Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    Crouch : "Klopp doit absolument arrêter ce cycle horrible"    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Quelles formes pénales ?    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    "Beaucoup reste à faire"    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Zeghdoud à la barre de l'USMA    Le compte à rebours commence    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    Le rêve d'une reprise    Joan Laporta, le grand retour    Brèves Omnisports    Ouallal et Asselah précocement éliminées    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    «Journée de la colère» avec une nouvelle dégringolade monétaire    La santé pour tout le monde    Une neuvième victime retrouvée    Fin de la polémique sur les «tarawih»    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    "Nous reprenons confiance"    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    C'était un certain 08 mars 2007    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conseil des Ministres européens des Affaires étrangères
Face au terrorisme, l'UE opte pour l'édification du Maghreb
Publié dans Liberté le 03 - 02 - 2013

La 3218e session du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères vient de se tenir à Bruxelles le 31 janvier dernier et les chefs de la diplomatie des 27 se sont surtout focalisés à cette occasion sur la situation qui prévaut au Mali et dans les pays du Maghreb.
Au cours de cette réunion, les ministres européens des Affaires étrangères ont approuvé une nouvelle mission “civile" visant à “aider les autorités libyennes à renforcer les capacités en vue d'améliorer la sécurité des frontières". Cette mission des 27, dont le mandat initial serait au moins de deux ans, devrait permettre aux experts européens de s'occuper “progressivement des différents aspects terrestres, maritimes et aériens de la gestion des frontières. Cette mission assurera la coordination que requiert une approche intégrée en matière de prise de décision et de conduite opérationnelle efficace" et elle inclura “la gestion des flux migratoires, les droits de l'homme et les liens avec la réforme de l'Etat de droit en général".
Enfin, le Conseil des ministres européens des Affaires étrangères s'est penché sur le “renforcement de la coopération et de l'intégration régionale au Maghreb" et soutient “la vaste de gamme de propositions" émanant de la Commission et de la haute représentante, Catherine Ashton. Pour les 27, “la région du Maghreb, qui demeure une priorité-clé pour l'Union européenne, connaît des changements historiques et profonds". La communication conjointe prévoit des propositions qui “définissent un agenda de soutien de l'Union européenne aux cinq pays du Maghreb dans leurs propres efforts vers une coopération plus étroite et une plus grande intégration régionale, notamment dans le cadre de l'Union du Maghreb arabe (UMA)". Il est notamment rappelé qu'en se fondant sur le principe de “différenciation" la Politique européenne de voisinage renouvelée vise un “partenariat pour la démocratie et la prospérité partagée" et le Conseil des ministres européens des Affaires étrangères se “félicite de l'accent mis sur les réformes démocratiques et le développement inclusif ainsi que sur les cadres de la coopération existant dans la région en particulier l'Union pour la Méditerranée (UPM) et le 5+5". Enfin, les chefs de la diplomatie européenne qui souhaitent “faire le point de la mise en œuvre de la communication en décembre 2013" ont accueilli “favorablement" les propositions concernant la coopération en matière de sécurité y compris celles relatives à la lutte contre le terrorisme et la surveillance des frontières “au vu des derniers événements dans la région du Sahara/Sahel".
Dans cette perspective, les ministres des Affaires étrangères des 27 demandent à la haute représentante Catherine Ashton et à la Commission européenne d'œuvrer, avec le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, au renforcement de l'engagement européen avec les pays de la région.
Dans leurs conclusions sur le Mali, les ministres des Affaires étrangères de l'Union ont une nouvelle fois rappelé qu'ils soutenaient “les efforts de la région et de la communauté internationale" en saluant “l'avance des forces armées maliennes soutenues par la France et la région au détriment des groupes terroristes au nord du Mali", mais sans réellement s'engager auprès des troupes françaises. Certes, ils ont “encouragé" l'UA et la Cédéao à “accélérer le déploiement de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (Misma) et se disent “prêts" à lui “apporter un soutien financier et logistique". Le Conseil des ministres des 27 a rappelé qu'au plus tard, à la mi-février, la mission EUTM Mali de formation et de conseil des forces armées maliennes devrait connaître ses premières actions en vue de “contribuer au renforcement de l'autorité civile et au respect des droits de l'homme". Les Chefs de la diplomatie européenne qui s'inquiètent des “allégations de violations des droits de l'Homme" ont appelé “les autorités maliennes à enquêter immédiatement sur ce sujet" en rappelant en particulier “leur responsabilité première de protection des populations civiles" et en saluant “la décision de la Cour pénale internationale d'ouvrir une enquête" sur ces violations.
A M


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.