L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mercuriale s'affole
Tiaret
Publié dans Liberté le 17 - 05 - 2018

Comme de tradition, c'est la mercuriale qui préoccupe durant le mois de Ramadhan, à Tiaret comme ailleurs dans le pays, tant le pouvoir d'achat s'est érodé plus que jamais. En effet, les prix ont connu une envolée notable par rapport à la période d'avant Ramadhan.
À titre illustratif, et à la veille du mois de Ramadhan, la carotte et le navet, qui ne dépassaient pas 50 DA, sont cédées à 80 DA, la salade verte à 100 DA, la tomate et la courgette ont été hissées de 60 à 150 DA, alors que le haricot vert, qui fait le buzz car dépassant toutes les normes, est vendu à 350 DA. Dès lors, pour les jeûneurs qui sont dans le besoin de s'alimenter en vitamines, ceux aux bourses modestes ne doivent pas compter sur l'apport des viandes quand on sait que le poulet est affiché entre 340 et 380 DA, alors qu'il ne dépassait pas 280 DA auparavant, la dinde à 420 DA, l'agneau entre 1 200 et 1 400 DA et le veau qui dépasse les 1 400 DA. Cependant, si les fruits sont stabilisés aux prix affichés avant ce mois sacré, les dattes, quant à elles, caracolent entre 500 et 900 DA tout comme le citron qui frôle les 300 DA. Ainsi, la crainte dans les entrailles, le pauvre consommateur ne trouve que sa patience en parcourant les étals et les tarifs proposés. Cependant, autant préciser que cette flambée n'est nullement induite par une quelconque rareté des produits, mais plutôt par la spéculation et la confusion que connaissent, selon certains commerçants, les marchés de gros où règne le monopole.
"Il s'agit d'un état de fait visible qui, en plus du désordre qui émaille les marchés de gros où foisonnent boursicoteurs, faux commerçants et entremetteurs, mène fatalement à cette envolée des prix, puisque ces derniers sont libres et loin de dépendre de la règle de l'offre et la demande", maintient cet homme d'un certain âge, commerçant de longue date. Néanmoins, par cette situation, le climat s'affiche des plus angoissants pour ces petites bourses qui ne cessent de méditer sur leur sort et celui de leur progéniture.
"Conjointement avec les autres charges, voire électricité, loyer..., voilà que le Ramadhan arrive pour nous déplumer davantage", persiflait une jeune femme rencontrée au marché de la place du 1er-Novembre. Veuve et mère de quatre enfants, tous scolarisés, cette dernière doit se débrouiller pour vivre avec un maigre salaire octroyé dans le cadre du filet social.
R. SALEM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.