Zeghmati depuis Oran : La quête de justice, devise où se fondent toutes les revendications    Bordj Bou-Arreridj : Installation du nouveau président de la Cour eu Procureur général    Dans le cadre du suivi de l'activité gouvernementale : Bensalah et Bedoui examinent la situation politique et socio-économique du pays    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Sahara occidental : Bolton n'est pas le seul responsable américain à ne plus vouloir ignorer le conflit    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    Ligue 1 (2e journée) : L'USMA tient bon à Constantine, le MCA remporte le derby face au PAC    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Saison estivale à Blida: Plusieurs programmes de loisirs au profit des enfants nécessiteux    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Le chef de l'Etat appelle à faire avancer le processus de dialogue    Karim Younes ne baisse pas les bras    37 décès et 1.919 blessés en une semaine    Des étudiants déterminés    Etat d'urgence dans deux provinces de l'Est    L'ONM demande la dissolution du FLN    Nouvelle publication    Galatasaray : Falcao est attendu demain    Un match contre ses détracteurs    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Johnson brandit la fin immédiate de la libre circulation des personnes    Le ministère de la Santé nous écrit    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débrayage à la cité universitaire de jeunes filles Revoil du Ruisseau
Panne générale des radiateurs, absence d'eau chaude, repas incomplets...
Publié dans Liberté le 10 - 01 - 2017

Une grève ouverte, entamée depuis le 5 janvier dernier, se poursuit à la cité universitaire Mohamed-Yousfi (ex-Revoil) du Ruisseau, à Alger. Cette action de protestation a été initiée par les résidantes de la cité U, étudiantes dans de grandes écoles algériennes, à savoir : l'Ecole nationale supérieure d'informatique (ESI, ex-INI), l'Ecole polytechnique d'architecture et d'urbanisme (Epau), l'Ecole préparatoire des sciences et techniques d'Alger, l'Ecole nationale polytechnique et l'Ecole nationale des sciences et technologies.
Dans un communiqué parvenu hier à la rédaction, les grévistes dénoncent la dégradation des conditions de vie sur les lieux de l'hébergement, citant la "panne générale des radiateurs et des chauffages de la cité" qui, malgré le froid, dure depuis le début de la saison hivernale. Les résidentes de la cité universitaire Mohamed-Yousfi alertent, en outre, sur l'absence d'eau chaude "depuis le retour des vacances", sans qu'aucune explication leur soit donnée. À cela viennent se greffer d'autres dysfonctionnements et insuffisances, à l'exemple de la "dégradation importante des repas" servis au restaurant de la cité, se traduisant par un "manque d'hygiène" et des "repas incomplets et immangeables", la coupure "intentionnelle" du réseau Internet, depuis un mois, privant ainsi la majorité des résidentes, qui préparent "leurs masters ou leurs projets de fin d'études", d'un outil de travail, ainsi que que le "manque d'hygiène" dans les douches et sanitaires. Le communiqué fait état aussi de la "panne" d'ascenseurs qui dure déjà depuis trois ans et de l'absence d'un "médecin de garde" et d'une ambulance au niveau de la cité universitaire, ainsi que du phénomène de "maltraitance et (de) non-respect de la part du personnel de la cité envers les étudiantes". Les signataires du document précisent que cette grève organisée "pacifiquement" avait pour "seul but de pouvoir discuter avec la direction" des problèmes posés sur les lieux de l'hébergement et des revendications à satisfaire.
La résidence universitaire Mohamed-Yousfi n'est pas à sa première contestation. Les résidentes venues des quatre coins du pays et étudiant dans de grandes écoles avaient déjà attiré l'attention de l'administration "à plusieurs reprises" sur la mauvaise qualité de la restauration. Aujourd'hui, la situation semble connaître un nouvel épisode.
Mais au lieu d'un rapprochement avec les responsables de la direction, voire d'un dialogue, les étudiantes résidant à la cité universitaire Mohamed-Yousfi ont été "complètement ignorées par la directrice" du site et ont eu droit à une avalanche d'"insultes" et au "manque de respect de la part d'un des agents de la cité". Plus encore, le communiqué rappelle qu'avant-hier (dimanche 8 janvier), les parents de plusieurs étudiantes grévistes ont reçu un appel téléphonique de "la direction" de la cité universitaire, en se faisant passer pour la police ou la Gendarmerie nationale, proférant de "fausses accusations" à l'encontre des contestataires, avec pour argument le fait que les étudiantes sont à l'origine de la "détérioration de biens publics", et de convoquer les parents à se présenter le lendemain sur les lieux de protestation.
Les signataires du communiqué font enfin remarquer que l'action qu'elles ont initiée, bien qu'elle soit faite "actuellement au détriment de (leurs) études", s'est imposée d'elle-même, en raison de "la gravité et (de) la dégradation quotidienne de la situation".
H. Ameyar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.