Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Soufiane Djilali appelle l'armée à "rendre sa souveraineté au peuple"
Elle reste, selon lui, le seul recours face à la vacance du pouvoir
Publié dans Liberté le 19 - 11 - 2015

Le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, a appelé, hier, l'armée à assumer ses responsabilités et à s'impliquer dans la résolution de la grave crise que traverse actuellement le pays, estimant que l'institution militaire détient une grande part de responsabilité dans cette situation du fait que c'est elle qui a ramené le Président en poste. "Devant l'effondrement des institutions, l'armée reste le dernier recours pour la résolution de la grave crise que traverse le pays. C'est elle qui a ramené le Président et c'est à elle de résoudre le problème qu'elle a créé", a estimé M. Djilali lors de la conférence de presse qu'il a animée hier au siège de son parti à Zéralda. Le président de Jil Jadid, qui s'est défendu "de lancer là un appel à un coup d'Etat", a, toutefois, insisté sur le rôle de l'armée dans le maintien de Bouteflika au pouvoir depuis 1999. "C'est l'armée qui l'a ramené et c'est elle qui a décidé de le maintenir au pouvoir. Aujourd'hui, elle doit rendre la souveraineté au peuple", a martelé M. Djilali qui a lancé un autre appel, en direction des ministres cette fois-ci, afin, dit-il, qu'ils arrêtent "de jouer la comédie" et pour qu'ils disent la vérité sur la situation du pays et la paralysie des institutions.
Pour le président de Jil Jadid qui dénonce "l'esprit d'escroquerie", même le Conseil des ministres ne se tient plus à la présidence de la République, mais à la résidence présidentielle de Zéralda "où le même décor a été recréé pour tromper l'opinion".
De ce fait, selon M. Djilali, "ce n'est plus seulement le président de la République qui est pris en otage, mais aussi l'institution elle-même, c'est-à-dire la présidence de la République".
"Tout se fait avec le consentement de Bouteflika. Des gens gèrent le pays à leur convenance. Pourquoi Ouyahia s'exprime en tant que secrétaire général du RND et jamais en tant que directeur de cabinet de la présidence de la République ?", s'interroge-t-il. Ce qui a amené l'orateur à exhorter le Conseil constitutionnel à proclamer la vacance du pouvoir afin de mettre fin à l'impasse actuelle "pour aller vers l'Etat de droit". "Bouteflika est un président artificiel. Il a été fait roi par les faiseurs de rois. Ceux-ci sont partis, il faut qu'il parte avec eux", assène M. Djilali.
Interrogé sur l'initiative du "Groupe des 19-4", M. Djilali a annoncé que son parti proposera prochainement aux autres membres de l'Instance de concertation et de suivi de l'opposition (Icso), d'inviter un ou plusieurs signataires de la lettre adressée au président de la République à la prochaine réunion de l'instance afin, dit-il, de "nous en dire plus sur la démarche". Jil Jadid ne voit donc pas d'un mauvais œil l'initiative de ce groupe de personnalités même si, concède son président, "je ne partage pas leur parcours ou leurs positions". Pour M. Djilali, le fait que l'initiative vienne de gens qui étaient proches du Président ou qui le sont toujours "donne du crédit à la démarche". "On ne peut pas juger les gens sur leurs positions antérieures. Des gens comme Bouregaâ est une personnalité nationale qui a eu un parcours respectable. Le fait de l'écouter, lui et pourquoi pas d'autres signataires, permettra de clarifier la situation du pays", plaide M. Djilali. Le président de Jil Jadid a, enfin, exprimé l'opposition de son parti à la révision constitutionnelle envisagée, vu, explique-t-il, "la santé de Bouteflika et la vacance du pouvoir".
H. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.