Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le couronnement !
Jour de l'an amazigh fête nationale
Publié dans Liberté le 10 - 01 - 2019

Yennayer est consacré fête nationale, journée chômée et payée. Cette année, sa célébration officielle viendra confirmer l'enracinement de cette culture millénaire dans les coutumes des peuples de l'Afrique du Nord. Célébré depuis la nuit des temps par les Amazighs, Yennayer n'est pas uniquement une halte pour marquer le passage à une nouvelle année, mais il va au-delà. Sa célébration est une réaffirmation et un attachement identitaire, historique et civilisationnel que nul conquérant et nulle idéologie n'ont pu effacer à travers les siècles. 2969 ans durant que la résistance fut. Une résistance contre et envers tout. Contre l'amnésie, contre les envahissements de tous genres. Yennayer est toujours là. La fête est là et la mémoire est restée vivace et tenace. La persistance de cette mémoire et de cette tradition est emblématique.
Elle renseigne sur l'attachement d'un peuple à son histoire, à sa culture, en somme, à sa personnalité. Si des épisodes dans notre histoire millénaire ont failli enfouir cette mémoire, c'était sans compter sur la résistance contre la déculturation. D'une portée plutôt symbolique, Yennayer a toujours été fêté et célébré, jusqu'à ce que des militants viennent donner la dimension qui est la sienne à une tradition séculaire. En faire un repère historique et identitaire pour tout un peuple. C'était, certes, un combat de longue haleine mais qui méritait d'être mené. Aujourd'hui le but est atteint avec la reconnaissance et la consécration de Yennayer comme fête nationale. Ce résultat est le fruit d'un combat de plusieurs générations de militants qui ont pu et su imposer cette réappropriation de notre histoire, longtemps occultée et combattue.
La reconnaissance de Yennayer et, partant, de tamazight comme langue officielle n'est surtout pas le fruit du hasard. Elle est l'aboutissement d'une lutte acharnée, d'un engagement sincère et franc, portés depuis les lycéens berbéristes de 1949 jusqu'à aujourd'hui. Cet engagement fait de serments est noble. Il l'est de par sa volonté de reconquérir un passé aussi glorieux que lointain, de par son essence foncièrement démocratique et pacifique. Un engagement qui a pu, de par la justesse de la cause, imposer le respect et la reconnaissance. Un combat d'engagés qui ont pu arracher des acquis, sur lesquels ils veillent contre toute tentative de déviation ou de sabordage.
M. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.