La Juventus Turin perd 11% à la bourse    Oran abrite le championnat régional    La viticulture dans la wilaya d'Aïn Témouchent    5 milliards de dinars pour la viabilisation du nouveau pôle urbain d'Ighzer Azarif    Al-Assad affirme que la guerre n'est pas terminée et que son pays se battra jusqu'au bout    Messahel met en exergue les cinq piliers de la politique algérienne    De l'aventurisme ou l'illusion d'une «révolution»    Manifestation pacifique    Situation financière difficile mais non insurmontable, partenariat public-privé et indispensables réformes    «Nécessité de perfectionner les formateurs de demain»    Arrestation de 12 narcotrafiquants et saisis de 11 qx de kif    Contrôle de la qualité alimentaire dans les établissements scolaires à Relizane    Préavis d'un mouvement de contestation    Fonds documentaire de Djemâa Djoghlal et Amar Nagadi    Redonner à «Radio des Oasis» son ancien lustre    Colloque international Abdelhamid Benhadouga    La CAF rejette le recours de la FAF    Bouteflika demain à Genève    Erdogan chercherait à "recréer l'Empire ottoman"    Plus de 11.000 infractions en 2018    13 communes d'Alger seront touchées    L'UNPEF maintient son appel à la grève    Le Conseil constitutionnel rappelle les conditions    Sellal les somme de respecter tous les candidats    Bilel Naïli suspendu pour dopage    Affluence sur l'exposition de photos de la presse mondialede 2018    Catastrophes naturelles Indemnisations de 7 milliards de dinars    Contestation à Sidi Lahcèn.. La liste des 327 logements sociaux gelée    Air Algérie.. Les vols vers l'étranger à moitié prix    Il y passera un «court séjour» médical.. Bouteflika demain à Genève    Conseil constitutionnel.. Belaiz prête serment devant Bouteflika    Produits algériens à destination du Sénégal.. Concrétisation de la première opération d'exportations    «1990-1995, Algérie, Une chronique photographique».. Un beau livre de Ammar Bouras    «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari.. L'histoire vue autrement    Colloque Abdelhamid Benhadouga.. L'impact du roman sur la culture souligné    La main cachée du FIS    Inde et pakistan.. Le spectre d'une guerre au Cachemire    Espionnage économique.. Un franco-algérien condamné    Déradicalisation et de lutte contre le terrorisme.. Messahel vante les efforts de l'Algérie    Blida.. Plus de 11 quintaux de kif traité saisis    MASCARA : Un homme s'immole à Tighennif    TIARET : Crash d'un avion militaire à Rechaiga    EMPLOI : 50.000 nouveaux postes pour les affaires sociales    HAUT COMMISSARIAT DE L'AMAZIGHITE : Vers une réconciliation de tous les Algériens    Manifestations contre le 5e mandat à Sétif et Bougaa (vidéo)    Le joueur Bilel Naïli de l'USMH suspendu pour dopage    La CAF confirme les sanctions de Bahloul et Fertoul    Ligue 2 : Magra veut prendre le large    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise syrienne
Le conflit déborde chez le voisin libanais
Publié dans Liberté le 04 - 06 - 2012

La révolte en Syrie exacerbe de plus en plus les tensions au Liban, qui a connu 30 ans d'hégémonie syrienne et reste profondément divisé entre adversaires et partisans d'Al-Assad. Dix personnes ont été tuées et 31 autres blessées par des échanges de tirs qui ont éclaté en début de semaine entre partisans et opposants au régime syrien à Tripoli, la principale ville du nord du Liban. Ce bilan est le plus lourd enregistré en une seule journée après plusieurs semaines de violences dans cette ville portuaire, qui illustrent le risque de contagion du conflit syrien dans la région. Le Premier ministre Najib Mikati, plutôt proche du Hezbollah, le parti chiite libanais normalement pro-syrien mais auquel son charismatique leader Nasrallah a imprégné de la modération s'agissant de la crise syrienne, s'est rendu sur place pour annoncer que “l'armée libanaise et les forces de l'ordre doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin aux affrontements dans la ville de Tripoli, cela sans réserves”. Les pros et anti-Bachar ont échangé des tirs de mitrailleuses et de grenades RPG. L'armée libanaise, très présente dans la région, s'est interposée avec des véhicules blindés mais des fusillades sporadiques se poursuivent par intermittence, plusieurs familles ont fui leur domicile notamment dans le quartier de Bab el-Tebbaneh, majoritairement sunnite et hostile au régime syrien de Bachar Al-Assad, et celui qui le jouxte de Jabal Mohsen, plutôt alaouite et sympathisant de ce régime. Tripoli a déjà été secouée à la mi-mai par une semaine de heurts entre pro et anti-Assad, qui avaient fait 10 morts. L'armée est intervenue le 15 mai pour séparer les protagonistes, prenant position dans la rue de Syrie qui sépare les deux quartiers, avant de se déployer à l'intérieur des quartiers. Tripoli est pour ainsi dire la capitale du Hezbollah. Après les premières violences à Tripoli mi-mai, les incidents se sont étendus à Beyrouth, où deux personnes ont été tuées le 21 mai, après la mort d'un dignitaire sunnite hostile au régime syrien tué par l'armée. Pour autant, les autorités libanaises évitent de prendre position dans le conflit syrien.
Les Libanais sont divisés entre anti et prosyriens dont le puissant mouvement chiite du Hezbollah qui domine le gouvernement. Le régime syrien est de plus en plus irrité par le soutien apporté aux rebelles et réfugiés syriens par leurs voisins libanais où plus de 24 000 Syriens se sont réfugiés depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar le 15 mars 2011. Les Libanais sont eux aussi partagés entre l'opposition syrienne, soutenue par les Occidentaux et les régimes arabes du Golfe, farouchement hostile au régime de Damas, et le camp du Hezbollah, appuyé par Damas et Téhéran, qui domine le gouvernement.
D. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.