Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les premiers jalons du combat pacifique
Printemps berbère
Publié dans Liberté le 20 - 04 - 2019

Né d'un arbitraire, Avril 1980 a ouvert de larges horizons à la perspective démocratique nationale. Le mérite revient d'abord à une jeune élite d'après-guerre qui a eu le génie d'inventer le combat pacifique dans un contexte politique fait de violence, d'ostracisme et de pensée unique.
Les militants politiques structurés dans la clandestinité ont su coupler la revendication culturelle et identitaire aux libertés démocratiques et à la question des droits de l'homme.
Depuis l'interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri à l'université de Tizi Ouzou le 10 mars 1980, les militants du Mouvement culturel berbère (MCB) ont décidé, pour la première fois, de poser la question amazighe et des libertés démocratiques dans le débat public et de manière pacifique. Les premières manifestations spontanées organisées les 11 et 26 mars à Tizi Ouzou et à Alger, à l'initiative de la communauté universitaire de Tizi Ouzou, ainsi que des étudiants de l'INH ont désarçonné un pouvoir autiste, autoritaire et répressif.
La répression des manifestations pacifiques n'a pas eu raison de la détermination de la militance berbériste. Bien au contraire, les milieux militants ont décidé de mener le combat à visage découvert, mais toujours pacifiquement.C'est ainsi que la marche populaire du 7 avril 1980 à Alger, dont l'appel a été rédigé par Saïd Sadi, a fédéré les forces politiques d'opposition. Ainsi, outre les militants du FFS, Mustapha Bacha, alors à l'extrême-gauche, avait accepté de distribuer l'appel dans les campus. "C'est surtout la première action publique de rue pacifique. La lutte pacifique n'existait pas dans le glossaire politique algérien", soutient Saïd Sadi.
Le mouvement revendicatif berbère avait pris de l'épaisseur avec une adhésion populaire sans faille. Et pour cause, la grève générale du 16 avril 1980, massivement suivie par la population en Kabylie aux traditions de lutte bien ancrées, ne pouvait que rassurer de jeunes militants qui ont su traduire un héritage légué par les pionniers du Mouvement national en alternative politique fiable et crédible.L'arrestation le 20 avril 1980 de Saïd Sadi, de Mouloud Lounaouci, de Mustapha Bacha, de Saïd Khelil, de Djamel Zenati et de leurs camarades avait suscité un large mouvement de solidarité et de mobilisation populaire qui a abouti à la libération, le 26 juin 1980, des 24 détenus du MCB.
Le flambeau des artisans d'Avril 80 est aujourd'hui repris avec conviction et détermination par une jeunesse engagée, formatée aux standards universels et hors de portée du logiciel du système dont le départ est exigé par tout un peuple en marche vers son destin. "La graine d'Avril 80 a fait éclore les nouvelles formes de lutte qui animent les revendications historiques d'aujourd'hui", selon le Dr Sadi.
Les manifestations pacifiques qui ont fait irruption depuis le 22 février sont la preuve que la graine de l'espérance semée au Printemps berbère a porté ses fruits et que le flambeau des "aînés" a été repris par la jeunesse qui a échappé aux sirènes d'un pouvoir disqualifié et condamné par l'Histoire.
Au-delà des jalons de Tafsut Imazighen, les citoyens, notamment les étudiants, dans un réflexe de lucidité, se réapproprient avec ferveur les repères de la mémoire militante. Ce combat mémoriel a mis en échec les manœuvres du pouvoir à disqualifier l'insurrection citoyenne en isolant la jeunesse algérienne des pionniers du combat politique pacifique.

Yahia Arkat


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.