Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les industriels boudent la filière
Produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique
Publié dans Liberté le 17 - 07 - 2018

Les pouvoirs publics comptent énormément sur la filière de fabrication des produits et équipements relevant de l'efficacité énergétique pour mener à bon port les programmes nationaux de développement des énergies renouvelables et de la promotion de l'efficacité énergétique, qui ont été adoptés en 2015. Malheureusement, cette filière demeure encore au stade embryonnaire en Algérie. Selon Mohamed Salah Bouzriba, directeur général de l'Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l'utilisation de l'énergie (Aprue), cité par l'APS, "le développement de cette industrie est en train de se faire timidement. Il n'y a pas encore d'afflux des industriels locaux pour le programme national d'efficacité énergétique. Nous avons seulement une quinzaine d'industriels qui activent dans cette filière".
Les investisseurs industriels nationaux étaient davantage attendus sur des projets dédiés à l'efficacité énergétique et à souscrire aux programmes proposés par l'Aprue afin de créer une dynamique dans ce domaine. Cela consiste, principalement, à améliorer l'isolation thermique des bâtiments, à développer les chauffe-eau solaires, à généraliser l'utilisation des lampes à basse consommation (LED), à substituer la totalité du parc de lampes à mercure par des lampes à sodium, à fabriquer les panneaux solaires et à promouvoir le GPL/C et le GN/C. Au titre du programme national de promotion du GPL/C, pas moins de 500 000 véhicules doivent être convertis à l'horizon 2021. Ce qui appelle à un développement d'une industrie locale de production d'équipements et d'appareillages pour le GPL/C. Mais, au final, les rares investissements engagés dans ce sens, selon Mohamed Salah Bouzriba, portent, essentiellement, sur la fabrication des ouvrants (fenêtres, portes isolantes), des lampes domestiques à faible consommation (LED), la transformation du liège qui est une composante essentielle à la fabrication des isolants thermiques. Il faut dire que de nombreux industriels sont réticents à ce type de projet à cause de la lenteur du retour d'investissement, alors que d'autres se limitent à lancer des projets pilotes de petite dimension. Autres difficultés, les réticences des banques à financer les projets industriels relevant de l'efficience énergétique. À ce propos, le directeur général de l'Aprue a estimé que face à cette difficulté, l'Aprue compte voir, entre autres, les modalités de garantie des crédits bancaires à travers le Fonds national pour la maîtrise de l'énergie et pour les énergies renouvelables et de la cogénération (Fnmerc). Il s'agit, selon lui, d'une proposition à soumettre au ministère de l'Energie "pour capter l'intérêt des banques" pour cette filière porteuse. À propos du Fonds, Mohamed Salah Bouzriba a indiqué que celui-ci a, certes, pris en charge le financement de plusieurs actions d'efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment et des transports, mais il lui est impossible de tout financer. C'est à ce titre que "nous optons pour le cofinancement", a-t-il dit, ajoutant que "quand bien même l'Etat aurait mis beaucoup d'argent en 2017 et 2018, cela reste limité". Pour le seul programme de conversion des véhicules au GPL/C, une enveloppe de 3,5 milliards de dinars a été absorbée. "C'est énorme", a estimé le DG de l'Aprue.
Saïd Smati


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.