Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    L'argent informel représente 34 % de la masse monétaire globale    Le Président ordonne la création d'un outil de contrôle    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    Le youtubeur "Fekrinho" retrouvé mort à la plage Cap-Roux    Texte intégral de la réunion du Conseil des ministres    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Barça : Bartomeu passera la nuit au commissariat    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    La démonstration de force d'Ennahdha    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Le décret publié au "Journal officiel"    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'essence plus chère, c'est pour bientôt
Le gouvernement va "rationaliser" la consommation de carburant
Publié dans Liberté le 28 - 06 - 2015

Une étude en cours déterminera les modalités de "rationalisation" de la consommation de carburant.
Les automobilistes vont devoir surveiller leur consommation de carburant. En effet, le gouvernement veut s'attaquer au grand gaspillage actuel dans la consommation de carburant. C'est, en tout cas, ce qu'a annoncé le ministre de l'Energie, Salah Khebri, en marge de sa visite d'inspection, hier, du dépôt de carburant du Caroubier, à Alger. "Le gouvernement est en train de travailler sur un projet visant à lutter contre le gaspillage et la contrebande de carburant. Il s'agit de rationaliser la consommation d'essence et non de la rationner. Nous sommes en train de réfléchir sur les meilleurs moyens à mettre en place pour limiter le gaspillage et pour lutter contre la contrebande de carburant", a-t-il indiqué.
À une question sur un éventuel projet d'instaurer une carte carburant qui plafonnerait la consommation subventionnée, le ministre n'a pas voulu fournir de détails sur ces mesures, se contentant d'annoncer que la mise en œuvre de ces changements interviendra une fois l'achèvement de l'étude en cours.
Ainsi, après plusieurs années de retard, le gouvernement envisage de rationaliser la consommation de carburant. Les spécialistes appellent depuis au moins une décennie à un modèle de consommation énergétique plus rationnel. La baisse des prix du pétrole et l'explosion de la demande domestique de carburant en contexte de pressions sur les réserves d'hydrocarbures contraignent aujourd'hui les autorités à prendre des mesures pour lutter contre le gaspillage et la contrebande aux frontières. "Il y a beaucoup de gaspillage interne aggravé par le trafic de carburant aux frontières", a reconnu Salah Khebri. Mais les modalités de cette "rationalisation" de la consommation de carburant ne sont pas encore définies.
Première piste : la carte carburant, évoquée par la presse, impliquerait que l'automobiliste paie son essence au prix actuel dans le cas d'une consommation inférieure ou égale à 100 litres. Au-delà de ce seuil, il devra payer son essence bien plus chère, au prix réel, selon quelques sources, soit entre 88 DA (gasoil) et 105 DA (essence). Une telle mesure, comparable à celle appliquée dans la tarification de l'eau, freinerait le phénomène du gaspillage, mais elle n'y mettrait pas fin.
Seconde piste : l'augmentation des prix du carburant. Elle est aujourd'hui socialement risquée avec des effets négatifs sur les coûts des transports et l'agriculture. Si l'Etat avait appliqué il y a plusieurs années cette mesure préconisée par l'Agence de régulation des hydrocarbures, une augmentation graduelle (2 DA par litre, chaque année pendant dix ans, en contexte favorable), la décision aurait pu être acceptée, notamment si elle est portée par une communication convaincante. On aurait freiné le gaspillage de carburant et diminué les subventions.
Troisième piste : favoriser la consommation du GPL et du gaz naturel carburant (GNC) au détriment des essences et du gasoil. Ce qui aurait pour conséquence de limiter l'importation de véhicules roulant au diesel. Déjà, la nouvelle réglementation sur l'importation de véhicules fixe un quota de 10% de véhicules roulant au GPL dans chaque commande. Peut-être faudra-t-il aller plus loin.
Quatrième piste : taxer davantage l'essence super, l'essence sans plomb et le gasoil. Comme la seconde, elle n'est pas socialement très indiquée. Mais on peut taxer les véhicules gros consommateurs d'essence à l'importation, suggère un spécialiste. Il faut donc un courage politique pour parvenir à une rationalisation de la consommation de carburant sans laquelle l'Algérie deviendrait plus tôt que prévu un importateur net de pétrole brut.
Mais, par ailleurs, on ne peut également rationaliser la consommation d'essence sans revoir le train de vie de l'Etat. Dans un contexte de baisse des revenus pétroliers, les différentes administrations continuent à acquérir des flottes de véhicules neufs, sans tenir compte du niveau de leur consommation de carburant. À noter que la consommation nationale de produits pétroliers a connu une croissance forte de 6% ces sept dernières années, selon le ministère de l'Energie. Elle a atteint près de 18 millions de tonnes en 2014. La croissance de la consommation de carburant est tirée actuellement par l'essence sans plomb (+15%). L'Algérie a dû, ces dernières années, importer de grosses quantités d'essence pour faire face à ses besoins : 2,8 millions de tonnes pour une valeur de 2 milliards de dollars en 2013, 1 million de tonnes en 2014.
K. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.