Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Les mises en garde de Gaïd Salah    De nouveaux noms transmis à la Cour suprême    Louisa Hanoune reste en prison    Des opposants accusent Sidi Saïd de vouloir renouveler son mandat    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    La rapporteuse de l'ONU demande une enquête sur "MBS"    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    L'Egypte accuse l'ONU de vouloir politiser le décès    Proposition de sortie de crise    Un mois pour reconquérir les Pyramides !    Que le spectacle commence !    Des arbitres européens pour superviser la VAR    Des finales explosives et des hommages    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    ACTUCULT    Le single de son album posthume depuis hier sur Youtube : Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Exposition de Nawel Harkat à Constantine    Quand les oligarques et leurs mentors auront rejoint la prison d'el harrach, que restera-t-il à entreprendre en toute urgence !    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    MC Oran: Chérif El-Ouazzani grince déjà des dents    La Cour suprême ordonne le réexamen de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    Une bien triste leçon égyptienne    De l'éthique du personnel politique    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les femmes et les blouses blanches investissent la rue
Manifestations contre le 5e mandat à Béjaïa
Publié dans Liberté le 10 - 03 - 2019

La ville des Hammadites a été, hier, le théâtre de deux marches pacifiques contre le "5e mandat de trop" et pour "le départ du système FLN". La première manifestation de rue a été organisée par les blouses blanches, à savoir les deux corporations médicale et paramédicale, lesquelles ont joint leurs voix à celle du peuple, en descendant dans les rues de Béjaïa pour dire "non au 5e mandat" et "système dégage". Ils étaient des dizaines à battre le pavé de la maison de la culture Taous-Amrouche vers le siège de la wilaya avant de sillonner les ruelles de la ville, en scandant des slogans hostiles au pouvoir et au système. "Pouvoir assassin", "La santé ne veut ni de Bouteflika ni de Saïd", "L'Algérie libre et démocratique vivra", "Ulac smah ulac" sont autant de slogans écrits sur les banderoles déployées par les manifestants du secteur de la santé. Devant le siège de la wilaya, les contestataires ont marqué une halte pour scander en chœur "Système dégage !" et "Pouvoir assassin". Ensuite, les manifestants ont improvisé de sillonner la rue menant vers le siège du palais de justice de Béjaïa, sis à la cité Tobbal. Par ailleurs, dans la journée d'hier, une autre marche pacifique, initiée par le "Collectif des femmes plurielles", s'est déroulée dans les artères principales de Béjaïa. Bien qu'elles aient pris une part active à l'imposante manifestation de la veille, qui a drainé des centaines de milliers de citoyens, les organisatrices de la marche d'hier ont tenu à mettre en avant des revendications qui leur sont propres. C'est le message qu'a tenu à mettre en avant Mme Zenati-Douici, syndicaliste et cheville ouvrière de ce collectif. "Il est vrai que l'on avait prévu initialement une marche – nous avons pensé ensuite à une chaîne humaine —, avant d'opter finalement pour un rassemblement" à la place du 1er-Novembre, que l'on continue d'appeler place Gueydon. "Nous avons tenu à organiser, ajoute-t-elle, cette action séparément car nous avons des revendications propres. L'important est de susciter le débat." Le choix de la place du 1er-Novembre n'est pas fortuit.
La cinémathèque y abrite, le jour même, une activité en hommage à Nabila Djahnine qu'organise l'APC de Béjaïa en collaboration avec le mouvement associatif. "C'est une occasion pour nous de faire cet hommage à Nabila Djahnine, à Katia Bengana, mais aussi à toutes les femmes qui se sont élevées contre le fondamentalisme politique. Et qui se sont sacrifiées pour une Algérie libre et démocratique", a ajouté Mme Zenati-Douici.
M. O./ L. O.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.