Réunion du CNRA du Caire (1957) : 1er Coup d'Etat au sein de la Révolution imposant la primauté du militaire sur le politique.    Premier League : Chelsea s'impose sur le fil face à Arsenal    Nouveau poste frontalier algéro-mauritanien : "apport qualitatif" dans les relations de coopération bilatérale    Distribution de 138.000 logements durant les trois derniers mois, 185.000 autres attendent l'aménagement extérieur    Illizi : plus de 2,6 mds de dinars pour améliorer le cadre de vie de la population locale    Coupe de la Confédération africaine (5e J/ Gr. D) : l'USMA pour s'approcher des quarts    Belmadi dévoile les membres de son staff technique    Le Président Bouteflika félicite son homologue malien à l'occasion de sa réélection    6 orpailleurs arrêtés à Bordj Badji Mokhtar    150 000 DA en faux billets récupérés à Sétif    ONU : quatre propositions pour protéger les Palestiniens    Décès de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan    DH El JADIDA - MCA / Casoni : « On vise la victoire avant le match décisif contre Sétif »    Pénurie de médicaments: Le ministère de la Santé rencontre les pharmaciens après l'Aïd    Un nouveau guide pour la ville d'Oran    Inscription en 1ère année primaire: Les précisions du ministère de l'Education    CR Belouizdad: Dans quel état d'esprit face au PAC ?    Arrêté pour corruption: Un sénateur exclu «définitivement» du RND    Mali: une victoire qui n'a rien de triomphal    Paranoïa    Mers El Kébir et Aïn El Turck: L'alimentation en eau potable fait encore parler d'elle !    Aïn Defla: Drame lors d'un cortège nuptial, quatre morts et huit blessés    Mostaganem: Un enfant de 4 ans meurt noyé    A moins d'une semaine de l'Aïd El Adha: Les prix du poulet restent élevés    Non, l'Emir Abdelkader n'est pas ce traître    Conceiçao refuse de vendre Brahimi    BeIN Sports et les ligues européennes dénoncent le piratage saoudien et Arabsat    Toni Kroos critique Özil    La France et la Turquie veulent mettre le "turbo"    Ghannouchi temporise    Moscou soutient Horst Köhler    Guerre interne au FFS    La fuite des cerveaux touche...les pétroliers    Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès concernées    Bouira prépare sa rentrée    Gros problème de poussière généré par la mine El Ouenza    Bachir Mustapha Sayed, ministre sahraoui des Territoires occupés :    "Djibouha ya l'oueled" chantée en choeur    Aretha Franklin tire sa révérence    "Thérapie au tango" dans les montagnes du Monténégro    Les assurances du ministère de l'Agriculture    Un sénateur radié du RND    Deux chefs de régions militaires limogés    300 nouveaux postes d'enseignants en tamazight    Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov décoré par la France    Des trésors de quatre époqueshistoriques    «Notre consensus est populaire sain et sincère, et non d'appareil !»    RND: Le sénateur élu à Tipasa radié pour corruption    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les industriels boudent la filière
Produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2018

Les pouvoirs publics comptent énormément sur la filière de fabrication des produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique pour mener à bon port les programmes nationaux de développement des énergies renouvelables et de la promotion de l'efficacité énergétique, qui ont été adoptés en 2015. Malheureusement, cette filière demeure encore au stade embryonnaire en Algérie. Selon Mohamed Salah Bouzriba, directeur général de l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (Aprue), cité par l'APS, "le développement de cette industrie est en train de se faire timidement. Il n'y a pas encore d'afflux des industriels locaux pour le programme national d'efficacité énergétique. Nous avons seulement une quinzaine d'industriels qui activent dans cette filière".
Les investisseurs industriels nationaux étaient davantage attendus sur des projets dédiés à l'efficacité énergétique et à souscrire aux programmes proposés par l'Aprue afin de créer une dynamique dans ce domaine. Cela consiste, principalement, à améliorer l'isolation thermique des bâtiments, à développer les chauffe-eau solaires, à généraliser l'utilisation des lampes à basse consommation (LED), à substituer la totalité du parc de lampes à mercure par des lampes à sodium, à fabriquer les panneaux solaires et à promouvoir le GPL/C et le GN/C. Au titre du programme national de promotion du GPL/C, pas moins de 500 000 véhicules doivent être convertis à l'horizon 2021. Ce qui appelle à un développement d'une industrie locale de production d'équipements et d'appareillages pour le GPL/C. Mais, au final, les rares investissements engagés dans ce sens, selon Mohamed Salah Bouzriba, portent, essentiellement, sur la fabrication des ouvrants (fenêtres, portes isolantes), des lampes domestiques à faible consommation (LED), la transformation du liège qui est une composante essentielle à la fabrication des isolants thermiques. Il faut dire que de nombreux industriels sont réticents à ce type de projet à cause de la lenteur du retour d'investissement, alors que d'autres se limitent à lancer des projets pilotes de petite dimension. Autres difficultés, les réticences des banques à financer les projets industriels relevant de l'efficience énergétique. À ce propos, le directeur général de l'Aprue a estimé que face à cette difficulté, l'Aprue compte voir, entre autres, les modalités de garantie des crédits bancaires à travers le Fonds national pour la maîtrise de l'énergie et pour les énergies renouvelables et de la cogénération (Fnmerc). Il s'agit, selon lui, d'une proposition à soumettre au ministère de l'Energie "pour capter l'intérêt des banques" pour cette filière porteuse. À propos du Fonds, Mohamed Salah Bouzriba a indiqué que celui-ci a, certes, pris en charge le financement de plusieurs actions d'efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et des transports, mais il lui est impossible de tout financer. C'est à ce titre que "nous optons pour le cofinancement", a-t-il dit, ajoutant que "quand bien même l'Etat aurait mis beaucoup d'argent en 2017 et 2018, cela reste limité". Pour le seul programme de conversion des véhicules au GPL/C, une enveloppe de 3,5 milliards de dinars a été absorbée. "C'est énorme", a estimé le DG de l'Aprue.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.