La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Huitième vendredi de mobilisation contre le système.. «Plus que jamais déterminés…»
Publié dans Le Temps d'Algérie le 12 - 04 - 2019

Aussi exceptionnelle que lors des vendredis précédents, cette manifestation intervient quelques jours après la nomination du président de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et l'annonce d'une présidentielle le 04 juillet.
Pour ce huitième vendredi consécutif, une foule immense a défilé dans le centre d'Alger, pour signifier leur rejet du plan de transition proposé par le pouvoir, et devant se traduire par l'élection d'un nouveau président, le 4 juillet prochain. Une importante mobilisation a de nouveau eu lieu au centre de la capitale. Aussi exceptionnelle que lors des vendredis précédents, cette manifestation est intervenue quelques jours après la nomination du président de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, et l'annonce d'une présidentielle le 04 juillet. A 11h00, et devant la Grande Poste, devenue le point de ralliement de la population, des milliers de personnes étaient déjà rassemblées, avant même que la manifestation ne débute officiellement. Déjà qu'avant la prière hebdomadaire, une véritable marée humaine a envahi toutes les rues principales de la capitale. «Bensalah dégage! FLN RND dégagez!», «Système dégage!», «qu'ils partent tous !», «le pays nous appartient, on en fait ce qu'on veut !», ont scandé entre autres les manifestants.
La foule compacte a réitéré encore une fois sa volonté d'être gouvernée par des dirigeants bénéficiant d'un réel appui populaire, et surtout qu'ils émergent de ce mouvement pacifique sans précédent. Drapés dans l'emblème national, des jeunes manifestants rencontrés au niveau de la place du 1er Mai ont affiché leur détermination d'arriver à bout de ce système. «Rien ne pourra nous arrêter. On ne cessera jamais de revendiquer le départ de ce système mafieux et corrompu», ont-ils assuré. Interrogés sur l'élection présidentielle du 4 juillet prochain, nos interlocuteurs ont indiqué: «Ces élections, c'est de la poudre aux yeux. Ils veulent organiser des élections pour trafiquer encore, et pour qu'ils restent au pouvoir». Un retraité rencontré au niveau de la rue Hassiba avec ses deux enfants, a lancé un message à Bensalah : «voyez M. Bensalah, toute le peuple est sorti pour vous dire : Dégagez ! On ne va pas croire que cette élection sera transparente, alors que les mêmes symboles du système et cette administration corrompus vont les organiser».
Le président par intérim, Bensalah, a confirmé mercredi 10 avril, que la présidentielle censée consacrer un successeur au président Abdelaziz Bouteflika, éjecté du pouvoir sous la pression de la rue, aura lieu le 04 juillet. Cela est conforme à la Constitution, qui prescrit un scrutin dans les 90 jours suivant la vacance du pouvoir. Etant donné le verrouillage du système politique, les Algériens craignent cependant que ce scénario n'aboutisse à l'élection d'un nouveau cacique du régime. Le chef d'état-major, le général Ahmed Gaïd Salah, a lui aussi mis tout son poids, en faisant savoir qu'il est crucial d'empêcher un «vide constitutionnel». Il a appelé les contestataires à éviter les «slogans irréalistes visant à […] détruire les institutions de l'Etat». Pour cela, Gaïd Salah en a eu, lui aussi, pour son grade. À coup de slogans et de pancartes, des manifestants rencontrés près de la Grande Poste ont demandé à Gaïd Salah d'accompagner les 3B.
«Lui aussi est sommé de partir. Après son dernier discours, on se sent trahi», nous a-t-on expliqué. «Gaïd Salah a vendu le match», a-t-on déploré. Sur l'une des pancartes, il était écrit que l'armée n'est pas Gaïd Salah. Alors que sur une autre, on pouvait lire : «fais ton choix : Le peuple ou la 3issaba (gang) !» Une autre convoque sa conscience : «Ya si Gaïd Salah, il vivra celui qui connaît sa dignité». En début de journée, des policiers ont tenté d'évacuer la foule nombreuse, sans toutefois utiliser la force et sans y parvenir. Ils se sont retrouvés en sous-nombre et vite débordés par cette foule qui criait : «Silmiya, silmiya !». Ces derniers leur ont toutefois, ouvert un chemin pour leur permettre de partir, sans violence. «On n'a rien contre vous, on veut le départ de la mafia», ont lancé certains aux policiers. Cependant, vers 16h10, la police utilise des canons à eau contre les manifestants, à Didouche Mourad et à la place Audin, pour disperser les manifestants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.