Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Les prix à la merci des conflits sino-américains    Je ne peux pas soutenir une idéologie qui se fonde sur un privilège juif et la persécution des Palestiniens    Vaincre la Résistance, des chimères d'Israël    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Une marche pacifique pour revendiquer la relance du projet du Centre anti-cancer    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Quand le FLN joue la diversion    Benlameri boycotte l'entraînement    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Pas de solution pour Neymar    La Fifa prendra en compte le classement de décembre    Un mouvement de redressement pour destituer Djemaï    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Des professeurs de médecine dénoncent une ruse    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    L'Algérie, invité d'honneur de la 42e édition    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baisse des prix des produits de large consommation ?
Le dinar gagne des points face à l'euro et au dollar
Publié dans Liberté le 20 - 11 - 2003

On assiste à une remontée spectaculaire de la monnaie nationale.
Fait presque inédit, estime positif par la communauté d'affaires nationale le dinar algérien vient de gagner de précieux points face au dollar et à l'euro, principales monnaies dont sont libellées nos importations. Sans effet d'annonce, la cotation des monnaies émanant de la Banque d'Algérie affiche depuis plus d'une semaine des taux de change de 1 euro contre 86 DA et de 1 dollar pour 74 DA.
Il faut savoir qu'a la dernière cotation, il fallait 92 DA pour se payer un euro. Entre les deux monnaies reines, l'euro et le dollar, la danse ou plutôt le sursaut du dinar se mesure à environ 7% de gain en valeur. S'agit-il d'un simple résultat naturel découlant des mécanismes de change et qui auraient opté pour un autre rééquilibrage du dinar ? Sommes-nous face à une opération politique ouvrant la manœuvre à une influence extra-monétaire “bien administrée” pour conforter le dinar et l'envelopper d'une valeur que le marché ne lui reconnaîtrait pas ? En clair où se situe la vraie valeur, voire l'authentique cours de la monnaie nationale et quelle serait sa marge de fluctuation tolérée ? Il faut rappeler ici que depuis l'avènement de l'euro en janvier 2002 coté au départ autour de 68 DA, la monnaie nationale a connu un glissement effréné tout au long de ces mois pour atteindre des pics de dépréciation jusqu'à osciller autour de 1 euro pour 96 da. Le dinar aura ainsi perdu plus de 25% de sa valeur moins de 24 mois. Et ce, en entraînant inéluctablement un renchérissement brutal de nos importations mettant à mal bon nombre de filières d'activités domestiques tels, notamment les concessionnaires automobile qui s'étaient vu contraints de rajuster à la hausse les prix des véhicules.
D'aucuns s'étaient alors manifestés pour dénoncer ce qu'ils considéraient comme une dévaluation déguisée. Pourtant fait marquant à cette même période les égarements de change sur les places internationales pouvaient quelque part justifier la donne. L'euro détrompait le dollar et annonçait une reconfiguration à l'européenne de l'architecture monétaire. Or, aujourd'hui en Algérie la tendance est en train de se renverser, tout comme les débats d'ailleurs. Ceux qui s'inquiétaient, hier, d'une supposée dévaluation soupçonnent aujourd'hui l'effet inverse, c'est-à-dire une réévaluation maquillée du dinar. À moins d'être un simple fait conjoncturel, le rebond du dinar peut être considéré comme un événement monétaire à l'heure où l'euro touche une flambée historique sur la place internationale. En tout cas cette nouvelle donne met fin à une chute vertigineuse qui aura trop duré et surtout trop coûte au pouvoir d'achat, au demeurant fortement dépendant de la facture à l'import. Avec un gain de 7% à l'actif de la monnaie nationale au premier rang de la communauté d'affaires algérienne les importateurs peuvent afficher un optimisme certain et d'égale valeur. Et pour cause, un dinar fort signifie une économie considérable sur la facture d'importation. À cela s'ajoutent par effets d'entraînement des allégements sur les charges et droits de douane ainsi que les taxes fiscales. À titre illustratif, la plus modeste des importations, qui se chiffre à 20 000 euros, permet avec un cours de 1 euro pour 86 dinars d'économiser ou de gagner – c'est selon – un minimum de 100 000 DA. Pour une importation moyenne, l'importateur peut espérer tirer profit de cette embellie à hauteur de 1 million de dinars et c'est en fait autant de soulagement pour le pouvoir d'achat. “Avec cette situation de baisse de l'euro face au dinar et à condition cependant qu'elle s'inscrive dans la durée, je pense que c'est une bonne chose pour tout le monde”, observe un opérateur privé qui explique, “concurrence oblige, les prix intérieurs pourraient baisser car les producteurs et autres commerçants ont intérêt à le faire et de toute façon leurs ventes augmenteront. Ajoutons à cela que le pouvoir d'achat est appelé à se conforter, et c'est tant mieux pour la consommation. La machine ne pourra que redémarrer”. Notre interlocuteur, parlant en connaissance de cause, souhaite que le gain du dinar parvienne à 10% et se stabilise dans le temps afin d'envisager une répercussion tous azimuts sur les prix. Lui qui a déjà “perdu près de 6 milliards de centimes à cause de la fameuse flambée de l'euro à l'heure des hostilités dans le Golfe”, table sur une reprise de la consommation puisque selon son appréciation les dividendes ne pourraient qu'être assurés. En tout cas en l'absence des mécanismes d'endiguements contre les risques de change à travers notamment la possibilité d'achat des devises à terme afin de prémunir les opérateurs contre les ravages des yoyos, il faut espérer d'ores et déjà que le panier de monnaies qui a servi à cette nouvelle parité du dinar servira aussi à la richesse d'un tout autre panier. Celui de la ménagère. Enfin, il n'est point exclu, avertit-on. À moins qu'une manœuvre purement électoraliste n'ait été entreprise pour doper le dinar et tenter de révéler sa nouvelle valeur comme le reflet d'une performance économique.
A. W.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.