Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salah Abchiche, Diplômé en sciences politiques
"L'Algérie est un pays doté d'un consensus politique faible"
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2014

Diplômé en sciences politiques du Centre diplomatique et stratégique de Paris, Salah Abchiche, d'origine algérienne, suit de près le déroulement de l'élection en Algérie. Cet ancien vice-président des Jeunes centristes et membre du bureau politique du Nouveau Centre était candidat aux élections municipales sur la liste Modem-UDI-UMP de Paris, il est aussi membre du bureau de l'UDI à Paris. Il a accepté de répondre à nos questions.
Liberté : En tant que spécialiste, quel regard portez-vous sur l'élection présidentielle en Algérie ?
Salah Abchiche : Tout connaisseur de la société algérienne ne peut porter qu'un regard partagé entre espoir et scepticisme : d'un côté le président Bouteflika a réussi à ramener la paix civile en Algérie.
À sa première élection — en 1999 — le pays subissait encore la barbarie des terroristes, l'Algérie était fermée au monde... Alors que l'été dernier, j'ai eu le chaleureux
plaisir de croiser à Alger des Espagnols, des Italiens... C'est un souvenir ineffaçable dans mon esprit. D'un autre côté, le système politique est régulièrement décrié par les Algériens, assoiffés de débats politiques, donc de démocratie ! C'est pourquoi je comprends naturellement qu'une partie de la population rejette cette élection et appelle au boycott. Néanmoins, le fait qu'un ancien Premier ministre se présente face au Président sortant apparaît comme une réelle avancée démocratique.
C'est un fait historique à saluer.
Finalement, les prochaines générations de dirigeants ne pourront ignorer longtemps ces démonstrations de maturité démocratique du peuple algérien, qui s'est tant — et à maintes fois — sacrifié pour sa liberté.
Selon vous, quel serait le meilleur moyen pour l'Algérie d'arriver à se doter d'un système démocratique solide ?
Rien ne remplace le temps. L'histoire a ses caprices et c'est aux Algériens seuls de continuer à déterminer leur propre avenir. À mes yeux, l'Algérie est un pays doté d'un consensus politique faible. Le spectre politique est trop large. Contrairement au Maroc ou aux Etats-Unis. Cela rend très difficile l'émergence d'un champ politique pluraliste et l'édification de solides institutions démocratiques.
En évoquant la relève et la génération post-Indépendance, pensez-vous que cette frange a suffisamment de bagages et capable de reprendre le flambeau ?
Evidemment ! Si j'étais chauvin, je dirais que l'Algérie n'a que des atouts, fussent-ils inexploités ! (Encore une fois comme la France, rires...). En 2012, les Algériens ont acheté plus de 40 000 voitures neuves, soit plus que les Polonais et les Portugais réunis. Le pays est un des rares de la planète à n'avoir aucune dette, un des plus riches d'Afrique. Deuxième Etat francophone du monde, sa jeunesse est dynamique et bien formée, ses élites diplômées des plus prestigieuses écoles internationales.
Ce sont ces élites et cette jeunesse qui parviendront à résorber les problèmes récurrents que sont la corruption, la fraude électorale ou l'immobilisme. Bref, tout ce que les Algériens dénoncent dans ce qui ils désignent comme étant "système".
Comment jugez-vous le rôle de la France en Algérie post-indépendante ?
Si l'on fait abstraction du traditionnel "Je t'aime. Moi non plus", le rôle de la France en Algérie, de même qu'en Afrique généralement, est trop complexe pour pouvoir répondre totalement à la question. Ce qui est certain, c'est que dans un monde où les Etats sont, chaque jour, plus interdépendants, ces deux puissances n'ont que des intérêts à densifier plus encore leurs relations. Qu'elles soient politiques, économiques, universitaires ou culturelles.
À l'heure où nous essayons à Paris de relancer le "made in France", le consommateur algérien est friand des produits en provenance de Paris. De plus, ce sont des partenaires stratégiques : la France a besoin du fournisseur d'énergie stable qu'est l'Algérie, qui a besoin d'un client ami et sérieux qu'est la France. D'un point de vue économique, la colocalisation représente une opportunité inouïe pour les deux puissances, vecteur de croissance soutenue et durable.
Là encore, je ne doute pas que les générations futures — qui n'auront pas connu la guerre d'Algérie — solderont les différends et passifs entre ces deux peuples liés par une histoire commune. C'est un pont humain et culturel unique au monde.
À préserver...
C. M
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.