«La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    «Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    Sept victimes dont quatre morts en 24 heures    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Les gilets jaunes voient rouge    Boca débouté    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les industriels boudent la filière
Produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2018

Les pouvoirs publics comptent énormément sur la filière de fabrication des produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique pour mener à bon port les programmes nationaux de développement des énergies renouvelables et de la promotion de l'efficacité énergétique, qui ont été adoptés en 2015. Malheureusement, cette filière demeure encore au stade embryonnaire en Algérie. Selon Mohamed Salah Bouzriba, directeur général de l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (Aprue), cité par l'APS, "le développement de cette industrie est en train de se faire timidement. Il n'y a pas encore d'afflux des industriels locaux pour le programme national d'efficacité énergétique. Nous avons seulement une quinzaine d'industriels qui activent dans cette filière".
Les investisseurs industriels nationaux étaient davantage attendus sur des projets dédiés à l'efficacité énergétique et à souscrire aux programmes proposés par l'Aprue afin de créer une dynamique dans ce domaine. Cela consiste, principalement, à améliorer l'isolation thermique des bâtiments, à développer les chauffe-eau solaires, à généraliser l'utilisation des lampes à basse consommation (LED), à substituer la totalité du parc de lampes à mercure par des lampes à sodium, à fabriquer les panneaux solaires et à promouvoir le GPL/C et le GN/C. Au titre du programme national de promotion du GPL/C, pas moins de 500 000 véhicules doivent être convertis à l'horizon 2021. Ce qui appelle à un développement d'une industrie locale de production d'équipements et d'appareillages pour le GPL/C. Mais, au final, les rares investissements engagés dans ce sens, selon Mohamed Salah Bouzriba, portent, essentiellement, sur la fabrication des ouvrants (fenêtres, portes isolantes), des lampes domestiques à faible consommation (LED), la transformation du liège qui est une composante essentielle à la fabrication des isolants thermiques. Il faut dire que de nombreux industriels sont réticents à ce type de projet à cause de la lenteur du retour d'investissement, alors que d'autres se limitent à lancer des projets pilotes de petite dimension. Autres difficultés, les réticences des banques à financer les projets industriels relevant de l'efficience énergétique. À ce propos, le directeur général de l'Aprue a estimé que face à cette difficulté, l'Aprue compte voir, entre autres, les modalités de garantie des crédits bancaires à travers le Fonds national pour la maîtrise de l'énergie et pour les énergies renouvelables et de la cogénération (Fnmerc). Il s'agit, selon lui, d'une proposition à soumettre au ministère de l'Energie "pour capter l'intérêt des banques" pour cette filière porteuse. À propos du Fonds, Mohamed Salah Bouzriba a indiqué que celui-ci a, certes, pris en charge le financement de plusieurs actions d'efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et des transports, mais il lui est impossible de tout financer. C'est à ce titre que "nous optons pour le cofinancement", a-t-il dit, ajoutant que "quand bien même l'Etat aurait mis beaucoup d'argent en 2017 et 2018, cela reste limité". Pour le seul programme de conversion des véhicules au GPL/C, une enveloppe de 3,5 milliards de dinars a été absorbée. "C'est énorme", a estimé le DG de l'Aprue.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.