Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débrayage à la cité universitaire de jeunes filles Revoil du Ruisseau
Panne générale des radiateurs, absence d'eau chaude, repas incomplets...
Publié dans Liberté le 10 - 01 - 2017

Une grève ouverte, entamée depuis le 5 janvier dernier, se poursuit à la cité universitaire Mohamed-Yousfi (ex-Revoil) du Ruisseau, à Alger. Cette action de protestation a été initiée par les résidantes de la cité U, étudiantes dans de grandes écoles algériennes, à savoir : l'Ecole nationale supérieure d'informatique (ESI, ex-INI), l'Ecole polytechnique d'architecture et d'urbanisme (Epau), l'Ecole préparatoire des sciences et techniques d'Alger, l'Ecole nationale polytechnique et l'Ecole nationale des sciences et technologies.
Dans un communiqué parvenu hier à la rédaction, les grévistes dénoncent la dégradation des conditions de vie sur les lieux de l'hébergement, citant la "panne générale des radiateurs et des chauffages de la cité" qui, malgré le froid, dure depuis le début de la saison hivernale. Les résidentes de la cité universitaire Mohamed-Yousfi alertent, en outre, sur l'absence d'eau chaude "depuis le retour des vacances", sans qu'aucune explication leur soit donnée. À cela viennent se greffer d'autres dysfonctionnements et insuffisances, à l'exemple de la "dégradation importante des repas" servis au restaurant de la cité, se traduisant par un "manque d'hygiène" et des "repas incomplets et immangeables", la coupure "intentionnelle" du réseau Internet, depuis un mois, privant ainsi la majorité des résidentes, qui préparent "leurs masters ou leurs projets de fin d'études", d'un outil de travail, ainsi que que le "manque d'hygiène" dans les douches et sanitaires. Le communiqué fait état aussi de la "panne" d'ascenseurs qui dure déjà depuis trois ans et de l'absence d'un "médecin de garde" et d'une ambulance au niveau de la cité universitaire, ainsi que du phénomène de "maltraitance et (de) non-respect de la part du personnel de la cité envers les étudiantes". Les signataires du document précisent que cette grève organisée "pacifiquement" avait pour "seul but de pouvoir discuter avec la direction" des problèmes posés sur les lieux de l'hébergement et des revendications à satisfaire.
La résidence universitaire Mohamed-Yousfi n'est pas à sa première contestation. Les résidentes venues des quatre coins du pays et étudiant dans de grandes écoles avaient déjà attiré l'attention de l'administration "à plusieurs reprises" sur la mauvaise qualité de la restauration. Aujourd'hui, la situation semble connaître un nouvel épisode.
Mais au lieu d'un rapprochement avec les responsables de la direction, voire d'un dialogue, les étudiantes résidant à la cité universitaire Mohamed-Yousfi ont été "complètement ignorées par la directrice" du site et ont eu droit à une avalanche d'"insultes" et au "manque de respect de la part d'un des agents de la cité". Plus encore, le communiqué rappelle qu'avant-hier (dimanche 8 janvier), les parents de plusieurs étudiantes grévistes ont reçu un appel téléphonique de "la direction" de la cité universitaire, en se faisant passer pour la police ou la Gendarmerie nationale, proférant de "fausses accusations" à l'encontre des contestataires, avec pour argument le fait que les étudiantes sont à l'origine de la "détérioration de biens publics", et de convoquer les parents à se présenter le lendemain sur les lieux de protestation.
Les signataires du communiqué font enfin remarquer que l'action qu'elles ont initiée, bien qu'elle soit faite "actuellement au détriment de (leurs) études", s'est imposée d'elle-même, en raison de "la gravité et (de) la dégradation quotidienne de la situation".
H. Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.