La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'auteure Khadija Saâd à Liberté
"La langue est la colonne vertébrale de la culture"
Publié dans Liberté le 29 - 07 - 2013

Dans cet entretien, elle nous fait découvrir sa démarche dans la réalisation du dictionnaire Amawal, composé de six mille mots en chaoui.
Liberté : L'idée de la réalisation d'un dictionnaire est-elle récente ?
Khadija Saâd : Je ne vous cache pas que la genèse ou bien l'idée a germé dans mon esprit à l'époque du lycée. J'ai fait mes études au lycée de Batna comme interne et j'ai rencontré beaucoup de filles venues du grand Aurès (Tébessa, Khenchela, Souk Ahras, Biskra).
J'étais agréablement surprise par la richesse du chaoui et par la diversité culturelle. Je ne faisais que noter et enregistrer les mots, on passait notre temps à se dire : "Comment vous appelez ça chez vous (rire) : couleurs, chat, cheval, ustensiles."
C'est après que je me suis rendu compte que c'est une diversité lexicale énorme et non pas une différence ou convergence.
J'ai opté pour le dictionnaire, car il y a urgence ; une dangereuse érosion guette notre langue maternelle. Je suis consciente que la langue est la poutre maîtresse, la colonne vertébrale pour n'importe quelle culture.
Perdre sa langue maternelle c'est une forme de mort, s'exprimer dans la langue des autres ne véhicule jamais l'idée voulue avec fidélité.
Et nous ne sommes pas à l'abri, quotidiennement arrosés sans le vouloir par la langue, la culture, la façon d'être des autres, nous subissons un hégémonisme cruel, il n'est pas conseillé de se replier sur soi.
Mais de revenir à soi et de rester ouvert, c'est possible si nous arrivons à protéger notre langue par l'écrit.
Vous avez travaillé pendant combien de temps sur ce dictionnaire ?
Le travail était établi sur plusieurs phases. Collecte, synonyme, différence, étymologie, cela m'a pris 10 ans et peut-être un peu plus. Je parle à la première personne du singulier, car tout au début j'ai fait le plus gros du travail seule. Mais après j'ai reçu l'aide de pas mal de personnes qui ont constaté que j'étais déterminée à faire ce travail, c'est la contribution des anciens du village et leur apport (mots en voie de disparition) qui m'a beaucoup aidée. Je ne peux pas prétendre (hélas) que c'est un dictionnaire à 100% auressien (Hrakta, U chlih, N'memecha, U mloul...).
C'est à dire qu'il tient compte de toutes les variantes, mais je me suis référée à d'autres travaux qui m'ont précédés (le dictionnaire du professeur Ounissi de Khenchela et l'encyclopédie du docteur Mohamed Chafik du Maroc) que j'ai contacté personnellement, mais aussi le travail du professeur Tibermasine.
Qu'est-ce qui distingue votre travail des publications précédentes ?
Je considère que nous ne faisons que des rajouts dans l'espoir de ne rien omettre. J'ai pris soin de rajouter dans mon dictionnaire des indications linguistiques et historiques, mais surtout une part de choix à la toponymie qui est primordiale et un outil de recherche très important pour les anthropologues.
Aussi, j'ai laissé le soin aux académiciens d'apporter la touche finale, car il s'agit d'un travail académique ; ainsi l'enseignant de tamazight Lounissi Slim a grandement contribué à la touche finale du travail.
C'est la première fois qu'une femme réalise un tel travail, on parle de langue maternelle et non pas paternelle, un bon présage ?
(Rire) Peut-être que oui. Les chiffres avancés par l'Unesco il y a quelques années sont inquiétants, même si depuis il y a une nette progression et regain d'intérêt pour tamazight, aussi bien dans les Aurès que dans les autres régions du pays.
La publication et la sortie du dictionnaire sont presque simultanées avec la levée d'interdiction qui n'a jamais dit son nom des prénom amazighs (une liste de 300 prénoms est établie, ndlr), mais il reste beaucoup à faire dans le domaine culturel, linguistique, et la volonté politique reste déterminante. Nous devons nous réconcilier avec notre histoire, car elle est si riche et si variée. Je pense déjà à un autre travail, mieux élaboré et plus approfondi.
R H
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.