Espaces commerciaux: les directeurs régionaux tenus de durcir le contrôle    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Déchets organiques: l'AND tiendra son troisième webinaire de valorisation mercredi à Alger    Pertes brut    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    La fille des Aurès    Un ancien élu du FIS dissous pour représenter l'Anie    Priorité à la stabilisation du marché    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    Grève générale à Tala Ifacène    Les corps de deux harraga repêchés    Lâcher d'une centaine de faisans à El-Esnam    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Talaie el-Hourriyet appelle à la participation    Un deuxième report au 9 novembre prochain    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Tarte aux pommes, amandes et chocolat    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    Réserves de change, la dégringolade    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    La presse nationale relève une forte mobilisation des partis politiques pour expliquer la nouvelle constitution    Des subventions allouées aux deux équipes de foot à Constantine    Campagne référendaire: le vote en faveur du projet d'amendement constitutionnel permettra l'éclosion des énergies (presse régionale)    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Ligue des champions d'Europe: PSG - United, de la revanche dans l'air !    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    Vers la reconduction de l'enseignement à distance    Comparution de l'ex-wali zoukh    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





... NOIR ET BLANC ...
Tata Liliane...
Publié dans Liberté le 07 - 04 - 2013

Elle pèse 20 milliards d'euros, elle est la troisième fortune de France, et, selon le magazine Forbes, la dixième du monde. Et par-dessus tout, elle gère un immense empire de cosmétiques, l'Oréal, dont elle détient vingt pour cent d'actions. Excusez du peu, mais Paris considère cette multinationale comme un patrimoine national et refuse de voir ce joyau tomber un jour dans l'escarcelle du suisse Nestlé. Cette femme, c'est Liliane Betancourt, fille d'un chimiste de génie et épouse d'un ancien ministre de la quatrième République. Elle a toujours baigné dans le luxe et le confort et vit aujourd'hui avec tout ce dont une femme peut rêver. Un jet personnel, une île privée au large des Seychelles, au beau milieu de l'océan indien, un hôtel particulier, un majordome, des cuisiniers, plusieurs femmes de chambre, une armée de larbins aux tâches indéfinies à ses ordres 24h sur 24 et, bien sûr, des courtisans à la pelle attirés par le fric comme la m... attire les mouches. Certains de ces hâbleurs sont obligés de poiroter pendant des heures dans son antichambre pour la voir et la flatter en échange de quelques menus services, d'autres viennent pour sa table se payer un bon gueuleton, surtout que l'hôtesse ne lésine jamais sur les grands vins, et quelques uns enfin accourent pour les dessous de table. Des enveloppes en général bien garnies et très discrètes en ce qui concerne leurs destinataires. Ministres fauchés, sénateurs désargentés, entrepreneurs ruinés et candidats à la présidence, tous ont besoin de pognon pour se refaire et remonter la pente. Et c'est tout naturellement qu'ils frappent, les jours de dèche, à la porte de tata Liliane. Nicolas Sarkozy aurait fait partie de ces quémandeurs paraît-il. Mis en examen justement par la justice de son pays qui lui reproche d'avoir soulagé la vieille dame de quelque 50 000 euros, il devra s'expliquer et rendre des comptes aux magistrats instructeurs... Et surtout se laver de l'opprobre qui risque de compromettre définitivement sa carrière politique si tant il lui en reste encore une. C'est fou dans ces milieux comme on adore la propreté. Alors que le pape François lavait les pieds de quelques fidèles la semaine dernière à Rome, Nicolas doit sûrement regretter d'avoir fourré les siens chez tata Liliane. Il aura beau cirer ses pompes, il ne les fera jamais assez briller. Son talon d'Achille l'aura pitoyablement perdu.
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.