Divergences, contradictions jusqu'où    En marge de l'installation de la nouvelle présidente du Conseil d'Etat : Zeghmati s'attaque à la corruption dans l'administration    Métaux précieux : Les Russes vont-ils remplacer leurs épargnes en dollar par l'or ?    Une guerre contre l'Iran provoquerait l'effondrement du monde unipolaire    Célébration de la journée de création de la SADC : Sabri Boukadoum appelle les pays membres à renforcer la politique de solidarité en Afrique    Objectif de la participation algérienne (JA 2019): Rester sur la dynamique de Brazzaville    2eme journée de Ligue 1: Qautre matchs au menu ce lundi    Tension sur le pain    Bouchons monstres à Alger    Karim Younes rugit    Les migrants toujours bloqués à lampédusa    Ooredoo rassure ses clients    "C'est la mauvaise gestion", selon le ministre    Le plasticien Mohammed Bakli expose à Alger    Protection à vie pour les magistrats militaires    La rencontre vise l'élaboration d'une feuille de route consensuelle    8 milliards de dinars pour acheminer l'eau du barrage de Beni Haroun    Volley : le Six algérien au Maroc pour conserver son titre    Casoni regrette l'inefficacité offensive face à l'ASAM    Le MCO bat l'USMBA    63 individus arrêtés à Tamanrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam    Les prix à la merci des conflits sino-américains    ORAN : Des harraga Algériens et Marocains interceptés au large    AIN TEMOUCHENT : Crime crapuleux à la plage de Bouzedjar    EDUCATION : Vers l'enseignement de l'anglais dès le primaire    Dialogue : le Panel, une machine à recycler les soutiens de l'ancien régime    28 hectares de forêt ravagés par les incendies    Paul Put et le 1er vice-président de la Feguifoot sanctionnés pour corruption    Le pétrolier iranien "Grace 1" fait du surplace à Gibraltar    La bande de Ghaza ciblée par des tirs d'un avion israélien    Les séparatistes se retirent de certaines positions à Aden    Rahabi dit non    Benlameri boycotte l'entraînement    Un nouveau décès parmi les hadjis algériens    Des communes croulent sous les détritus    Le FC Barcelone décapité d'entrée à Bilbao    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Béjaïa : polémique autour d'un festival culturel    La révolution du Hirak du 22 février 2019 : archéologie et prospective    Sortie de Taddart, le nouvel album de Djaffar Aït Menguellet    La comédie musicale Notre-Dame de Paris séduit Pékin    En une année: Près de 800 harraga algériens ont débarqué sur les côtes italiennes    Réforme du bac, anglais au primaire: Des syndicats sceptiques    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le terrorisme frappe encore en Egypte
16 policiers tués au sud-ouest du Caire
Publié dans Liberté le 22 - 10 - 2017

C'est l'un des pires bilans des attaques terroristes contre les forces de sécurité en Egypte, qui était sous le choc hier.
Des affrontements avec des terroristes survenus sur la route de l'oasis de Bahariya, située dans le désert occidental au sud-ouest du Caire, ont coûté la vie à 35 policiers égyptiens, ont indiqué des sources sécuritaire et médicale locales. Un communiqué du ministère de l'Intérieur égyptien a confirmé l'information, sans toutefois donner un bilan des membres des forces de sécurité tués. Cette source a précisé que plusieurs assaillants "terroristes" ont été tués lors des affrontements, sans aucune précision quant à leur nombre. Les forces de sécurité, qui traquaient des militants islamistes dans la région, ont été attaquées vendredi en fin de journée sur la route menant à l'oasis de Bahariya, à moins de 200 km au sud-ouest du Caire, a indiqué le ministère de l'Intérieur égyptien. Le site de l'oasis a longtemps été une destination touristique prisée. Selon une source proche des services de sécurité, leur convoi a reçu des tirs de roquettes. Des engins explosifs ont également été utilisés par les assaillants.
Une fausse revendication du groupuscule extrémiste Hasm, relayée par plusieurs médias, a été postée sur les réseaux sociaux peu après les faits. Mais le compte Twitter de Hasm, où sont habituellement diffusées leurs revendications, était inactif depuis le 2 octobre. Depuis que l'armée a destitué en 2013 le président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, des groupes extrémistes ont multiplié les attentats visant les militaires et la police. Les autorités égyptiennes luttent principalement contre la branche égyptienne du groupe terroriste autoproclamé Etat islamique, qui multiplie les attentats, principalement dans le nord de la péninsule du Sinaï. Des centaines de soldats et de policiers ont péri dans ces attaques. Il y a une semaine, soit vendredi 13 octobre, six soldats égyptiens étaient ainsi tués par "des éléments terroristes" dans une attaque dans le nord du Sinaï.
Et le même jour, la branche égyptienne du groupe Etat islamique – dite "Province du Sinaï" – avait revendiqué la mort de 14 soldats égyptiens dans un double attentat suicide perpétré la veille sur une base militaire près d'Al-Arish. Un des plus sanglants attentats avait tué au moins 21 soldats à un barrage militaire au Sinaï le 7 juillet.
De son côté, Hasm a revendiqué depuis 2016 plusieurs attentats contre la police, des officiels et des juges, au Caire. Dans leurs revendications, ces groupes n'ont jamais fait état d'une affiliation aux Frères musulmans. L'EI en Egypte, à la différence de l'Irak ou de la Syrie, n'a pas été en mesure de s'emparer de centres urbains.
Ce groupe terroriste a également revendiqué plusieurs attentats meurtriers contre des églises coptes en décembre 2016 et avril 2017. Au total, plus d'une centaine de coptes ont été tués dans trois attaques au Caire, à Alexandrie et à Tanta dans le nord de l'Egypte.
Pour rappel, le président égyptien Abdel Fatah Al-Sissi a prolongé pour trois mois, à compter du 12 octobre, et pour la deuxième fois, l'état d'urgence déclaré en avril dernier après des attentats meurtriers contre des églises coptes.
Merzak T./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.