Habitat : distribution de dizaines de milliers de logements à l'occasion du 1er Novembre    L'Algérie prend acte de la désignation de Bah N'daw comme président de la transition au Mali    Le Premier ministre palestinien salue la position du Président Tebboune contre la politique de normalisation avec l'entité sioniste    Convention entre le ministère de la santé et le ministère de l'enseignement supérieur pour lutter contre la Covid 19    PENSIONS DE RETRAITE : Mise en place d'un nouveau calendrier de versement    LUTTE CONTRE L'ARGENT SALE : L'impératif de garantir la transparence    MESURES DE REPRISE DES COURS : Les représentants des étudiants satisfaits    CONSTANTINE : Attribution "prochaine" de 100 aides à l'habitat rural    LUTTE CONTRE LES GANGS DE RUES A BLIDA : Arrestation de 59 personnes depuis le début de l'année    Exportations: l'ANCA plaide pour des conventions avec les pays africains limitrophes    Journée internationale de la paix: l'impératif de décoloniser la Palestine et le Sahara occidental    Tottenham : Alli serait disponible en prêt    Coronavirus: 191 nouveaux cas, 127 guérisons et 10 décès    Oran: l'opération d'installation des coordinateurs communaux de la délégation de l'ANIE touche à sa fin    Mostaganem: mise en échec de quatre tentatives d'émigration clandestine et arrestation de 51 personnes    Championnat d'Italie : Débuts flamboyants pour la Juve    Championnat d'Espagne : Le Real Madrid manque sa rentrée    Le paiement électronique "sécurisé et gratuit"    Naceri à la Cour constitutionnelle    Quelle chance pour la paix ?    Mise en échec de trois tentatives de migration irrégulière à Mahdia    Ça urge !    Le drabki, Abou Fadhel et tamazight    Les articles de la discorde    Un autre décès par strangulation    Hommage à Abdelmadjid Merdaci    Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !    Merci M6 ! Merci pour mes zygomatiques !    Benkhelifa signe pour trois ans    Enfin un gouverneur !    Deux réseaux de passeurs démantelés à Aïn Turck    Les journalistes n'abandonnent pas leur confrère    L'opposition appelle à la désobéissance civile en Côte d'Ivoire    Un suspect arrêté aux Etats-Unis    L'ange blanc s'envole    Hommage au journaliste Salem Hammoum à Bouzeguène    Premier film en variante amazighe ouarglie    Renouvellement des associations sportives : Le MJS fixe les modalités des AG    Flagrant délit !    Retrouver la grandeur américaine    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Les importateurs face à leur destin    COLERES ET ENTORSES    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    «Khayrek sbaq»    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des milliers de personnes ont marché à Tizi Ouzou
A l'initiative de la Coordination locale des étudiants
Publié dans Liberté le 02 - 02 - 2011

“Bout-Ali dégage !”, “Système dégage !”, “Bouteflika-Ouyahia, houkouma irhabiya”, “Halte à la corruption”, “Halte à la répression, libérez les détenus”, autant de slogans scandés par la rue de Tizi Ouzou en ce mardi pluvieux.
“Bout-Ali, dégage !” Ce slogan anagrammatique a été scandé à gorge déployée, hier, à l'occasion de la marche pacifique à laquelle a appelé la Coordination locale des étudiants (CLE) de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou.
Une marche à laquelle s'est joint le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui a mobilisé ses militants pour la circonstance. C'est ainsi qu'on a vu parmi les marcheurs, des parlementaires du parti de Saïd Sadi, des élus locaux ainsi que le président de l'APW de Tizi Ouzou. Sous une pluie battante, la marche a démarré vers 10h30 du campus de Hasnaoua avec des slogans criés à tue-tête par des milliers de manifestants. Plus de 15 000, selon les organisateurs.
Des slogans qui mettent en avant, outre les revendications sociopédagogiques de la communauté estudiantine, la soif de changement démocratique du peuple algérien ; une soif aiguisée par le vent de liberté qui souffle sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient depuis peu. Le drapeau tunisien et l'emblème national sont déployés à la tête de la procession humaine. Façon pour les marcheurs de manifester leur soutien au voisin de l'Est dans sa Révolution du Jasmin. “Bout-Ali dégage !”, “Système dégage !”, “Bouteflika-Ouyahia, houkouma irhabiya”, “Halte à la corruption”, “Halte à la répression, libérez les détenus”, autant de slogans scandés par la rue de Tizi mobilisée en ce mardi pluvieux pour la démocratie et le changement. La marche, arrivée au niveau du premier carrefour de la ville, a marqué une halte, le temps pour les manifestants d'observer une minute de silence à la mémoire des “martyrs d'hier et d'aujourd'hui”.
La pluie qui tombe à présent par intermittence n'a pas empêché pour autant les manifestants à mener à terme leur action. Chants patriotiques, slogans dénonçant le régime, les étudiants de l'université de Tizi Ouzou ont désormais repris le flambeau de leurs aînés qui ont tracé le chemin des luttes démocratiques. Des banderoles portées par les marcheurs sont balafrées de mots d'ordre puisés dans le jargon de la militance démocratique : “Pour les libertés démocratiques”, “Pour l'ouverture des champs syndical, médiatique et politique”, “Tamazight, langue nationale et officielle”, “Pour une Algérie plurielle”, etc. D'autres banderoles rappellent l'exigence des étudiants quant au maintien du système pédagogique classique, réfutant l'actuel système LMD qui tend à se généraliser à travers les universités algériennes. 12h, devant le portail de la cité administrative, le point de chute de la manifestation. Un autre moment de recueillement avec une minute de silence des marcheurs. Aussitôt, un membre de la CLE improvise une prise de parole, en faisant lecture d'une déclaration de l'organisation syndicale estudiantine.
Tout en revendiquant une prise en charge effective de l'étudiant sur le double plan social et pédagogique, l'orateur, dénonçant le blocage du développement économique de la Kabylie, exige la libération des détenus interpellés lors des dernières émeutes, avant de condamner l'attitude répressive du pouvoir qui répond aux Algériens par la menace et la matraque. à l'issue de la marche, les manifestants se sont dispersés dans le calme, un étudiant a déployé au milieu de la foule une pancarte sur laquelle est calquée une citation de Mouloud Mammeri : “Nul ne peut arrêter un peuple sur le chemin de son destin.”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.