Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 200 civils tués dans les violences ethniques au Mali
Selon un rapport de HRW pour 2018
Publié dans Liberté le 10 - 12 - 2018

C'est dans la région de Mopti (Centre) que les violences intercommunautaires ont engendré le plus de morts, selon plusieurs sources.
Plus de 200 civils ont été tués et des milliers d'autres ont été déplacés dans le centre du Mali, selon le dernier rapport de l'ONG Human Rights Watch (HRW), publié durant le week-end. "Les milices ethniques ont tué plus de 200 civils et incendié des dizaines de villages lors de violences communautaires au centre du Mali en 2018", a indiqué le rapport de l'ONG, soulignant que "la plupart des victimes sont des villageois de l'ethnie peule qui ont été ciblés par les groupes d'autodéfense Dogon et Bambara pour leur soutien présumé aux groupes armés islamistes liés à Al-Qaïda". Mercredi, au moins une quinzaine de civils de cette communauté peule a été exécutée dans une nouvelle attaque de leur village, a rapporté Reuters, citant le gouverneur de la région de Mopti. Le rapport de HRW ne fait que confirmer cette tendance à la propagation des violences intercommunautaires sous-couvert de lutte contre le terrorisme islamiste dans le nord et le centre du Mali. Les membres de la communauté ont d'ailleurs dénoncé, à maintes reprises, ces violences, affirmant que l'engagement du chef terroriste Amadou Kouffa, tué récemment par les soldats français de l'opération Barkhane, ne fait pas des jeunes peuls des terroristes. Mais derrière cette présumée guerre contre les terroristes d'Al-Qaïda et de la branche sahélienne de l'autoproclamé Etat islamique (Daech), il se cache une lutte ancienne de contrôle des zones de pâturages et des points d'eau, nécessaires aux éleveurs de la région et aux nomades. Selon HRW, "depuis 2015, les groupes armés islamistes ont progressivement renforcé leur présence dans le centre du Mali, exécutant des dizaines de civils et des responsables gouvernementaux et commettant d'autres violations. Leur présence et le recrutement d'habitants pasteurs peuls ont attisé les tensions avec les communautés Bambara et Dogon et ont conduit à la formation de groupes d'autodéfense ethniques". En effet, de nombreux jeunes Maliens, dont des peuls, ont rejoint les groupes terroristes par contrainte ou par désespoir, en raison de la situation socioéconomique dans le centre et le nord du Mali, où l'application de l'accord de paix et de réconciliation, issu du processus d'Alger, piétine depuis sa signature en mai-juin 2015. De nombreux maliens souffrent de la mal-vie et du chômage, ce qui a profité aux groupes terroristes islamistes, mais aussi aux trafiquants de tous bords, pour recruter dans les populations isolées. L'absence de l'autorité de l'Etat et laisser la porte ouverte à tous les abus, comme le souligne d'ailleurs le rapport de 148 pages de HRW. "Des milices commettent des meurtres dans le centre du Mali et des actes de tortures abusivement", a déclaré Corinne Dufka, directrice de la division Sahel de HRW et auteur de ce rapport. "Le rythme et la brutalité de la violence sont alarmants, de même que l'incapacité du gouvernement à enquêter et à traduire les responsables en justice", a affirmé l'ONG

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.