Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le remaniement est le produit d'une transaction politique"
Parti des travailleurs
Publié dans Liberté le 02 - 04 - 2019

Dans un communiqué rendu public hier, le bureau politique du PT n'y est pas allé par quatre chemins pour s'insurger contre la désignation des membres du gouvernement Bedoui. "Le remaniement ministériel annoncé est une nouvelle tentative de sauvetage du système matérialisée dans un pseudo-changement dans le gouvernement." Le PT ne manquera pas au passage de relever que cette nouvelle "manœuvre" est intervenue dans un contexte dominé par des fake news délibérément propagées et liées à l'interpellation des oligarques. "Ces nominations ont été précédées et préparées par de folles rumeurs sciemment répandues dont l'arrestation d'hommes d'affaires dans une démarche subliminale." Pour le parti de Louisa Hanoune, ce pseudo-changement de l'équipe gouvernementale est une "vaine opération de replâtrage, attribuée au président de la République. Cela est un détournement de la volonté de l'écrasante majorité des Algériens de chasser un système obsolète et périmé. C'est un déni clair des aspirations de la majorité du peuple d'exercer sa pleine souveraineté confisquée depuis 1962 et une insulte à l'égard de son intelligence. Les membres du gouvernement ont été sélectionnés sur la base de critères obscurs et qui, pour certains, relèvent de l'ubuesque", a relevé le secrétariat permanent du bureau politique. Le PT estime encore qu'avec cette nouvelle manœuvre, "les partisans du maintien du système confirment qu'ils sont aux abois, déboussolés. Et c'est une preuve supplémentaire, si besoin est encore, qu'il ne peut y avoir de solution dans et à partir du système en place". Le PT rappelle qu'il est et reste toujours aux côtés du peuple qui a exprimé son refus et son rejet de toutes les solutions proposées par le régime de Bouteflika, en indiquant que l'écrasante majorité a dit : "Gouvernement démission, Parlement dissolution !" Elle a dit : "Partez tous et maintenant ! Non à tous vos subterfuges et manœuvres. Les dizaines de millions d'Algériens, qui sont mobilisés pacifiquement depuis le 22 février, sauront déjouer toutes les manigances des forces dans et hors des institutions délitées qui s'acharnent contre les aspirations de l'écrasante majorité du peuple." Plus loin, le BP du PT rappelle que "la nomination du nouveau gouvernement est intervenue au lendemain de la menace brandie par le chef d'état-major de recourir à l'article 102, habillé en un deuxième temps par les articles 7 et 8 de la Constitution".
Ce qui a amené le PT à déclarer que le remaniement en question "est le produit d'une transaction politique qui s'apparente à un chantage et dont l'objectif est la continuité du système et du régime présidentialiste oppresseur rejetés par l'écrasante majorité". "De telles pratiques s'inscrivent, lit-on, dans la protection des intérêts et/ou privilèges des parties en conflit au sommet de l'Etat et qui prennent en otage le pays".
Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.