Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rabat déplore une absence de "volonté politique" de Paris
Crise diplomatique Maroc-France
Publié dans Liberté le 11 - 01 - 2015

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a estimé que la persistance de la crise diplomatique entre le Maroc et la France est due à l'absence de "volonté politique" à Paris et d'une confiance "ébranlée", dans un entretien à Jeune Afrique.
La relation entre ces proches alliés est très tendue depuis bientôt un an, après le dépôt à Paris de plaintes pour torture à l'encontre de hauts responsables marocains, notamment le patron du contre-espionnage du royaume, Abdellatif Hammouchi. En réaction, Rabat a suspendu la coopération judiciaire avec Paris, réclamant une révision de fond en comble. D'autres accrocs ont eu lieu par la suite, et les tentatives d'apaisement n'ont pour l'heure pas permis de faire baisser la tension.
Dans cette affaire, "le facteur confiance est fondamental", et "quand cette confiance est ébranlée, il y a problème", affirme M. Mezouar à l'hebdomadaire Jeune Afrique. Soyons clairs : notre sentiment est qu'il n'y a pas chez notre partenaire français de volonté politique réelle de faire obstacle aux manipulations antimarocaines émanant de milieux connus pour leur hostilité à notre encontre, poursuit-il. Selon lui, "c'est cette absence d'engagement et de détermination, cette frilosité, cette sorte de porosité constatée au cœur même du pouvoir vis-à-vis des pressions de certains lobbies qui portent atteinte à la sérénité de notre relation". Au-delà de la seule coopération judiciaire, le quotidien espagnol El Mundo a récemment affirmé que la coopération sécuritaire avait elle aussi été gelée, "y compris la collaboration antiterroriste". Le chef de la diplomatie marocaine n'évoque pas ce point précis. Interrogé jeudi lors d'un point de presse hebdomadaire, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, n'a pas souhaité faire de commentaire. Le journal espagnol se fonde sur la fuite de documents diplomatiques marocains orchestrée depuis trois mois par le détenteur d'un compte twitter répondant au nom de Chris Coleman. L'identité réelle de l'auteur de ces fuites, qui refuse de répondre aux sollicitations des journalistes, n'est pas connue.
La plupart de ces documents, présentés comme authentiques et qui n'ont pas fait l'objet de démenti officiel, traitent de la question du Sahara occidental, une ex-colonie espagnole majoritairement contrôlée par le Maroc mais qui est revendiquée par des indépendantistes (Polisario) soutenus par Alger.
Ce dossier constitue une cause nationale au Maroc, et les publications portent sur des actions de lobbying supposées à l'étranger, au sein des institutions internationales mais aussi auprès de gouvernements et de journalistes étrangers. Après avoir gardé le silence, Rabat a fustigé le mois dernier une campagne "enragée" à son encontre, position réaffirmée par Salaheddine Mezouar. "Nous avons affaire à de la piraterie et à de la manipulation criminelle de documents, dont les acteurs et les commanditaires ne peuvent être que des parties hostiles au Maroc", dit-il. En décembre, la presse marocaine avait cité M. Mezouar dénonçant "une opération des services algériens". "Je n'ai pas dit cela de manière aussi directe", rectifie-t-il néanmoins auprès de l'hebdomadaire. Rabat propose un plan d'autonomie sous sa souveraineté pour le Sahara occidental. Mais il est rejeté par le Polisario, qui réclame un référendum d'autodétermination.
Les efforts de médiation de l'ONU sont dans l'impasse, et l'envoyé personnel de Ban Ki-moon, Christopher Ross, dont les relations avec Rabat sont mauvaises, n'a pas effectué de mission sur place depuis un an.
R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.