Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salah Abchiche, Diplômé en sciences politiques
"L'Algérie est un pays doté d'un consensus politique faible"
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2014

Diplômé en sciences politiques du Centre diplomatique et stratégique de Paris, Salah Abchiche, d'origine algérienne, suit de près le déroulement de l'élection en Algérie. Cet ancien vice-président des Jeunes centristes et membre du bureau politique du Nouveau Centre était candidat aux élections municipales sur la liste Modem-UDI-UMP de Paris, il est aussi membre du bureau de l'UDI à Paris. Il a accepté de répondre à nos questions.
Liberté : En tant que spécialiste, quel regard portez-vous sur l'élection présidentielle en Algérie ?
Salah Abchiche : Tout connaisseur de la société algérienne ne peut porter qu'un regard partagé entre espoir et scepticisme : d'un côté le président Bouteflika a réussi à ramener la paix civile en Algérie.
À sa première élection — en 1999 — le pays subissait encore la barbarie des terroristes, l'Algérie était fermée au monde... Alors que l'été dernier, j'ai eu le chaleureux
plaisir de croiser à Alger des Espagnols, des Italiens... C'est un souvenir ineffaçable dans mon esprit. D'un autre côté, le système politique est régulièrement décrié par les Algériens, assoiffés de débats politiques, donc de démocratie ! C'est pourquoi je comprends naturellement qu'une partie de la population rejette cette élection et appelle au boycott. Néanmoins, le fait qu'un ancien Premier ministre se présente face au Président sortant apparaît comme une réelle avancée démocratique.
C'est un fait historique à saluer.
Finalement, les prochaines générations de dirigeants ne pourront ignorer longtemps ces démonstrations de maturité démocratique du peuple algérien, qui s'est tant — et à maintes fois — sacrifié pour sa liberté.
Selon vous, quel serait le meilleur moyen pour l'Algérie d'arriver à se doter d'un système démocratique solide ?
Rien ne remplace le temps. L'histoire a ses caprices et c'est aux Algériens seuls de continuer à déterminer leur propre avenir. À mes yeux, l'Algérie est un pays doté d'un consensus politique faible. Le spectre politique est trop large. Contrairement au Maroc ou aux Etats-Unis. Cela rend très difficile l'émergence d'un champ politique pluraliste et l'édification de solides institutions démocratiques.
En évoquant la relève et la génération post-Indépendance, pensez-vous que cette frange a suffisamment de bagages et capable de reprendre le flambeau ?
Evidemment ! Si j'étais chauvin, je dirais que l'Algérie n'a que des atouts, fussent-ils inexploités ! (Encore une fois comme la France, rires...). En 2012, les Algériens ont acheté plus de 40 000 voitures neuves, soit plus que les Polonais et les Portugais réunis. Le pays est un des rares de la planète à n'avoir aucune dette, un des plus riches d'Afrique. Deuxième Etat francophone du monde, sa jeunesse est dynamique et bien formée, ses élites diplômées des plus prestigieuses écoles internationales.
Ce sont ces élites et cette jeunesse qui parviendront à résorber les problèmes récurrents que sont la corruption, la fraude électorale ou l'immobilisme. Bref, tout ce que les Algériens dénoncent dans ce qui ils désignent comme étant "système".
Comment jugez-vous le rôle de la France en Algérie post-indépendante ?
Si l'on fait abstraction du traditionnel "Je t'aime. Moi non plus", le rôle de la France en Algérie, de même qu'en Afrique généralement, est trop complexe pour pouvoir répondre totalement à la question. Ce qui est certain, c'est que dans un monde où les Etats sont, chaque jour, plus interdépendants, ces deux puissances n'ont que des intérêts à densifier plus encore leurs relations. Qu'elles soient politiques, économiques, universitaires ou culturelles.
À l'heure où nous essayons à Paris de relancer le "made in France", le consommateur algérien est friand des produits en provenance de Paris. De plus, ce sont des partenaires stratégiques : la France a besoin du fournisseur d'énergie stable qu'est l'Algérie, qui a besoin d'un client ami et sérieux qu'est la France. D'un point de vue économique, la colocalisation représente une opportunité inouïe pour les deux puissances, vecteur de croissance soutenue et durable.
Là encore, je ne doute pas que les générations futures — qui n'auront pas connu la guerre d'Algérie — solderont les différends et passifs entre ces deux peuples liés par une histoire commune. C'est un pont humain et culturel unique au monde.
À préserver...
C. M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.