Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10% des microentreprises fermées
DISPOSITIF ANSEJ
Publié dans Liberté le 01 - 02 - 2018

Des entreprises créées dans le cadre de l'Ansej, Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes, semblent avoir du plomb dans l'aile. La directrice de l'Agence, Mme Samira Djaïder, a, lors de son passage à la radio Chaîne 1, levé un coin du voile sur les difficultés que connaissent certaines jeunes entreprises. Elle a ainsi estimé à 10%, le taux de mortalité des entreprises, ajoutant que depuis la mise en place du dispositif jusqu'à fin 2017, quelque 370 000 projets ont été financés par l'agence. Récemment, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a indiqué que 29 605 projets de microentreprises seront financés en 2018 par le biais de l'Ansej et de la Cnac. Par ailleurs, 36% des projets financés durant les neuf premiers mois de 2017 concernent le secteur de l'agriculture, plus de 13% ont trait à l'industrie et 10% le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique. Dans le dispositif de l'Ansej comme dans celui de la Cnac, il y a des entreprises qui disparaissent, mais il y a celles qui croulent sous les dettes. Et, l'accroissement des dettes pose un sérieux problème dans un contexte de crise économique. Les pouvoirs publics se sont employés, ces dernières années, à résoudre cette question, mais sans grand succès. Ce dont on peut être sûr, cependant, pour le moment du moins, c'est que les dettes des jeunes entreprises ne seront pas effacées. Seul, le calendrier de rééchelonnement a été récemment réaménagé.
Ainsi, les entreprises en difficultés auront-elles jusqu'à juin 2018 pour apurer leurs dettes. 27 milliards de dinars de dettes ont été déjà effacés récemment par les banques au profit d'entreprises de l'Ansej, tandis que d'autres entreprises ont bénéficié d'un rééchelonnement de leurs dettes. Le rééchelonnement du remboursement des crédits contractés par les microentreprises en difficulté financière se fera sous trois conditions. Que les équipements financés par la banque ne soient pas vendus par l'entreprise, que le dossier ne soit pas transféré vers le Fonds de garantie des PME, et que le jeune entrepreneur engage réellement des efforts pour conforter son entreprise. Des contacts ont été engagés avec les jeunes entrepreneurs en difficulté et les banques.
Des études au cas par cas sont en cours afin de régler tous les contentieux liés à la dette des jeunes entreprises. Indépendamment des problèmes relatifs à la dette, certains diront que les deux dispositifs auront permis de créer un tissu d'entreprises et de l'emploi. Il est question aujourd'hui d'atteindre les 300 000 petites entreprises dans les domaines générateurs de valeur ajoutée à l'économie nationale. En tout, plus de 1,2 million d'entreprises ont été créées dans le cadre du renforcement de l'aide aux jeunes promoteurs, dont près de 786 000 dans le cadre de l'Agence nationale de gestion du micro crédit (Angem) et 139 000 au titre de la Caisse d'assurance chômage (Cnac).
Youcef Salami


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.