une marche à laquelle s'est joint le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui a mobilisé ses militants pour la circonstance. C'est ainsi qu'on a vu parmi les marcheurs, des parlementaires du parti de Saïd Sadi, des élus locaux ainsi que le président de l'APW de Tizi Ouzou. Sous une pluie battante, la marche a démarré vers 10h30 du campus de Hasnaoua avec des slogans criés à tue-tête par des milliers de manifestants. Plus de 15 000, selon les organisateurs.
Des slogans qui mettent en avant, outre les revendications sociopédagogiques de la communauté estudiantine, la soif de changement démocratique du peuple algérien ; une soif aiguisée par le vent de liberté qui souffle sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient depuis peu. Le drapeau tunisien et l'emblème national sont déployés à la tête de la procession humaine. Façon pour les marcheurs de manifester leur soutien au voisin de l'Est dans sa Révolution du Jasmin. “Bout-Ali dégage !”, “Système dégage !”, “Bouteflika-Ouyahia, houkouma irhabiya”, “Halte à la corruption”, “Halte à la répression, libérez les détenus”, autant de slogans scandés par la rue de Tizi mobilisée en ce mardi pluvieux pour la démocratie et le changement. La marche, arrivée au niveau du premier carrefour de la ville, a marqué une halte, le temps pour les manifestants d'observer une minute de silence à la mémoire des “martyrs d'hier et d'aujourd'hui”.
La pluie qui tombe à présent par intermittence n'a pas empêché pour autant les manifestants à mener à terme leur action. Chants patriotiques, slogans dénonçant le régime, les étudiants de l'université de Tizi Ouzou ont désormais repris le flambeau de leurs aînés qui ont tracé le chemin des luttes démocratiques. Des banderoles portées par les marcheurs sont balafrées de mots d'ordre puisés dans le jargon de la militance démocratique : “Pour les libertés démocratiques”, “Pour l'ouverture des champs syndical, médiatique et politique”, “Tamazight, langue nationale et officielle”, “Pour une Algérie plurielle”, etc. D'autres banderoles rappellent l'exigence des étudiants quant au maintien du système pédagogique classique, réfutant l'actuel système LMD qui tend à se généraliser à travers les universités algériennes. 12h, devant le portail de la cité administrative, le point de chute de la manifestation. Un autre moment de recueillement avec une minute de silence des marcheurs. Aussitôt, un membre de la CLE improvise une prise de parole, en faisant lecture d'une déclaration de l'organisation syndicale estudiantine.
Tout en revendiquant une prise en charge effective de l'étudiant sur le double plan social et pédagogique, l'orateur, dénonçant le blocage du développement économique de la Kabylie, exige la libération des détenus interpellés lors des dernières émeutes, avant de condamner l'attitude répressive du pouvoir qui répond aux Algériens par la menace et la matraque. à l'issue de la marche, les manifestants se sont dispersés dans le calme, un étudiant a déployé au milieu de la foule une pancarte sur laquelle est calquée une citation de Mouloud Mammeri : “Nul ne peut arrêter un peuple sur le chemin de son destin.”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.